Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

8 mai 2019  : Macron sur les Champs-Elysées dans une avenue vide de Parisiens

Les Gilets jaunes  en fin 2018 eux étaient en foule
Les Gilets jaunes  en fin 2018 eux étaient en foule

Les Gilets jaunes en fin 2018 eux étaient en foule

et consumimur igni

La pluie et la morosité étaient au rendez-vous de ce 8 mai 2019.

La violence de la répression policière en France a des effets inattendus sur les cérémonies auxquelles participe Macron. Donc ce 8 mai qui commémore la défaite de l’Allemagne, sa reddition sans condition plus exactement.

Cet événement considérable était un appel vers plus de liberté. Mais 74 ans plus tard ce que célèbre Macron sur une avenue des Champs Elysées déserte, c’est exactement le contraire : la fin des libertés et donc de l’Etat de droit.

Malgré les sourires crispés des limaces qui entouraient le président-fou, Hollande et Sarkozy, on a observé que les Parisiens avaient été écartés de ces célébrations comme nous le voyons ci-dessous.

L’Etat policier avait quasiment interdit à la population de se rassembler sur les Champs-Elysées de crainte évidemment que Macron ne soit conspué.

Mais malgré le vide qui avait été organisé autour de lui, il fut tout de même sifflé dès qu’il apparut… de loin, et les « Macron, démission » habituels fusèrent[1].

Il doit s’y faire, il restera comme le président le plus haï de l’histoire de France. Et c’est le seul titre qu’il ne remportera jamais. Quelle différence avec ce qui s’était passé sur les Champs Elysées le 8 mai 1945, avec une foule en liesse !

Les deux photos que nous publions ci-dessous ont une double signification : d’abord elle montre qu’en 74 ans le pouvoir politique s’est complètement coupé du peuple. Et le président en exercice n’ose même plus sortir dans la rue sans sa milice qui l’accompagne. Il confisque donc les cérémonies pour son image – bien ternie il est vrai – mais il exclut le peuple des célébrations, restant dans l’entre-soi de l’oligarchie.

On peu ainsi mesurer le chemin parcouru à l’envers et donc par conséquent directement la fin de la démocratie en France. Un président qui a peur à ce point du peuple peut-il encore gouverner ? Jusqu’à quand la milice le protégera du peuple en colère ? Mais on remarque que les partisans de Macron qui ont l’air de s’en foutre du 8 mai 1945 comme du 1er mai n’étaient pas là non plus.

On n’a jamais vu, je crois, un président aussi isolé. Il est vrai qu’il s’est tellement coupé de la vie sociale et politique que son parti croupion n’est même pas capable d’organiser une manifestation, même un peu étroite, pour le soutenir. Je ne sais pas trop ce que représente pour les Français commémorations, parce que d’un côté on les couvre d’un grand apparat, et de l’autre, on dissuade le peuple de s’y rendre.

Non seulement parce que la milice de Castaner l’interdit, mais aussi parce que les médias dominants tout occupé qu’ils sont à célébrer la mondialisation et l’Union européenne qui n’en est qu’un avatar, incitent le peuple à s’en éloigner pour préserver l’amitié franco-allemande. On se retrouve un peu dans la même configuration que celle qui consiste à dire que tout de même La marseillaise est un hymne un peu trop belliqueux. Il y a donc bien une contradiction dans les termes et on ne peut pas faire le grand écart permanent entre les deux.

 Macron et le 8 mai

 Les Champs Elysées le 8 mai 2019

Macron et le 8 mai 

Les Champs Elysées le 8 mai 1945

Le second point de cet affadissement politique d’un régime qui vire à la dictature c’est qu’on n’ose pas parler de la capitulation de l’Allemagne. Et en effet, vu que nous vivons sous son joug par euro interposé, on n’ose pas rappeler que l’Allemagne non seulement pilla la France pendant 5 longues années, et que cela lui permit de prendre une avance de développement économique sur toute l’Europe, mais que si elle n’a jamais payé ses dettes de guerre – celles de 14-18, comme celles de 39-45 – c’est elle qui bénéficia le plus des aides américaines pour sa reconstruction.

Mais Macron a décidé d’être le collaborateur le plus zélé de l’Europe allemande, au point de brader tous nos intérêts comme par exemple en signant le traité ignominieux d’Aix-la-Chapelle[2].

Le langage a changé. Le monde dans son compte rendu de la cérémonie parle de la capitulation du IIIème Reich, plutôt que de la capitulation de l’Allemagne, histoire de ne pas contrarier nos voisins, tant et si bien qu’on ne comprend pas que le 8 mai est d’abord la célébration d’une victoire militaire[3]. Alors que c’est bien cette victoire militaire, et le désarmement consécutif de l’Allemagne, et non pas la construction européenne qui allait ouvrir une longue période de paix.

Mais la très grande majorité des Français ne font pas cette lecture et tient tout à fait à garder l’image d’une défaite militaire allemande. Pour obtenir une inflexion dans l’autre sens, et donc que finalement on ne célébrât plus la défaite de l’Allemagne, il va falloir retirer l’histoire de la Seconde Guerre mondiale des programmes scolaires !

Certes il y a des avancées depuis quelques années qui vont dans le sens d’un rétrécissement de la mémoire collective. Mais on n’en est pas encore là. On voit ici que le devoir de mémoire, comme on dit, se combine avec le combat politique pour entraver la marche vers la dictature du pouvoir des marchés.

La façon dont Macron s’y prend pour célébrer le 8 mai, c’est en quelque sorte une manière de nous voler notre patrimoine commun. 

 

Dans la folie ordinaire du pouvoir macronien, Castaner-le-menteur n’a pas pu s’empêcher de mentir une fois de plus. Mais comme il n’y avait pas aujourd’hui de manifestation – c’était interdit n’est-ce pas – il a fait reporter son effort en faisant un peu de lèche aux policiers qui le protègent lui et son patron.

Donc pour célébrer le 8 mai, non seulement il a évité de citer l’Allemagne ou les Allemands, mais il a célébré l’attitude de la police pendant l’occupation.

C’est plus que du révisionnisme !

C’est une saloperie, justement parce que l’attitude de la police français pendant l’occupation pose un énorme problème. Si bien évidemment nous savons qu’il y a eu des policiers résistants, nous savons aussi que massivement ils ont obéi à Vichy, comme aujourd’hui ils obéissent voire devancent les désidératas de leurs patrons. Il y a bien en France un parti de l’ordre et de la collaboration qui est justement représenté par la police, celle de Vichy, ou celle de Macron, elle obéit aux mêmes réflexes.

Je ne sais pas si c’est spécifiquement français, mais en tous les cas les flics n’ont jamais fait preuve dans leur ensemble d’une culture de résistance. La photo qui suit le tweet immonde de Castaner, montre la police française aux ordres de l’Allemagne en train de rafler des Juifs qui partiront ensuite pour les camps de concentration pour la plupart ne plus en revenir.

Sans l’ignoble coopération de la police française, les Allemands n’auraient pas pu réaliser cette opération qui s’est développé sous la houlette d’un préfet qui ne n’appelait pas Lallement, mais Bousquet. Bref comme toujours Castaner aurait mieux fait de se taire, à moins que ce soit Sibeth Ndiaye qui lui rédige ses posts !

Macron et le 8 mai

Macron et le 8 mai

Ce 8 mai 2019 est un nouveau fiasco pour Macron, et dans une moindre mesure pour Castaner. Mais à l’heure actuelle, tout ce qu’il touche se transforme en cauchemar et l’enfonce toujours plus dans sa nullité crasse. Je passe volontairement sur les annonces assez drôles qui consistent à faire le croire le temps d’une élection – les européennes – à un tournant écologique de ce petit monstre.

Nous aurons l’occasion d’y revenir.

Les trois ans qui viennent vont virer au cauchemar surtout que la conjoncture est mauvaise pour toute l’Europe et probablement même au-delà.

Trois ans c’est très long pour nous, mais c’est très long aussi pour lui.

Tag(s) : #Macron, #Histoire
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :