Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Angela Merkel trahie par ses propres troupes, au désespoir d’Emmanuel Macron

Angela Merkel vient d’essuyer un sérieux revers sur la scène politique intérieure allemande : un des ses plus proches soutiens, Volker Kauder, a été battu, le 25 septembre, par un quasi-inconnu lors du scrutin pour désigner le président du groupe parlementaire chrétien-démocrate (CDU/CSU) au Bundestag. M. Kauder, qui occupait ce poste depuis 2005 – précisément au moment où Angela Merkel entrait à la chancellerie – était une nouvelle fois candidat à sa propre succession, mais n’a obtenu que 112 voix de la part de ses collègues, face à Ralph Brinkhaus (125 voix), jusqu’à présent vice-président du groupe, et spécialiste des questions budgétaires et financières.

L’affaire est d’autant moins anodine qu’en Allemagne, les présidents de groupe parlementaire jouissent d’un poids bien plus important qu’en France, quasiment à l’égal des dirigeants des partis eux-mêmes. L’événement est donc loin d’être anodin, et n’est pas sans conséquence à l’échelle européenne.

Il survient dans une République fédérale marquée par la fragilité politique de la coalition péniblement constituée en mars dernier. L’été a été rythmé par les polémiques entre la CDU et sa cousine bavaroise CSU à propos de la question migratoire, avec un Parti social-démocrate, troisième parti de la majorité, peinant à se faire entendre. Et le récent limogeage du chef du renseignement intérieur, qui s’est vu dans la foulée accorder une promotion, avant que cette décision ne soit finalement modifiée, a laissé un goût d’amateurisme et d’imprévoyance tout à fait contraire à l’image d’une chancelière assurant la stabilité du pays. La coalition a failli éclater.

Le patron du très influent hebdomadaire Der Spiegel vient de signer un éditorial titré : « des élections, maintenant ! »

Au-delà des péripéties, les observateurs constatent que c’est la formation bancale de la nouvelle « grande coalition », il y a six mois, qui ne cesse d’handicaper la solidité du gouvernement. Cette configuration a été le seul pis-aller trouvé par la classe politique face à la montée du parti AfD, souvent classé à l’extrême droite, devenu la première force d’opposition lors du scrutin de septembre 2017, avec 12,6% des suffrages. Il est désormais crédité de 17% des intentions de vote. Raison pour laquelle les partis au pouvoir redoutent comme la peste tout scrutin anticipé. Même si le patron du très influent hebdomadaire Der Spiegel, face au climat politique délétère, vient de signer un éditorial titré : « des élections, maintenant ! ».

Pour sa part, le SPD n’a pas manqué d’enfoncer le couteau dans la plaie : l’un de ses dirigeants a jugé que la défaite de M. Kauder constituait « une révolte contre Merkel ». Des son côté, la co-présidente du groupe AfD a adressé un compliment ironique et empoisonné au vainqueur : « félicitations à nos collègues conservateurs, un pas dans la bonne direction. Merkel doit suivre ».

Certes, le nouveau patron du groupe CDU/CSU ne se réclame pas d’une ligne frontalement opposée à celle de Mme Merkel. Certains analystes ont donc vu dans sa victoire plutôt un mouvement d’humeur des députés contre une chancelière hésitante et usée qu’une volonté de changement de cap. Reste qu’il s’était illustré par des positions particulièrement dures lors de la crise grecque, et n’hésite pas à affirmer son attachement à une doctrine budgétaire orthodoxe, celle-là même qu’Emmanuel Macron espérait voir adoucie avec le départ du précédent ministre des Finances, Wolfgang Schäuble.

Ralph Brinkhaus est également un proche du ministre de la Santé, Jens Spahn (38 ans) qui a pris ses fonctions en mars dernier. Ce jeune loup met en cause la ligne « modérée » de la chancelière, avec l’ambition, dit-on fréquemment à Berlin, de la remplacer un jour. Il symbolise, tant sur le plan financier que sociétal, l’aile « dure » des chrétiens-démocrates qui brûle d’en finir avec la politique jugée trop « centriste » de Mme Merkel.

A moyen terme…

Si, à court terme, il est peu probable

POUR LIRE LA  SUITE

CLIQUEZ CI-DESSOUS

https://ruptures-presse.fr/actu/kauder-brinkhaus-merkel-cdu/

Tag(s) : #Allemagne
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :