Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A quand la troisième vague ?    par Jean LEVY

 Novembre 2018 -  

A quand la troisième vague ?    par Jean LEVY

5 décembre 2019

Depuis novembre 2018 - il y a seize mois - par deux fois le peuple, dans sa profondeur, s'est soulevé contre l'ordre établi, celui d'Emmanuel Macron, celui des grands patrons.

Ce furent d'abord les Gilets jaunes.

Ils ont surgi comme le diable de sa boite, occupant rond-points et péages, poussant un samedi de décembre, jusqu'aux portes de l'Elysée.

Panique à bord. 

Quelques sous distribués avec parcimonie.

Puis le président et ses subordonnés ont fait donner la garde. A coups de flasch-ball et d'yeux crevés, de grenades, de gaz et de mains amputées, de lois et de libertés violées, Macron, Philippe, leur Castaner et leur Lallemand préfet ont voulu faire place nette.

Défense de se réunir à plus de un, ou c'est, pour les récalcitrants, 135 euros d'amende à payer sur le champ. 

Et pourtant, "ils" sont toujours là !

«On est là ! Même si Macron le veut pas, nous on est là ! Pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur, même si Macron le veut pas, nous on est là !»

Cette vague jaune ne réclamait d'abord du gouvernement que la suppression de la taxe sur les carburants, puis de fil en aiguille, face à la violence de la répression, c'est Macron dont ils scandaient la démission.

Dans le "milieux bien informés", dans la presse comme à la radio et à la télé, chacun de se rassurer : "ils" ne passeront pas l'hiver !  Pourtant, ils l'ont passé et le printemps et l''été, et l'automne et encore l'hiver. Et ils chantent toujours.

Ce fut la première vague. 

En reflux certes comme toute vague qui se respecte, mais rejointe par une nouvelle marée, sociale celle-là.

Les gens , toujours bien informés, avaient pourtant déclarés morts les syndicats.  Mais depuis décembre 2019, de semaine en semaine, les grèves longues ou sporadiques rongent l'ordre patronal. Gilets jaunes et gilets rouges arpentent ensemble nos cités.  Cheminots, agents de la RATP, personnel de la Santé, enseignants, dockers, avocats, petits rats de l'Opéra, refusent ensemble aussi bien les retraites à points BlackRock, mijotés par les assurances privées et les salles de marché.

Certes, plus de deux mois de grèves, ce sont des semaines et des semaines sans paye. On comprend que les salariés qui n'ont pas la fortune des Rothschild, hésitent sur la forme que doit prendre leur colère. Mais ils restent mobilisés,  dans la rue quand il le faut, cessant le travail aux moments opportuns, toujours bien décidés à faire éclater leur misère. 

Certes, gilets jaunes et gilets rouges savent qu'ils ont, face à eux, le pouvoir de l'argent et du monde des affaires, qu'Emmanuel Macron est parvenu à l'Elysée pour faire le boulot exigé par les intérêts financiers, et dont la feuille de route a été rédigée par le clan du CAC 40.

Il faudra donc d'autres coup de boutoirs, d'autres offensives populaires pour qu'en France le peuple soit maître chez lui.
 

A quand la troisième vague ?

 

Tag(s) : #Lutte de Classe, #Contre Macron
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :