Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les gilets jaunes à Montpellier

Les gilets jaunes à Montpellier

et consumimur igni 

 

  • A Paris, le feu 

    Si Macron comptait sur l’émotion que suscite l’incendie de Notre Dame de

    Paris pour que les gilets jaunes fassent une trêve, c’est raté. Le pouvoir et

    les médias aux ordres avaient pourtant bien orchestré l’affaire en donnant par

    exemple une remontée de 3 points de popularité pour Macron dans un

    sondage BVA, mais un autre sondage publié samedi 20 avril disait que

    finalement la popularité de Macron restait aux alentours de 27%, et donc

    que plus de 70% étaient « mécontents » ou « très mécontents »[1]. Il est

    vrai que commençaient à circuler des images de Macron et de son premier

    ministre qui se fendaient la pipe en allant voir les ruines de Notre Dame de Paris.

     Libération, journal qui croit que ses lecteurs sont aussi bêtes que ses

    journalistes, était très embarrassé et tentèrent d’expliquer qu’en fait ils ne riaient

    qu’avant et pas pendant le recueillement[2].

    Cet article était tellement idiot qu’on croyait avoir à faire à du Sibeth Ndiaye !

    Mais sans doute aussi, une fois l’émotion un peu refroidie, beaucoup se sont dit

    qu’il était très étonnant de voir qu’on n’avait pas d’argent ni pour les maternités, ni pour les retraités, mais que les milliardaires dégageaient en vitesse des centaines de millions pour

    rénover l’édifice. Bernard Arnault qui est aussi stupide que cupide, était

    « consterné » qu’on puisse critiquer les riches qui faisaient le bien[3].

    Bref chaque fois que Macron fait un coup de com, ça ne dure pas très longtemps.  

    Acte XXIII des gilets jaunes, la comédie continue 

    Place de la Comédie à Montpellier 

    Et donc malgré les interdictions de manifester, les contrôles intempestifs

    destinés à intimider, comme dans une dictature ordinaire, la mobilisation n’a

    pas faibli d’une semaine sur l’autre. Castaner-le-menteur donnait 27 300 sur

    toute la France, mais à Paris ils étaient au moins 10 000. Le syndicat France

    Police donnait 90 000 comme la semaine dernière[4].

    Castaner a encore fait rire tout le monde parce qu’il prétendait avoir fait plus

    de contrôles qu’il n’y avait de manifestants. Il avait mobilisé encore 60 000

    policiers – il faudrait plutôt dire miliciens, tant ils s’appliquent à aller

    au-devant des exigences de leur hiérarchie – pour 27 300 manifestants. Moi

    j’arrive à 130 000, soit une légère baisse, mais c’est très peu significatif parce

    que tout le monde attend que Macron avance les mesures qui sont sensées être

    tirées du Grand débat, qui devaient être dévoilées lundi dernier, mais qui ont

    été reportées pour cause d’incendie.

    En vérité, elles sont déjà connues[5], mais elles ne semblent pas devoir

    apaiser quoi que ce soit. On commence à envisager de changer de tactique et

    d’aller vers une réoccupation des ronds-points, de façon à fêter comme il se

    doit les deux ans de malheur qui sont passés depuis l’élection calamiteuse du

    président-fou.  

    Acte XXIII des gilets jaunes, la comédie continue 

    A Toulouse la police a sorti tout de suite les matraques 

    La manifestation du 20 avril a été marquée par deux faits majeurs : le premier est que les interdictions de manifester ont été une nouvelle fois très nombreuses, à Nantes, à Toulouse, à Saint-Nazaire, et donc cela fait qu’il y a forcément moins de monde puisque les gilets jaunes ne peuvent pas rejoindre les cortèges. A Paris de nombreuses stations de métro avaient été fermés pour empêcher les manifestants de rejoindre les cortèges, ce qui est bien la preuve d’une sortie complète de la démocratie. Le second point est que la police a été d’une grande violence tabassant sans ménagement non seulement les manifestants, mais aussi en arrêtant des journalistes qu’il sera difficile de faire passer pour des casseurs[6]. Arrêtés, menottés, frappés parfois, les miliciens de Castaner n’ont pas peur de passer pour des fascistes. Il semble donc que le régime, de plus en plus aux abois ne puisse plus que se maintenir par la force. Des engins blindés avaient été déployés sur les Champs Elysées. Dans cette sournoise bataille, les gilets jaunes ont bien sûr répondu, ne voulant pas abandonner le terrain de la place de la République sans se battre. Un moment les forces de l’ordre ont paru débordées, mais il faut bien le constater, le rapport de force était du côté des miliciens suréquipés.

    Acte XXIII des gilets jaunes, la comédie continue 

    Sur cette photo on peut voir l’arrestation de Gaspard Glanz, reporter de Taranis News, menotté, les mains dans le dos 

    Sur BFMTV, il y avait un député LREM, Jacques Marilossian pour ne pas le nommer, qui est venu nous rappeler à quel point cette engeance était aussi stupide que mal embouché. Cet idiot, anciennement PS, c’est tout dire, s’en est pris vertement à Jérôme Rodrigues le traitant de « grand débile »[7]. Ce crétin a pris les mauvaises habitudes de son patron, il crache sur tout ce qui n’est pas lui, entendant par là qu’au fond il est bien meilleur que tous les autres, et donc qu’on ne voit pas pourquoi on parle encore des gilets jaunes. Il est un représentant du peuple – enfin, soi-disant – il devrait donc faire preuve dans une démocratie d’un peu de retenue.

    Mais le syndrome versaillais le gagne lui aussi. Et on suppose qu’il voudrait faire passer tous les gilets jaunes à la broyeuse, mais il y en a beaucoup trop. Il n’est pas d’origine turque, on le sent pourtant prêt à faire un génocide. Que cet imbécile ne vienne pas se plaindre s’il reçoit en échange de son immense crétinerie un tombereau d’injures. Wauquiez a critiqué le gouvernement, trouvant que celui-ci n’en faisait pas assez en matière de répression.

    Et puis voilà maintenant Bernard Lavilliers qui au début avait soutenu les gilets jaunes, qui les trouve trop « poujadistes »[8], alors qu’en se radicalisant, ils sont sortis depuis belle lurette de revendications catégorielles comme on dit. Pour dire la vérité, j’aurais honte d’être lui, non seulement il bave sur les gilets jaunes, mais il encense Macron au motif qu’il n’y aurait personne pour le remplacer. C’est là qu’il montre qu’il n’a strictement rien compris, il ne s’agit pas de remplacer Macron par Pierre, Paul ou Jacques mais plutôt que le peuple exerce le pouvoir par lui-même.

    En vérité Bernard Lavilliers n’aime pas les gilets jaunes, même si de temps à autre il vend l’image d’un homme qui vient du peuple. Les gilets jaunes doivent sans doute gêner ses petites affaires ou ses loisirs. Il a beaucoup d’argent évidemment.  

    En tous les cas, on a bouclé le XXIIIème épisode de la grande saga des gilets jaunes. On a entamé le 6èmemois de lutte. C’est inédit, il faut vraiment que le peuple en ait plus que marre pour continuer ainsi samedi après samedi. Ce que ne comprend pas Macron c’est que plus le mouvement dure, plus les gilets jaunes s’aguerrissent. Ils créent de fait des réseaux, des liens qui leur serviront quoi qu’il arrive pour la suite. Ils apprennent aussi à affronter les forces de l’ordre, à vaincre leur part face à la répression féroce du bloc bourgeois. 

    Acte XXIII des gilets jaunes, la comédie continue 

    Macron a tenté une autre diversion, donner la légion d’honneur à ce médiocre d’Houellebecq. Mais ça s’est aussi retourné contre lui et contre l’écrivassier. En effet Houellebecq après avoir servi la soupe à Sarkozy est parti la servir à Macron, pensant sans doute que recevoir une médaille en chocolat cela l’anoblirait. Mais ses pitreries commencent à lasser, et son dernier roman, Sérotonine, s’il s’est bien vendu n’a pas fait le succès de son précédent, Soumission. Beaucoup commencent à bouter de son talent, et ses misérables contorsions politiques ne feront ni avancer ses petites affaires, ni celles du président-fou. Notez que la mesquinerie de Macron est en train de devenir proverbiale, il a invité Sarkozy, comme aux Glières, mais pas Hollande. C’est pourtant à ce malheureux qu’il doit une partie de son ascension.

    NOTES :
     
    Partager via Gmail

  •  

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :