Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le sénateur Meurant est un libéral en économie
Il a foi dans le système capitaliste et dans la libre entreprise. Il ne conçoit l'Etat que comme un arbitre, au-delà de ses fonctions régaliennes. Il récuse les régimes d'économie dirigée.

Et pourtant, faisant le bilan de la gestion gouvernementale de la crise née de l'épidémie en France, il pointe avec sévérité la politique menée par Emmanuel Macron, Edouard Philippe et leur équipe.

Le sénateur dénonce l'intégration de notre pays au sein de l'Union européenne comme source de la perte de l'indépendance politique et économique de la France et de la souveraineté de la Nation. 

De cette situation, Sébastien Meurant en rend responsable notre dépendance vis-à-vis de l'étranger dans des secteurs vitaux comme celui de la santé. Avec les conséquences catastrophiques que l'on mesure aujourd'hui en période d'épidémie.

Nous ne pouvons qu'être d'accord avec cette analyse et avec la violence du réquisitoire qu'il mène contre les orientations fondamentales du président de la République en matière d'intégration européenne et  mondialiste. Le sénateur démontre leurs effets négatifs sur le commerce international, telle la pénurie sanitaire de la France et sa dépendance vis-à-vis de l'étranger.

Mais sa démonstration s'arrête là. 

De notre point de vue, le disfonctionnement constaté n'est pas une erreur d'aiguillage du système, mais le système lui-même. L'évolution par nature du capitalisme conduit à une concentration industrielle et financière de plus en plus rapide  - le but "d'entreprendre" n'est plus comme jadis, de faire fortune, mais de survivre par tous les moyens par l'accumulation de capitaux et leur rotation accélérée. Le moyen pour y parvenir, c'est non plus de constituer des grands groupes internationaux concurrents coulant plus petit qu'eux, mais d'être le seul sur le marché. C'est ce que revendiquent haut et fort  les patrons des géants du net, ceux du GAFA,  et ceux des fonds de pensions. D'où une course folle à l'affrontement direct pour être les maîtres du monde.

Le capitalisme de papa est mort. Et bien fou qui voudrait le résusciter.

Le sénateur Meurant semble être du nombre.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :