Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Macron et l'ECOLE : Suppressions de postes dans 8 écoles de Seine-Maritime.... Mais... DERNIERE MINUTE

Une victoire arrachée de haute lutte : 

Dernière minute :

Le tribunal administratif de Rouen annule la suppression des 8 postes d'enseignants

Mardi 11 septembre, le tribunal administratif de Rouen a donné raison aux maires des petites communes de Seine-Maritime.  

C'est une victoire arrachée de haute lutte. Mardi 11 septembre, le tribunal administratif de Rouen a annulé les huit suppressions de postes d'enseignants prévues par le rectorat, suite à la réforme de la carte scolaire.
 

Huit classes sauvées 


Huit communes rurales de Seine-Maritime se battaient pour sauver leur classe, voire leur école quand il s'agissait d'une classe unique : Criquebeuf-en-Caux, Goderville, Brémontier-Merval, Goupillières, Longroy, Saint-Hellier, Villainville et Ecrainville.

Cette décision de justice oblige le rectorat à affecter un professeur des écoles dans les huit classes concernées pour l'année scolaire 2018-2019, explique l'avocate des communes, Maître Sandrine Gillet 

A Saint-Hellier par exemple, dont le maire avait obtenu l'affectation d'un maître de manière provisoire, jusqu'au 13 septembre. 

. 3 normandie

En cette rentrée 2018, l’avenir des écoles de 8 communes rurales de Seine-Maritime est incertain. L’Éducation Nationale a ordonné la suppression de postes d’enseignants alors même que le nombre d’élèves augmente.

Les élus locaux ont contesté ces décisions.
 

8 écoles en sursis

Suite à une révision de la carte scolaire, l'inspection académique a pris la décision de supprimer des postes d'enseignants dans 8 communes de Seine-Maritime: Criquebeuf-en-Caux, Goderville, Brémontier-Merval, Goupillières, Longroy, Saint-Hellier,Villainville et Ecrainville.

Des communes de quelques centaines d'habitants dont les écoles sont petites et ont parfois des classes uniques de plusieurs niveaux. Les suppressions des postes d'instituteurs entraînent alors de facto des fermetures d'écoles.

Nous tuons notre ruralité

 Jean-Luc Cosquer, maire de Brémontier-Merval

 

La préfecture a demandé aux maires des communes concernées de mettre en place des regroupements scolaires. De grandes structures qui impliquent des dépenses publiques plus importantes mais aussi des contraintes logistiques pour les enfants.
Pour les élus locaux, ces décisions sont incompréhensibles alors même qu'ils font tout pour accueillir de nouveaux habitants dans leurs villages.

8 maires ont donc saisi le Tribunal Administratif pour faire annuler les suppressions de postes d'enseignants.
Lors d'une première instance, le tribunal a donné raison aux élus. L'inspection académique a fait un recours devant le Conseil d'Etat.
En attendant la décision de justice, les postes d'enseignants ont été attribué de manière provisoire afin que les élèves puissent faire leur rentrée scolaire normalement.


Le reportage de Bérangère Dunglas et Bruno Belamri : 

 

Tag(s) : #Education nationale
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :