Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultat de recherche d'images pour "masque de protection respiratoire ffp2 bec de canard mages"

Aucun stock de ce masque en France...

Pourquoi ?

« Lorsque le Covid-19 est apparu, il ne restait (en France) que 117 millions de masques chirurgicaux et aucun stock stratégique d'Etat en masque FFP2 », explique le ministre de la Santé.  En 2009,  : la gestion du 'stock national santé indiquait que l'Etat détenait 723 millions de masques FFP2 et un milliard de masques chirurgicaux...Pourquoi la pénurie actuelle ?

DECLARATION DU MINISTRE DE LA SANTE

Olivier Véran

LE 21 MARS 2020

« Lorsque le Covid-19 est apparu, il ne restait (en France) que 117 millions de masques chirurgicaux et aucun stock stratégique d'Etat en masque FFP2 », explique le ministre.

« Nous disposons à ce jour d'un stock d'Etat de 86 millions de masques :

5 millions de masques de type FFP2 et 81 millions chirurgicaux. Nous prévoyons une consommation de 24 millions de masques par semaine », a annoncé le ministre.

Désormais, « 250 millions de masques sont livrés progressivement ». « Ma responsabilité est que ces masques si indispensables puissent être fournis dans la durée ».

« La France a ainsi passé plusieurs commandes a l'étranger auprès d'industriels en capacité de fournir rapidement de gros volumes. Nous avons passé commande pour plus de 250 millions de masques, qui seront livrés progressivement au cours des prochaines semaines, sans compter les dons de masques supplémentaires par de grandes entreprise », explique le ministre. 

 

  « Les masques ont d'abord été distribués au sein des zones de circulation active du virus, parce que notre choix a toujours été de donner la priorité aux personnels exposés et aux zones qui en avaient besoin », annonce le ministre.

Ça n'empêche pas Nicolas                 Ça n'empêche pas Nicolas

pose la question :

 

Comment expliquer la pénurie actuelle de masques ​​​​​​​?

LCI

 

Combien de masques la France a-t-elle en réserve ?

Si aujourd'hui il semble impossible d'avoir une réponse précise à cette question, les chiffres ont été plus clairs par le passé. En 2009, un rapport sénatorial, intitulé  "Chronique d'une pandémie annoncée : la gestion du 'stock national santé' par l'Eprus", indiquait que l'Etat détenait 723 millions de masques FFP2 et un milliard de masques chirurgicaux, tous répartis sur différents sites. 

Les chiffres précis les plus récents que LCI a pu obtenir sont les prévisions de 2012, d'après une note de la Direction générale de la santé (DGS) datant de février 2011. Il y avait dans les stocks d'Etat 600 millions de masques FFP2 et 800 millions de masques chirurgicaux. 

Enfin en 2011, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a émis l'avis : "Stock - État de masques respiratoires - Utilisation et dimensionnement'. Il recommande une gestion tournante des stocks - en raison de la péremption des FFP2 - et demandent à ce qu’ils soient rapidement mobilisables pour "couvrir toutes les populations et les personnels soignants" en situation de crise. Toutefois, aucun chiffre minimum de FFP2 à détenir n'est préconisé.

VOIR AUSSI
Où sont passés les masques FFP2 ?

D'après Olivier Véran, l'Etat dispose aujourd'hui seulement d'un stock de 150 millions de masques chirurgicaux et d'aucun stock de masques FFP2 en raison de décisions précédentes. 

Nous retrouvons effectivement la trace d'une nouvelle stratégie instaurée en 2013 par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) - qui relève du Premier ministre - avec la publication d'une note intitulée : 'Doctrine de protection des travailleurs face aux maladies hautement pathogènes à transmission respiratoire'.

Désormais, le stock national géré par l’Eprus concerne uniquement les masques de protection chirurgicaux à l’attention des personnes malades et de leurs contacts, tandis que la constitution de stocks de masques de protection des personnels de santé - notamment les masques FFP2 pour certains actes à risques - sont à la charge des employeurs, publics ou privés

Deux ans après, en 2015, le Sénat publie un nouveau rapport sur le sujet : ‘L'Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus) : comment investir dans la sécurité sanitaire de nos concitoyens ?’. Il est clairement précisé, à propos des masques, que la décision a été prise "de ne pas renouveler certains stocks arrivant à péremption, par exemple, en raison de la plus grande disponibilité de certains produits et de leur commercialisation en officine de ville ou du transfert de la responsabilité de constituer certains stocks vers d'autres acteurs (par exemple, les établissements de santé et les établissements médico-sociaux pour les masques de protection FFP2 de leur personnel). [...] Du point de vue des finances publiques, [cela] permettrait également de réaliser des économies considérables en termes de coût d'achat, de stockage." 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :