Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cinq ans après, les FRALIB, ça marche ?
Cinq ans après, les FRALIB, ça marche ?

Là-bas si j'y suis

Vous vous souvenez, en 2010, la longue lutte des FRALIB pour sauver leurs emplois en créant leur propre boîte ? Beaucoup de salariés abattus par un plan social ont été tentés de remonter l’entreprise par eux-mêmes, mais très peu ont réussi.

Et eux, cinq ans après, où en sont les ex-FRALIB devenus SCOP-TI ?

N’oublions pas que si les patrons et surtout les actionnaires ont besoin des salariés, le contraire n’est pas une obligation !

Audio Player
 

1336. C’est le nombre de jours qu’a duré la lutte des salariés de FRALIB contre le géant néerlando-britannique Unilever, pour empêcher la fermeture de leur usine à Gémenos, dans les Bouches-du-Rhône.

1336, c’est devenu la marque du thé qu’ils produisent désormais, après avoir repris l’usine en coopérative en 2014. Cinq après, où en sont les ex-FRALIB devenus Scop-TI ? Est-ce que leur société coopérative ouvrière fonctionne toujours ? « C’est possible : on fabrique, on vend, on se paie ». C’était la fameuse phrase des LIP dans les années 1970, qui ont montré qu’on pouvait continuer à produire en se passant des patrons. Quarante après, Scop-TI poursuit cette longue histoire d’autogestion.

Entretien de Daniel Mermet et Gaylord Van Wymeersch avec :

- Olivier Leberquier, président de la coopérative Scop-TI
- Omar Dahmani, président de l’association Fraliberthé

POUR ECOUTER
CLIQUEZ CI-DESSOUS

https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/scop-ti-infuse-l-autogestion

 

Audio Player

 
 
00:00
 
01:40
[EXTRAIT] Scop-TI infuse l’autogestion [RADIO]

 

Tag(s) : #Scop fralib, #Allemagne, #Amérique latine Brésil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :