Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un mémorial de l’Holocauste commémorant l’assassinat de quelque 900 Juifs à Golovanevsk, en Ukraine, a été vandalisé mardi… (crédit photo : (Police nationale d’Ukraine))

Les Crises

Les épisodes antisémites se sont multipliés ces dernières semaines en UkrainePar Ilanit Chernick

Trois monuments commémoratifs de l’Holocauste ont été profanés ces dernières semaines.

La profanation de monuments commémoratifs de l’Holocauste, les saluts nazis lors d’un match de football et les menaces contre les dirigeants juifs, y compris le nouveau président élu Volodymyr Zelensky, ne sont que quelques-uns des épisodes antisémites qui ont eu lieu en Ukraine ces dernières semaines.

Un mémorial de l’Holocauste a été vandalisé mardi après-midi à Golovanevsk (également connu sous le nom de Holovanivs’k). Il commémorait le meurtre de quelque 900 Juifs du village entre fin 1941 et début 1942. « La population juive du village a été anéantie au cours de deux grandes opérations d’assassinat : fin septembre 1941, lorsque 570 personnes ont été abattues sur trois lieux de massacre situés les uns à côté des autres et en février 1942, lorsque 165 Juifs ont été tués » selon Yad Vashem.

Des graffitis antisémites, telles que croix gammées et un message menaçant d’un autre Holocauste, ont été trouvés dimanche sur un mémorial de l’Holocauste à Bogdanovka près d’Odessa. Le message menaçait à la fois Zelensky et le directeur général du Comité juif ukrainien, Edouard Dolinsky, en disant que « la vente de terres ukrainiennes vous conduira rapidement à un deuxième Holocauste ».

Selon Yad Vashem, des dizaines de milliers de Juifs ont été tués sur le site, qui était un camp de concentration établi par les autorités d’occupation roumaines.

On estime que 54 000 Juifs d’Odessa et de Bessarabie y ont été emprisonnés.

Suite à une épidémie de typhus en décembre 1941, la décision fut prise de liquider le camp. Quelque 5 000 prisonniers malades et handicapés ont été enfermés dans deux écuries, qui ont ensuite été incendiées.

« Les autres prisonniers ont été transportés par groupes de 300 à 400 vers la rivière » a expliqué Yad Vashem. « Ils ont été forcés de se déshabiller et de s’agenouiller. Puis on leur a tiré dessus ou on les a abattus avec des grenades à main ».

Dolinsky a déclaré au Jerusalem Post que « des incidents antisémites se produisent régulièrement. Mais parfois leur nombre augmente. Ces trois dernières profanations de fosses communes de l’Holocauste [ont été] très probablement commises par un individu ou un groupe, comme le montrent les messages [similaires] sur la terre, comme « Youpins arrêtez [la] vente des terres ou vous aurez [un] Holocauste » ».

Dolinsky dit que ces messages « se réfèrent à une récente annonce [faite] par Zelensky sur la libéralisation des terres agricoles », ce qui a mis en colère certains Ukrainiens.

« Il y a beaucoup de messages sur les médias sociaux ukrainiens au sujet des Israéliens qui vont s’emparer du territoire ukrainien et créer la seconde Jérusalem » a-t-il ajouté.

Le journaliste ukrainien Efim Marmer, qui avait initialement publié un article sur le vandalisme de mardi sur Facebook, a déclaré au Post : « c’est vraiment une histoire très triste, surtout pour moi. Je suis né à 30 km de cet endroit. Non loin de Golovanevsk se trouve la ville où… des Juifs ont été tués, dont ma famille faisait partie ».

Marmer a ajouté que le mémorial avait été financé et construit « par des personnes célèbres en Ukraine, Leonid Shmaevich et Galina Kuzmenko ».

La Confédération Juive d’Ukraine (JCU) a dit mercredi dans un communiqué qu’elle « est très préoccupée par une série d’actes antisémites de vandalisme. Le 15 septembre, dans la région de Mykolaiv, des vandales ont souillé un monument dédié aux victimes de l’Holocauste en le recouvrant de croix gammées et en y collant un morceau de papier portant des menaces. Le 17 septembre, le même texte a été trouvé sur un autre monument profané, dans la même région de Kirovohrad ».

La JCU a déclaré que la police avait ouvert des enquêtes pénales, mais que les vandales n’avaient pas encore été identifiés.

L’organisation s’est déclarée profondément « alarmée par ces actes répétés d’antisémitisme. Nous exhortons les forces de l’ordre à aborder la question de l’identification des criminels de la manière la plus responsable possible. Il est particulièrement important de résoudre cette affaire dans les plus brefs délais, car il est rare que les organisations antisémites s’arrêtent à la profanation de monuments ».

L’ambassadeur d’Israël en Ukraine, Joel Lion, s’est servi de twitter pour commenter la question.

« Ce n’est pas un retweet de mon dernier tweet » a-t-il dit en faisant référence à un tweet qu’il avait envoyé en réponse à l’épisode du 15 septembre.

« Un autre monument bâti sur une fosse commune juive a été profané. L’Ukraine doit se réveiller avant que les gens et non les monuments ne soient attaqués. »

Dans un tweet précédent, posté suite au vandalisme de dimanche, Lion écrivait « c’est un crime de haine antisémite, aucun doute. J’appelle le gouvernement ukrainien à condamner fermement ce crime et à traduire rapidement ses auteurs en justice. »

À la fin du mois dernier, un troisième mémorial de l’Holocauste situé près de la ville de Vradievka dans le nord-ouest de l’Ukraine a également été vandalisé. Le site marque l’endroit où quelque 7 000 Juifs ont été assassinés à l’automne 1941.

La JCU a rapporté la semaine dernière que la police nationale ukrainienne a ouvert 11 procédures pénales pour des infractions liées à l’antisémitisme au cours des huit premiers mois de cette année.

Dans le même temps, lors d’un récent match de football dans la ville de Lviv, les supporters ont été vus faisant des saluts nazis tout en chantant, « gloire à la nation, mort aux ennemis ».

Dolinsky a déclaré sur Facebook que la Fédération ukrainienne de football avait été contactée à ce sujet et que le Comité juif ukrainien avait appelé la fédération à « réfléchir à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ».

Dolinsky a signalé qu’ils n’avaient pas reçu de réponse.

Toujours à Lviv, le mois dernier, des graffitis antisémites exigeant que les Juifs quittent l’Ukraine ont également été découverts.

 

 

Tag(s) : #Médias, #Antisémitisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :