Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France Inter au service de Macron et du système...La preuve !

LE MOT DE JEAN LEVY

France Inter fait la promotion de la privatisation de la Française des Jeux, mais refuse de difuser  toute critique de celle de ADP !

Et cette radio publique, qui vit de l'argent public - l'argent de nos impôts- ne connaît qu'un seul maître : Macron et son pouvoir 

Comment, après cela,  peut-on encore écouter "Macrinter" ?

Référendum ADP : France Inter refuse de diffuser un spot pour ne pas «choquer» ses auditeurs© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Le siège de Radio France, à Paris.

 

 

RT France

Référendum ADP : France Inter refuse de diffuser un spot pour ne pas «choquer» ses auditeurs

Le service public a annoncé qu'il ne diffuserait aucun message publicitaire des opposants à la privatisation de Aéroports de Paris. En revanche, des spots appelant à investir dans la privatisation de la Française des Jeux sont à l'antenne.

Il n'y aura pas de spots d'information sur le référendum ADP sur France Inter, ni sur aucune autre radio du service public : France Inter a en effet refusé de diffuser des messages publicitaires des opposants à la privatisation d'Aéroports de Paris.

 

France Inter aurait diffusé les spots s'ils provenaient du gouvernement

 

Pourquoi un tel refus ? «Les messages publicitaires ne doivent contenir aucun élément de nature à choquer les convictions politiques des auditeurs», s'est justifiée la radio publique en invoquant l'article 37 de son cahier des charges.

Le 13 novembre, un journaliste a développé cet argumentaire à l'antenne. Des propos rapportés par Checknews. «Si le ministère de l’Intérieur, qui héberge cette pétition, lançait une campagne d’information dans les médias, elle serait évidemment relayée. Là, les régies publicitaires peuvent refuser de s’engager dans ce débat. Donner la parole à l’opposition sur ce sujet, cela peut paraître clivant. Et je vous annonce d’ailleurs que Radio France refusera de diffuser ce clip, en s’appuyant sur l’article 37 de son cahier des charges. Je vous le cite : "Les messages publicitaires ne doivent contenir aucun élément de nature à choquer les convictions politiques des auditeurs".»

Le groupe communiste républicain citoyen et écologiste au Sénat, s'est indigné de cette décision. «Scandaleux : d'emblée, Radio France refuse autoritairement et sans fondement de diffuser nos spots d’information pour promouvoir le RIP, pourtant inscrit dans la Constitution. Nous n’en resterons pas là... Cette décision doit être abandonnée !», a-t-il écrit sur Twitter.

«Le gouvernement n’est pas beau joueur dans cette affaire», a également dit Patrick Kanner, le président du groupe socialiste au Sénat, sur France Inter.

 

Des spots pour la privatisation de la Française des Jeux à l'antenne

 

Dans le même temps, le service public ne voit pas de problème à diffuser à l'antenne d'autres spots qui appellent les épargnants à investir dans la privatisation de la Française des Jeux. Un deux poids, deux mesures, selon Patrick Kanner. «Faire de la pub pour la privatisation de la Française des Jeux, ça choque mes convictions politiques», a-t-il déclaré sur la station publique.

En juin 2019, le député Insoumis Alexis Corbière avait écrit à Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, pour réclamer que les chaînes du groupe public prennent une part active dans l'information des Français sur la procédure de RIP contre la privatisation d'ADP. «Je souhaite que le service public soit un appui à l'exercice des droits démocratiques et de la citoyenneté. Il s'est montré très concerné par le grand débat national voulu par le président, seul. Il n'y a donc aucune raison qu'il ne le soit pas par la procédure [...] déclenchée par près de 250 parlementaires et qui est d'ores et déjà soutenue par plusieurs centaines de milliers de nos concitoyens», avait-il écrit.

Afin qu'un référendum soit organisé sur la privatisation d’ADP, 4 717 396 signatures (10% du corps électoral) doivent être réunies d’ici mars 2020. On compte pour le moment 924 000 soutiens, selon un communiqué du Conseil constitutionnel publié le 6 novembre 2019.

Lire aussi : Panique ? Philippe veut tout faire pour restreindre au maximum le référendum d'initiative partagée

 

Tag(s) : #Médias
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :