Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le leader italien du Mouvement 5 Etoiles (M5S) Luigi Di Maio arrive pour voter le 4 mars

Le leader italien du Mouvement 5 Etoiles (M5S) Luigi Di Maio arrive pour voter le 4 mars

franceinfo

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Au lendemain des élections législatives, les Italiens sont loin de savoir à quoi ressemblera leur nouveau gouvernement. Mais le leader de la Ligue, Matteo Salvini, a estimé, lundi 5 mars, que la coalition de droite arrivée en tête (37% selon les résultats sur plus de 90% des bureaux) avait "le droit et le devoir de gouverner". Il revendique le poste de président du Conseil : au sein de la coalition, son parti a devancé Forza Italia, la formation de Silvio Berlusconi. Mais il n'est pas le principal parti d'Italie : le Mouvement 5 étoiles, sans alliés, a récolté 32,4% des suffrages, contre 17,6% pour la Ligue seule.

 L'alliance de Berlusconi et l'extrême droite en tête. La coalition de droite rassemble quatre partis dont Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi, et la Ligue, le parti d'extrême droite de Matteo Salvini. Selon les résultats partiels, c'est ce dernier qui serait la principale force au sein de la coalition (17,6% contre 14% pour le parti de Silvio Berlusconi). Lundi, il a revendiqué le poste de président du Conseil. Et rejeté toute alliance avec le Mouvement 5 étoiles.

 Le Mouvement 5 étoiles continue son essor. Le mouvement fondé par l'humoriste Beppe Grillo, qui s'est depuis mis en retrait, atteindrait 32,5% des voix, son meilleur score historique. Désormais, "tout le monde devra parler avec nous", s'est réjoui l'un de ses dirigeants, Alessandro Di Battista.

 Incertitude sur le futur gouvernement. Les résultats définitifs ne devraient pas accoucher d'une majorité claire, ce qui ouvre une période de tractation. Une alliance des populistes du M5S et de l'extrême droite de la Ligue semble la seule possible pour obtenir une majorité parlementaire, mais les dirigeants de ces deux formations ont jusqu'à présent catégoriquement rejeté cette éventualité. C'est le président italien qui devra confier un mandat au vainqueur des élections, mais les consultations officielles ne débuteront que fin mars.

 

08h57 : "Ce qui est frappant , c'est que [l'Italie], ce pays fondateur de l'Union européenne est dans une phase d'euro-déception, je ne dirais pas d'euro- scepticisme", réagit sur franceinfo Nathalie Loiseau, la ministre chargée des Affaires européennes.

08h49 : La chaîne Sky diffuse une nouvelle projection en sièges des résultats d'hier. Le Mouvement 5 Etoiles (M5S) est toujours largement en tête. Une coalition entre les deux partis eurosceptiques M5S et la Ligue obtiendrait une majorité absolue.

07h38 : "Pour la première fois en Europe, les forces antisystème l'emportent", résume l'éditorialiste de La Stampa ce matin, qui met sa une "L'Italie ingouvernable".

07h28 : Une percée historique des forces anti-système, eurosceptiques et d'extrême droite, majoritaires en voix et en sièges après les législatives d'hier en Italie. Résultat : le pays est plongé dans l'incertitude et aucune majorité ne se dessine clairement. Le journal Il Tempo n'y va pas par quatre chemins à sa une...

 

Tag(s) : #Italie