Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ENFUMAGE présidentiel

 
 

Au lendemain du discours télévisé de Macron, son contenu est examiné à la loupe et débattu parmi tous ceux qui se sont mobilisés, ces dernières semaines. Verdict : « enfumage ». En particulier, « l’augmentation du SMIC de 100 euros » n’en est pas une : elle comprend la revalorisation automatique du SMIC prévue en janvier 2019 ; et pour le reste, elle consiste en une augmentation de la « prime d’activité », qui ne coûtera pas un centime au patronat – et ne sera pas prise en compte dans le calcul des droits à la retraite.

 

« Sans qu’il en coûte un euro de plus pour l’employeur » : c’est la formule clé du discours de Macron, sa signification profonde. Le grand Capital est rassuré : ses profits ne seront pas touchés par le « nouveau contrat pour la Nation » annoncé par le chef d’Etat. En fait, le grand patronat en sort même gagnant : d’une part, grâce aux heures supplémentaires « sans impôts ni charge » (notamment patronale) ; d’autre part, grâce à la défiscalisation des primes de fin d’années, sachant qu’un certain nombre d’entreprises avaient déjà prévu d’en verser – et que rien n’oblige les autres à en verser.

 

Si le grand Capital n’est pas mis à contribution, s’il bénéficie même de nouvelles ristournes fiscales, qui va payer la facture des annonces de Macron ? La réponse est dans la question : si ce n’est pas le Capital, c’est le Travail qui payera, ainsi que les classes moyennes. 

 

LA SUITE EN  LIEN CI-DESSOUS :

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :