Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actes XXXVIII, les gilets sont la seule opposition sérieuse à Macron

"Ca n'empêche pas Nicolas"

et 

la position de gilets jaunes

publiée ci-dessous.

par Jean LEVY

 

Ces gilets jaunes ont raison d'insister sur le caractère novateur du mouvement, de sa combativité  mesurée par 38 semaines d'action contre Macron et sa politique. Celle-ci est dictée par les grandes sociétés multinationales, celles du CAC 40 en premier, leurs polititiens aux ordres, les médias dont ils sont les patrons, ce qu'on nomme globalement l'oligarchie. 

Les gilets jaunes ont déclanché le 17 novembre 2018 une offensive générale contre cette société basée sur le profit privé, les privilèges d'une caste de plus en plus isolée dans la société comme l'était, en 1789, l'aristocratie.

Les gilets jaunes ont ainsi bousculé l'ordre établi en bout de course. Ils sont devenus les nouveaux sans-culottes de notre époque. 

Mais faut-il en conclure comme le laisse entendre le texte ci-dessous que les gilets jaunes constituent la SEULE FORCE POPULAIRE engagée dans l'action contre ce régime totalitaire, personnifié par Macron et son équipe ?

Certes, les directions syndicales, dont malheureusement la CGT, n'ont pas su ou pas voulu engager le combat de classe de grande ampleur que nécessite la prédation de notre société par les princes de la finance, les petits marquis de la politique et leurs chiens de garde des médias. Pire des responsables  de ces organisations - PCF compris - ont appelé notre peuple à voter pour Macron, en 2017,  pour éviter un danger prioritaire que serait Marine Le Pen et des amis du Rassemblement National.

L'actualité sociale d'ampleur inconnue durant cette période estivale montre que la lutte sociale participe au premier degré à la lutte concrète contre ce régime et son premier représentant, Emmanuel Macron, l'homme de la banque Rothschild.

Le mouvement populaire s'exprime avec force dans les hôîtaux où plus de 250 CHU sont en grève, à la SNCF où la CGT et Solidaire mènent des actions multiples contre les fermetures de lignes, de gares et de guichets, dans les Postes, les grandes surfaces commerciales, voire dans des multinationales comme Amazone.

Nombre d'actions, et on doit s'en féliciter,  sont menées conjointement CGT et Gilets jaunes.

Cela veut dire que le mouvement de rejet du pouvoir macronien ne peut avoir d'issue positive que dans l'union du peuple de France, dans sa lutte de masse unie contre le pouvoir de la caste des privilégiés qui met en cage notre pays en lui faisant perdre toute souveraineté dans le cadre du libre marché, politiquement acté par l'Union européenne.

La libération sociale est inséparable de la libération nationale, et les luttes quotidiennes, doivent  s'inscrirent dans cette perspectives.   

Jean LEVY

On commence à se rendre compte que même s’il y a bien moins de monde mobilisé, les gilets jaunes sont toujours là, y compris sur les ronds-points et aux péages. Ce qui veut dire qu’ils se positionnent dans une guerre d’usure qu’ils savent longue[1].

Il y a donc clairement une évolution de la stratégie des gilets jaunes qui sont les seuls à faire le lien entre toutes les misères qu’imposent Macron et son gouvernement. Ce faisant ils font d’une pierre deux coups, ils maintiennent la pression sur Macron dont la cote de popularité ne remonte pas comme nous l’avons montré[2], et ils ringardisent les formes passées de la politique, que ce soient les partis ou les syndicats, ils montrent qu’ils sont incapables d’attaquer de front l’ensemble de la politique macronienne. Et si les gilets jaunes ne sont toujours pas en vacances, les bureaucrates des partis et des syndicats le sont bien, et depuis longtemps. Ils peinent à imaginer qu’à la rentrée il va bien falloir qu’ils fassent quelque chose pour montrer qu’ils existent.

Ce samedi 3 aout était marqué par l’indignation qui a finalement saisi la population française en ce qui concerne le comportement de la police. Même Castaner, plus très loin de la sortie, a reconnu que le comportement des forces de l’ordre posait un problème, et que le rapport plus que controversé de l’IGPN – la machine à laver de la police – ne résolvait pas la question[3].

Il a fallu la mort de Steve pour qu’enfin l’unanimité se fasse sur ce problème. Jusqu’ici les médias étaient arrivés à minimiser l’étendue de la répression des gilets jaunes qui subissent depuis des mois la haine des forces de l’ordre transformées en milice. 

Actes XXXVIII, les gilets sont la seule opposition sérieuse à Macron   

A Nantes le divorce entre les populations et la police est consommé 

Cette journée était classée noire par Bison futé pour cause de chassé-croisé entre les juilletistes et les aoutiens. Cela a permis aux préfets de prendre des arrêtés pour interdire – interdire est la manière macronienne de faire de la politique – les manifestations aux péages autoroutiers.

C’est qu’en effet, une opération péages gratuits sur des autoroutes bondées, ferait perdre un maximum d’argent à la canaille qui rackette le peuple avec l’assentiment des politiciens. Ces derniers temps on s’est souvenu que les profits que les sociétés autoroutières insatiables avaient faits sur le dos des Français étaient plus qu’exagérés. 9 Français sur dix trouvent ces profits extravagants[4]. Et leur marge a encore augmenté cette année.

Mais répétons-le, cette situation ubuesque qui plombe les finances de l’Etat, ne pourrait pas exister sans la corruption des politiciens. De plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer une renationalisation de ce bien public y compris, c’est un comble, chez certains députés[5]. Les gendarmes ont dû intervenir plusieurs fois dans le Rhône pour empêcher la gratuité des péages[6]. 

Actes XXXVIII, les gilets sont la seule opposition sérieuse à Macron

A Montpellier les gilets jaunes ont défilé contre la répression policière 

A Nantes où les manifestants étaient plusieurs milliers, la police n’a pas failli à sa réputation, elle a rapidement déclenché les hostilités. A Perpignan également où la permanence du député macronien avait été saccagée, une foule importante a crié son hostilité à la police qui commence à faire l’unanimité contre elle depuis quelques semaines. Car si jusqu’ici on pouvait penser que la police usait de violence seulement envers des gilets jaunes violents, cette idée est dépassée.

Ce qui est en cause c’est le régime dictatorial de Macron, mais aussi la veulerie de la police qui se contente – à quelques exceptions près – à renvoyer la balle du côté de Castaner. On aurait tort de dissocier les manifestations pour Steve ou les attaques des permanences des députés LREM, du mouvement des gilets jaunes. La preuve ? A Lyon les gilets jaunes ont attaqué la permanence de Thomas Rudigoz à coups d’œufs et de tomates.

Le but est de montrer clairement qu’aujourd’hui les députés sont sous surveillance, qu’on n’a pas confiance en eux, qu’ils n’ont plus le droit à la tranquillité pour faire leurs petites affaires en douce. D’une manière ou d’une autre on voit que Macron et sa bande ont l’art et la manière de susciter des manifestations à n’en plus finir tous les samedis. Car s’ils ne nous laissent aucun repos avec leurs réformes de structures à jet continu, et bien nous non plus nous ne les laissons pas prendre des vacances. 

Actes XXXVIII, les gilets sont la seule opposition sérieuse à Macron

A Nantes la manifestation pour Steve a rapidement dégénéré 

Donc même si le mouvement des gilets jaunes est un peu en sommeil, il est toujours vivant. Tout le monde se prépare pour le mois de septembre pour pousser au cul les syndicats sur la réforme des retraites. C’est un enjeu capital. On fait remarquer qu’ils ont laissé passer la réforme des allocations chômage sans broncher, mais pour la réforme des retraites, c’est différent, on ne les laissera pas nous endormir. 

Actes XXXVIII, les gilets sont la seule opposition sérieuse à Macron

A Lyon une permanence LREM a été attaquée

A Paris, les médias ont fait l'impasse sur cette mobilisation, c’était pourtant la plus grosse manifestation de gilets jaunes depuis des mois. Ils étaient plusieurs milliers à manifester contre la violence de la répression policière, ce qui est tout de même inédit en plein mois d’août. ce rebond un peu surprenant laissant bien entendre que les gilets jaunes vont être encore plus présents à la rentrée et qu'ils ne lâchent rien. 

 Actes XXXVIII, les gilets sont la seule opposition sérieuse à Macron   

A Paris ils étaient plusieurs milliers

Tag(s) : #Gilets jaunes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :