Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le 5 décembre, on s'est bien défendu...Le 10, passons à l'offensive ! Par Jean LEVY

par Jean LEVY

 

Au lendemain du 5 décembre, faisons les comptes.

Cette journée, l'ampleur des grèves, le nombre des manifestants, tout concourt à poursuivre l'offensive de la France du travail, en lien étroit avec le mouvement des gilets jaunes.

Le 17 novembre 2018, ceux-ci ont donné un visage et une force à la France des oubliés

Le 5 décembre, la France des ouvriers a frappé un second coup.
C'est maintenant ensemble et unis qu'il faut poursuivre le combat.

 

Macron,  Philippe et toute leur équipe vont tenter de contourner le veto massif exprimé par la France ouvrière à la liquidation du système de retraites par répartition. En effet, le président de la République a mandat impératif de l'oligarchie d'imposer un calcul des pensions qui réduisent fortement celles-ci, D'où leur attachement au calcul des retraites par point, laissant au pouvoir en place de fixer unilatéralement la valeur de ce point. Donc, de baisser celle-ci au nom des impératifs budgétaires.

Mais  cette volonté risque de sa heurter à une réplique encore plus massive des salariés. En réduisant d'une manière drastique l'activité économique en France par le blocage systématique de toutes les sources d'énergie, par exemple.

Le pouvoir veut éviter ce scénario catastrophe qui ferait plonger les entreprises du CAC 4O  dans une situation catastrophique au niveau de leurs profits, des dividendes des actionnaires en premier. Et cela dans le cadre d'une Union européenne, déjà en crise majeure, et dont la lutte populaire neutraliserait sa règle d'or : la libre circulation des capitaux, des hommes et des marchandises. Aussi, Macron, son gouvernement en lien avec le Medef, doivent réfléchir à une solution, baptisée de compromis, sur les aspects de sa réforme qui, pour lui aujourd'hui, ne sont pas vitaux.

Par exemple les "régimes spéciaux". Le pouvoir pourrait, pour l'instant, geler le problème,  en reportant son application à de futures négociations par branche. à condition que les organisations syndicales acceptent le principe d'un système dit 'universel', applicable à tous les salariés au nom de "l'équité".

Autrement dit, la retraites à points ! 

Berger et la direction confédérale de la CFDT, seraient prêts à signer, n'en doutons pas. 

 Aussi, la CGT, et les autres organisations syndicales,  doivent être fermes et refuser de discuter toute proposition en retrait par rapport aux droits en vigueur aujourd'hui.

Au contraire, forts des grèves massives - qu'il faut renforcer par des blocages systématiques de l'économie - les salariés doivent passer à l'offensive  et renverser la vapeur .

Cela serait une première depuis des décennies.

Il est temps d'imposer des reculs au grand patronat - et à Macron, - sur le niveau des salaires et le montant des retraites, les conditions de travail, les services publics qu'il faut rétablir dans leur plénitude, l'égalité des rémunérations hommes-femmes, le retour des droits sociaux et syndicaux réintégrée dans le Code du Travail, mis à mal par François Hollande et l'hôte actuel de l'Elysée.

Le 5 décembre a montré la force du monde du travail quand celui-ci est uni dans l'action

Renforçons notre union... ! Passons à l'offensive !


MARDI 10 DECEMBRE

TOUS DANS LA RUE

 

Tag(s) : #Lutte de Classe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :