Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par son 'Opération Bagration' - 23 juin 1944 - l'offensive de l'armée soviétique sur un front de plus de 600 kms libère les territoires encore occupés de l'Union soviétique, dont la Bielorussie, et la moitié de la Pologne, alors que les forces allié, à l'Ouest,  se déploient sur le front de Normandie
Par son 'Opération Bagration' - 23 juin 1944 - l'offensive de l'armée soviétique sur un front de plus de 600 kms libère les territoires encore occupés de l'Union soviétique, dont la Bielorussie, et la moitié de la Pologne, alors que les forces allié, à l'Ouest,  se déploient sur le front de Normandie
Par son 'Opération Bagration' - 23 juin 1944 - l'offensive de l'armée soviétique sur un front de plus de 600 kms libère les territoires encore occupés de l'Union soviétique, dont la Bielorussie, et la moitié de la Pologne, alors que les forces allié, à l'Ouest,  se déploient sur le front de Normandie

Rétablir la vérité

Depuis le débarquement des alliés sur le sol normand, le 6 juin 1944, toute la propagande occidentale ressace l'idée que ce sont "les Américains" qui nous ont libérés. Certes, les forces US, britanniques, canadiennes, et aussi 'françaises libres' ont payé cher l'Opération Overland, qui devait chasser en sept mois du territoire français l'occupant allemand. 

Mais, il faut le dire, cette opération n'a pu être tentée que du fait de l'absence sur ce front des deux-tiers de l'armée allemande.

L'essentiel des forces de celle-ci étaient disposées sur le front de l'Est, face à l'armée soviétique qui devait déclancher, sur près de 1000 kms, l'Opération Bagration, le 23 juin, qui devait en deux mois libérer l'intégralité du territoire soviétique, la moitié de la Pologne et des pays baltes.

Sur un front de plus de 1 000 kilomètres de large, les Russes avaient avancé de 600 kilomètres en 2 mois. La Biélorussie, une partie de la Lituanie, de l’Estonie et de la Pologne avaient été libérées et l’Armée rouge se trouva ainsi à la frontière de la Prusse-Orientale. De plus, le Groupe d’armées Centre était virtuellement détruit, perdant les 15 premiers jours 400 000 hommes des IIIe Panzerarmee et des IVe et IXe armées d’infanterie, ainsi que 30 généraux dont 8 tués, soit 25 divisions.

Du côté russe on estime les pertes du 22 juin au 22 juillet à 381 000 morts et 158 480 prisonniers. Selon d’autres sources, du 22 juin au 29 août, le Groupe d’armées Centre aurait entièrement perdu 17 divisions et 3 brigades, auxquelles il faut ajouter 50 divisions réduites de moitié.

REPRIS SUR

Histoire de la Normandie

Durant ce temps, les alliés tentaient de rompre le front ennemi en Normandie, ce qu'ils réalisèrent à Coutance le 31 juillet. Les contre-offensives allemandes à Mortain le 6 août sont un échec, du fait que  depuis le 6 juin 1944, la Luftwaffe est quasiment inexistante, occupée qu'elle est sur le Front de l'Est.

La dernière grande phase de la bataille de Normandie correspond aux combats de la poche de Falaise qui se déroule entre le 1er et le 21 août.

Après trois mois de combats, la Normandie est débarrassée de l'occupation allemande, mais au regard de ses villes rasées, de sesnombreux villages détruits, et de ses 20.000 civils morts, le double du total des pertes allées, la victoire laisse un goût amer.

Les forces anglo-américaines et françaises libres sont enfin à même de foncer vers Paris qui sera libéré le 25 août.

     - Pertes américaines :       6 603 hommes 
   
  - Pertes britanniques :  3 000 hommes
     - Pertes canadiennes :    946 hommes 
     - Pertes françaises (commando Kieffer) :

                                                      10 hommes tués
   
     - Pertes allemandes : 6 500 hommes

 

 

 

Tag(s) : #Histoire, #1944
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :