Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultat de recherche d'images pour "ADP Images"

Les Crises

Le nombre de soutiens validés au référendum d’initiative partagée (RIP) portant sur le caractère de service public des Aéroports de Paris (ADP) a récemment dépassé les 900 000 signatures.

Le challenge reste encore est énorme mais néanmoins crucial : pour qu’un référendum soit organisé sur la privatisation d’ADP, 4 717 396 signatures doivent être réunies d’ici mars 2020.

Si vous n’avez pas encore signé la pétition, nous vous proposons de suivre pas à pas notre guide en 5 étapes :

 https://www.les-crises.fr/tuto-notre-guide-pour-signer-la-petition-referendumadp/

À ce sujet, voici notre recension du dernier ouvrage de Daniel Schneidermann, Pourvoir dire Stop – Le ciel est à Nous » (Les Arènes, 2019), réalisé par le site Les-Crises.Fr.

******

Si vous pensiez trouver ici un ouvrage spécialisé et laborieux sur la politique commerciale aéroportuaire, alors passez votre chemin. Le récent livre de Daniel Schneidermann est un véritable coup de poing sur la table, et un coup de poing éminemment politique.

En effet, le scandale d’une prochaine privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) a convaincu Daniel Schneidermann de reprendre la plume, dans un texte court mais percutant, avec l’objectif d’informer et de mobiliser autant que possible les citoyens français autour de la possibilité d’un référendum sur cette question.

Un référendum nécessaire

Page après page, l’auteur nous dévoile les véritables enjeux de la privatisation d’ADP, et nous fait prendre conscience de la responsabilité qui se retrouve tout à coup entre nos mains de citoyens. Peu importe notre avis sur cette privatisation : que l’on soit pour ou contre, l’essentiel est que la décision nous revienne par référendum.

Ainsi, pour nous en convaincre un peu plus, l’auteur prend soin de rapporter les arguments des opposants et des partisans de la privatisation d’ADP, allant jusqu’à interroger le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire.

Cet ouvrage permet au lecteur de s’extirper des flux d’informations incessants, en lui offrant tout le recul nécessaire, notamment à travers une brève histoire des privatisations et des différents scandales politiques sur le sujet. Sont évoqués, entre autres, la privatisation de l’aéroport de Toulouse et de Lyon, ainsi que celle des autoroutes. À la lecture de ces pages, le lecteur réalisera notre fâcheuse tendance à oublier les forfaits et les mensonges de la classe dirigeante.

« Pouvoir dire Stop » évoque également la genèse du Référendum d’Initiative Partagée (RIP). D’où vient cette idée ? Comment ce projet a-t-il été adopté ? Et surtout peut-on réellement parler « d’initiative partagée » ? Daniel Schneidermann revient ainsi sur le parcours du combattant qui a précédé l’adoption du RIP, de l’émergence de l’idée jusqu’au premier déclenchement de la procédure pétitionnaire par Christophe Castaner.

L’ouvrage n’est pas en reste quant à la critique des médias. Daniel Schneidermann nous délecte d’une série de citations illustrant la vive hostilité de la sphère médiatique à l’égard du RIC, et plus largement envers ce qui peut s’apparenter à une forme de démocratie directe. L’auteur en profite également pour nous offrir une comparaison entre l’incroyable médiatisation du « Grand Débat » d’Emmanuel Macron, et celle quasi inexistante du RIP d’ADP.

Une dimension écologique cruciale

En insistant sur les enjeux qui entourent cette privatisation, le livre est également un coup de poing écologique. Ainsi, Daniel Schneidermann s’interroge : « Pourquoi le kérosène n’est-il pas taxé ? », et revient sur l’origine de cette politique anti-taxe. D’autre part, il s’étonne de « l’aveuglement collectif » que nous vivons, alors même que les alertes et les rapports écologiques ne cessent de prendre de la place sur la scène médiatique. Daniel Schneidermann nous prévient : « l’avion est une bombe écologique. […] l’avenir est la sobriété aéronautique […] Si l’on veut réduire les émissions de CO2, il fait aussi une décroissance du trafic aérien. Pas d’autre solution ».

Après être revenu sur la part du trafic aérien dans le réchauffement climatique, l’auteur remet en cause les pseudos solutions du transport aérien pour diminuer l’impact climatique, en commençant par les systèmes de quotas carbone puis les biocarburants. Sont ainsi rapportés les faux arguments et autres stratégies de communication des PDG des compagnies aériennes, repris trop souvent sans nuance par la sphère politico-médiatique. Les promesses écologiques entendues à la radio, à la télévision ou dans l’hémicycle sont aussi scrupuleusement analysées. Enfin, l’auteur décrit la compromission entre un certain nombre d’experts médiatisés et les compagnies aériennes.

Ainsi, pour Daniel Schneidermann, le RIP est une occasion qui ne se présente pas deux fois. Il est donc de notre devoir, en tant que citoyens, de changer les choses et de convaincre. Plus largement, ce remarquable ouvrage propose une réflexion sur la nécessité d’inventer de « nouveaux rapport sociaux et politiques, de nouvelles manières de décider ensemble. Une nouvelle démocratie ».

Au final, un livre indispensable pour celles-et-ceux intéressés par l’évolution démocratique – certes limitée dans cette forme – que représente ce référendum.

Pour savoir où trouver l’ouvrage :  

« Pouvoir dire Stop » de Daniel Schneidermann :

Les Arènes – Site Editeur

http://www.arenes.fr/livre/pouvoir-dire-stop/

 

Tag(s) : #Services publics
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :