Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Crises

Source : Project Veritas, Christian Hartsock,

Importante mise à jour : YouTube a retiré la vidéo de sa plateforme. La vidéo est toujours disponible sur cette page du site.

MISE À JOUR 1 : Le membre du Congrès Louie Gohmert a publié une déclaration, indiquant que « Google ne devrait pas décider si le contenu est important ou anodin et ils ne devraient certainement même pas se mêler de notre processus électoral. Ils ont besoin qu’on leur retire leur immunité… »

MISE À JOUR 2 : Jen Gennai, directrice de Google, a RÉPONDU à la vidéo en disant : « J’ai eu une discussion informelle avec quelqu’un dans un restaurant et j’ai utilisé un langage imprécis. Projet Veritas m’a eue. Bien joué. »

  • Une source interne : Google « est déterminé à ne plus jamais laisser quelqu’un comme Donald Trump reprendre le pouvoir. »
  • La directrice de l’innovation responsable de Google trouve Elizabeth Warren « malavisée » quant à une « désintégration de Google ».
  • La cadre de Google demande de ne pas les désintégrer : « les compagnies plus petites n’ont pas les ressources » pour « empêcher la prochaine élection de Trump ».
  • Selon un cadre interne, le contenu de PragerU et Dave Rubin a été supprimé, référencé « d’extrême droite ».
  • Les documents qui ont FUITÉ mettent l’accent sur « l’équité des algorithmes d’apprentissage » et les pratiques de Google pour rendre les résultats de recherche « justes et équitables ».
  • Les documents semblent dévoiler les politiques « éditoriales » qui déterminent la façon dont Google publie les nouvelles
  • Une source interne : Google viole la « lettre de la loi » et « l’esprit de la loi » sur la section 230

Voir la vidéo ici

(New York City) – Le Projet Veritas a publié un nouveau rapport sur Google qui comporte une vidéo sous couverture d’un cadre supérieur de Google, des documents divulgués, et le témoignage d’une taupe de chez Google. Le rapport semble montrer les plans de Google pour influer sur le résultat des élections de 2020 et « empêcher » le prochain « scénario Trump ».

Le rapport comprend des séquences en caméra cachée d’une employée de longue date de Google et cheffe de l’innovation responsable, Jen Gennai:

« Elizabeth Warren dit qu’on devrait briser le monopole de Google. Et je répondrai, je l’aime bien, mais elle est bien mal conseillée, ce genre de méthode n’arrangera pas les choses, bien au contraire, cela ne fera que les empirer, parce qu’il appartiendra à toutes ces petites entreprises qui n’ont pas les mêmes ressources que nous d’empêcher la prochaine élection de Trump, or, c’est justement ce qu’une petite entreprise ne peut pas faire. »

 

Jen Gennai

James O’Keefe, le fondateur de Project Veritas a déclaré :

« C’est la troisième fois qu’une source interne d’une entreprise technologique se met courageusement en avant pour dénoncer les secrets de la Silicon Valley. Ces nouveaux documents, appuyés par une vidéo en caméra cachée, soulèvent des questions sur la neutralité de Google et sur le rôle qu’ils se voient jouer dans les élections de 2020. »

Jen Gennai est à la tête de la division « Innovation responsable » de Google, un secteur qui surveille et évalue la mise en œuvre responsable des technologies de l’intelligence artificielle (IA). Dans la vidéo, Gennai dit que Google travaille avec sérieux pour « empêcher » les résultats des élections de 2016 de se répéter en 2020 :

« On s’est tous fait avoir en 2016, encore une fois, ce n’était pas que nous, c’était les gens, les médias, tout le monde s’est fait avoir, alors on s’est très vite demandé ce qui s’était passé et comment empêcher que ça ne se reproduise. »

« Nous travaillons également sur nos algorithmes, du style, si 2016 devait se reproduire, est-ce qu’on aurait, le résultat serait-il différent ? »

Google : l’intelligence artificielle en faveur d’un État « juste et équitable »

Selon la taupe, la transparence des outils d’apprentissage artificiel [Machine Learning Fairness, NdT] est l’un des nombreux outils que Google utilise pour promouvoir un programme politique. Des documents divulgués par un informateur de Google traitent de l’équité de l’apprentissage automatique et de « l’injustice algorithmique » que l’intervention des produits d’IA vise à résoudre :

 

 

La taupe a donné des exemples de recherche qui montrent l’équité des outils d’apprentissage artificiel en action.

 

« La raison pour laquelle nous avons lancé nos principes d’I.A., c’est parce que les gens ne faisaient pas la part des choses, qu’ils ne disaient pas ce qui est juste et ce qui est équitable, alors nous, on va dire que nous sommes une grande entreprise, alors, nous allons le dire. » –

Jen Gennai, responsable de l’innovation responsable, Google

Le cadre de Google a expliqué l’impact de l’intelligence artificielle et de l’équité des algorithmes d’apprentissage :

« Ils vont redéfinir une réalité basée sur ce qu’ils pensent être juste et sur ce qu’ils veulent, et ce qui fait partie de leur programme. »

Comment définir des informations crédibles et un programme éditorial…

D’autres fuites expliquent en détail comment Google définit et hiérarchise le contenu des différents éditeurs de nouvelles et comment ses produits présentent ce contenu. Un document, intitulé « Lettre d’information – Fake News » [lettre d’informations sur les fausses nouvelles, NdT], explique l’objectif de Google qui consiste à avoir un « point de vue unique, une vérité » sur l’ensemble de ses produits.

 

Un autre document reçu par Project Veritas explique le « News Ecosystem » [écosystème d’informations, NdT] qui mentionne des « lignes directrices éditoriales » qui semblent être déterminées et administrées en interne par Google. Ces principes contrôlent la façon dont le contenu est distribué et affiché sur leur site.

 

Selon les documents qui ont fait l’objet de fuites, il semble que Google prend des décisions concernant les informations qu’il promeut et diffuse sur son site.

Les commentaires de Gennai soulèvent des questions analogues. Dans une conversation avec des journalistes de Veritas, Gennai explique que selon les pratiques éditoriales de Google, les « sources conservatrices » ne sont pas toujours considérées comme des « sources crédibles ».

« En ce qui concerne l’équité, on nous accuse d’être injustes envers les conservateurs parce que nous choisissons ce que nous trouvons comme sources d’information crédibles et il se trouve que ces sources ne coïncident pas nécessairement avec les sources conservatrices… »

Le cadre interne de Google a jeté un éclairage supplémentaire sur la façon dont YouTube rétrograde le contenu de personnes influentes comme Dave Rubin et Tim Pool :

« Ce que YouTube a fait, c’est qu’ils ont changé les résultats du moteur de recommandation. Donc, ce que le moteur de recommandation essaie de faire, c’est de dire, eh bien, si vous aimez A, alors vous allez probablement aimer B. Donc un contenu similaire à Dave Rubin ou Tim Pool, au lieu de mettre en avant Dave Rubin ou Tim Pool comme des gens que vous pourriez aimer, ce qu’ils font, c’est de suggérer différents médias, comme CNN, ou MSNBC, ou ces médias à tendance politique de gauche. »

Document interne de Google : « Les gens comme nous sont programmés »

Un autre document reçu par Projet Veritas, intitulé « L’équité n’est pas le problème », dit « Les gens (comme nous) sont programmés » d’après les résultats de l’équité des algorithmes d’apprentissage. Le document explique comment les « biais de l’inconscient » et les algorithmes interagissent.

 

Veritas est « la seule voie »

Ce que dit la source :

« La raison pour laquelle je me suis adressée à Veritas, c’est que vous êtes les seuls en qui j’ai confiance pour être un vrai journaliste d’investigation. Journaliste d’investigation est un choix de carrière sans avenir, mais d’une façon ou d’une autre, vous avez réussi à faire en sorte que ça marche. Et c’est pour cela que je suis venu vous voir au Projet Veritas parce que je savais que c’était le seul moyen pour que cette histoire puisse être rendue publique. »

« Ce que je veux dire, c’est qu’on est face à un monstre, c’est un Goliath, je ne suis qu’un David qui essaie de dire que l’empereur est nu. Et, étant une petite fourmi, je peux être écrasée, et j’en suis conscient. Mais, c’est quelque chose qui est plus énorme que moi, c’est quelque chose qui doit être dit au public américain. »

Le Projet Veritas a l’intention de continuer à enquêter sur les abus commis dans les grandes entreprises de technologie et encourage davantage de gens internes à la Silicon Valley à partager leurs expériences dans le cadre de leur campagne Be Brave [Soyons courageux, NdT]

Au moment de la publication, Google n’avait pas répondu à la demande de commentaires de Project Veritas. D’autres documents Google qui ont fait l’objet de fuites peuvent être consultés ICI.

Reporter : Christian Hartsock

 

Tag(s) : #Médias
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :