Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Rouen : pas de trêve de Noël pour les cheminot mobilisés contre la réforme des retraites. A Falaise aussi, c'est la lutte !

Les cheminots ont multiplié les actions ce lundi 23 décembre 2019 à Rouen, comme ici sur le parvis de la gare. / © Stéphane L'Hôte / France Télévisions

 
 

Pas de trêve pour les grévistes mobilisés contre la réforme des retraites. Ce lundi 23 décembre 2019, les cheminots se sont mobilisés dès 4h30 ce matin pour multiplier les actions en métropole rouennaise.

4h30 ce matin, une petite centaine de cheminots (Sud Rail et CGT), accompagnés de gilets jaunes, ont commencé par bloquer le centre de tri postal de Saint-Etienne-du-Rouvray. Ils se sont ensuite rendus en ville pour manifester contre la réforme des retraites, dans le centre et devant la gare notamment. Jusque jeudi en tout cas, la grève a été reconduite pour les cheminots, de trêve pour les fêtes.
 

"C'est une réforme d'une régression sociale sans aucune mesure, la retraite à points c'est tous perdants. Aujourd'hui le gouvernement sort les rames pour l'expliquer aux français, la réponse c'est qu'on est contre, c'est perdant pour tout le monde - Mathieu Vilalela, secrétaire CGT cheminots Rouen. "

Les manifestants se sont ensuite rendus jusqu'à la permanence du député rouennais Damien Adam (LREM). Une délégation a été reçue, il s'agit de cheminots des syndicats Sud Rail et CGT. Une collaboratrice du député était présente pour les recevoir. Ils ont pu notamment critiquer le fait que Damien Adam "stigmatise trop certaines corporations, dont celles des cheminots."

Les actions à venir ne sont pas encore définies, seule certitude, une manifestation est prévue samedi 28 décembre devant l'Hôtel de ville. Un cortège de cheminots qui devrait être rejoint par des salariés des secteurs de la santé et de l'enseignement.

A Rouen : pas de trêve de Noël pour les cheminot mobilisés contre la réforme des retraites. A Falaise aussi, c'est la lutte !

Plus de 400 salariés de l'hôpital de Falaise ont manifesté le 17 décembre pour dénoncer leurs mauvaises conditions de travail et la fermeture annoncée des cuisines de l'établissement. / © Léa Dubost, MaxPPP

 

A Falaise aussi..

Les habitants du Pays falaisien sont révoltés. Une fois de plus, on détériore la qualité de leur hôpital à des fins économiques. Quatre ans après la fermeture de la maternité, c'est la cuisine de l'établissement qui doit cesser son activité dans les prochains mois. Explications et réactions. 

700 000 euros, tel est le coût estimé pour rénover la cuisine de l'hôpital de Falaise. Etablie au rez-de-chaussée de l'établissement depuis 1994, elle affiche aujourd'hui des signes de vétusté, les travaux de maintenance nécessaires n'ayant pas été effectués aussi souvent qu'il l'aurait fallu. Les irrégularités pointées du doigt par la Direction départementale de protection des population (DDPP) concernent l'humidité et l'extraction des fumées. Plusieurs fois, ces services sanitaires ont alerté la direction de l'hôpital falaisien. Devant l'inaction des directions successives, ils ont fini par prononcer une mise en demeure afin que les travaux soient enfin réalisés.

Arrivé début octobre à la tête de l'établissement de soin, Stéphane Péan a fait estimer cette rénovation. Il en a conclu que cela coûterait trop cher à un hôpital déjà endetté et qu'il était préférable de fermer définivement le service. Inconcevable et inacceptable pour les salariés du centre hospitalier, gavés par les couleuvres avalées depuis plusieurs années. 

"C'est dans la continuité de la fermeture de notre maternité en 2015, puis de la fin de notre permanence des soins, de notre chirurgie complète. Maintenant, ce sont les cuisines. Demain, on a peur que ce soit encore d'autres services. On dit stop, ça suffit ! On en a marre de voir notre hôpital démonté pierre par pierre, .service par service"

 Karine Velanovski, déléguée CFDT du personnel de l'hôpital de Falaise 

Tag(s) : #Retraites : c'est la lutte
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :