Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

«Fake news» ? De l'Elysée au gouvernement, ces cinq fois où l'exécutif français a malmené la réalité

© AFP + Reuters : Eric Feferberg, DANIEL JANIN, Ludovic Marin, Rafael Marchante
De gauche à droite, en haut : Julien Denormandie et Jean-Yves le Drian ; en bas : Bruno Roger-Petit et Emmanuel Macron (photomontage d'illustration).
RT en français

En début d'année, Emmanuel Macron ciblait spécifiquement les médias étrangers pour annoncer son projet de loi contre les «fake news». Cette accusation ad personam aurait-elle conduit à un relâchement en la matière... au sein de l'exécutif français ?

«Les pouvoirs du régulateur seront profondément repensés durant l'année 2018 [...] pour lutter contre toute tentative de déstabilisation par des services de télévision contrôlés ou influencés par des Etats étrangers» : le 3 janvier 2018, lors de ses «vœux à la presse», Emmanuel Macron ciblait ouvertement les médias étrangers lors de l'annonce de son projet de loi pour lutter contre la «propagande» et les «fake news».

Près de sept mois plus tard, la question des «fake news» semble moins que jamais l'apanage des médias étrangers... De fait, en faisant récemment des assertions publiques, l'exécutif français lui-même s'est parfois montré peu soucieux d'exactitude des faits. RT France a recensé, chronologiquement, cinq fausses informations relayées tantôt par l'Elysée, tantôt par des membres du gouvernement. Leur point commun : elles ont toutes été annoncées en 2018.

Il n'y a qu'une cinquantaine d'hommes isolés à la rue en Ile-de-France (selon un secrétaire d'Etat très «précis», en janvier 2018)

Le 30 janvier 2018, Julien Denormandie, secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, ouvre le bal des inexactitudes de l'année en dévoilant le nombre «très précis» de sans-abri en région parisienne.

En effet, à l'heure où le débat s'intensifie autour de l'engagement non tenu d'Emmanuel Macron concernant le fait de ne ne plus voir «personne dans les rues, dans les bois [d'ici la fin de l'année 2017]», Julien Denormandie est invité à l'antenne de France Inter pour commenter la situation. Interrogé sur le nombre de personnes qui ont dormi dehors dans la nuit ayant précédé son passage en radio, le secrétaire d'Etat répond en ces termes : «C'est à peu près une cinquantaine d'hommes isolés, pour être très précis»

Indépendamment du caractère difficilement vérifiable du chiffre avancé, l'association Médecins du Monde n'avait pas tardé à dénoncer un «déni de réalité». La ville de Paris avait par la suite, le 15 février, organisé son propre recensement, dénombrant 2 952 sans-abri dans les rues de Paris.

La France a convaincu Donald Trump qu'il était nécessaire de rester en Syrie (selon le président de la République, en avril 2018)

Dans un entretien télévisé diffusé le 15 avril 2018, Emmanuel Macron assure avoir convaincu son homologue américain de maintenir ses troupes en Syrie. En effet, lors de son intervention, le président de la République française n'hésite pas à décrire l'influence diplomatique de la France sur la stratégie américaine en Syrie : «Il y a 10 jours, le président Trump disait : les Etats-Unis d'Amérique ont vocation à se désengager de la Syrie, nous l'avons convaincu qu'il était nécessaire d'y rester [...], je vous rassure, nous l'avons convaincu qu'il fallait rester dans la durée.»

Toutefois, il n'aura fallu que quelques heures à la Maison Blanche, à travers la voix de sa porte-parole Sarah Sanders, pour recadrer l'Elysée, expliquant que 

POUR LIRE L'INTEGRALITE DE L'ARTICLE

CLIQUEZ CI-DESSOUS

https://francais.rt.com/france/53327-fake-news-elysee-gouvernement-cinq-fois-executif-francais-malmene-realite

Tag(s) : #Médias, #Politique française
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :