Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Macron aux Bretons : "« N’oubliez jamais d’être Européens »

Commentaire de Jean LEVY

Il fut un temps où le souci de la République était d'unir fraternellement tous les Français au sein d'une même patrie, en faisant de celle-ci la priorité sur tout encrage provincial, avec comme moyen, l'usage commun du français au détriment des langues régionales. 

Nous n'en sommes plus là.

Le Président de la République a remisé la France dans un coin de son Europe dont il veut assurer la primauté absolue. Il  lui confère même la souveraineté, accordée au peuple par la grande Révolution. Monsieur Macron s'estime "girondin", refusant l'unification libératrice prônée par Robespierre, Marat et Saint-Just. Par ce choix, l'actuel président se classe lui-même dans le camp de la contre-révolution, celui des Girondins qui ont fait césession, ouvrant les portes de la République aux ennemis de la France. 

A chacun son histoire.

 

« N’oubliez jamais d’être Européens »

Le président Macron a fait une demande particulière à la Bretagne dans un contexte international difficile : « J’ai besoin de ces terres qui croient dans l’Europe. N’oubliez jamais d’être Européens, des Européens bretons comme vous savez l’être. Je crois en cette Europe qui protège et cette Europe qui a de l’ambition. Restez fidèles à votre histoire, vos ardeurs et vos passions. »

Défendre la langue bretonne

« La langue française n’est plus menacée par les langues régionales qui ont un vrai rôle à jouer », a déclaré le Président. Emmanuel Macron souhaite « qu’à travers le réseau d’éducation, nous puissions accompagner les différents réseaux comme l’école publique ou Diwan. Nous serons présents au rendez-vous », a-t-il ajouté. Parmi les derniers mots du discours on retiendra le« Bevet Breizh » (Vive la Bretagne), prononcé par le Président en guise d’au-revoir à Quimper.

Macron et les langues régionales. Le Président parle de l’héritage breton. « Je ne crois pas que nous soyons encore au temps où la langue française serait menacée par les langues régionales
Chacun des réseaux scolaires, public, privé et Diwan doit être accompagné. 
Christian Gouerou
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :