Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultat de recherche d'images pour "Undercover Global Images"

David Moralès, le propriétaire inculpé de la société de sécurité privée espagnole Undercover Global

Les Crises

David Moralès, le propriétaire inculpé de la société de sécurité privée espagnole Undercover Global, fait l’objet d’une enquête de la haute cour espagnole pour avoir prétendument fourni à la CIA des enregistrements audio et vidéo des réunions que le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a eues avec ses avocats et d’autres visiteurs quand l’éditeur était à l’ambassade d’Équateur à Londres.

La société de sécurité aurait également photographié les passeports de tous les visiteurs d’Assange. Elle est accusée d’avoir pris les téléphones des visiteurs, qui n’étaient pas autorisés dans l’ambassade, et de les avoir ouverts, vraisemblablement dans le but d’intercepter les appels. Elle aurait volé des données sur des ordinateurs portables, des tablettes électroniques et des clés USB, qui devaient tous être laissés à la réception de l’ambassade.

Elle aurait compilé des rapports détaillés sur toutes les réunions et conversations d’Assange avec les visiteurs. L’entreprise aurait même planifié le vol de la couche d’un bébé – amené en visite à Assange – pour effectuer un test ADN afin d’établir si le nourrisson était un fils secret d’Assange. UC Global, apparemment sur ordre de la CIA, aurait également espionné des diplomates équatoriens qui travaillaient à l’ambassade de Londres.

L’enquête menée par la cour, l’Audiencia Nacional, sur les activités d’UC Global, ainsi que les vidéos, déclarations, documents et rapports publiés par le journal espagnol El País et le journal italien La Repubblica, qui ont fait l’objet de fuites, offrent un aperçu du nouvel État de sécurité mondiale. Ici, l’État de droit n’est pas important. La vie privée et le secret professionnel de l’avocat n’existent pas. Ici, les gens vivent sous surveillance 24 heures sur 24. Ici, tous ceux qui tentent de dénoncer les crimes du pouvoir tyrannique seront traqués, kidnappés, emprisonnés et brisés. Cet État de sécurité mondiale est un mélange terrifiant d’entreprises et de citoyens. Et ce qu’il a fait à Assange, il le fera bientôt à nous tous

La publication de documents classifiés n’est pas encore un crime aux États-Unis. Si Assange est extradé et condamné, il le deviendra. Assange n’est pas un citoyen américain. WikiLeaks, qu’il a fondé, n’est pas une publication basée aux États-Unis.

L’extradition d’Assange signifierait la fin des enquêtes journalistiques portant sur les rouages internes du pouvoir.

Elle cimenterait une terrifiante tyrannie mondiale des entreprises, sous laquelle les frontières, la nationalité et la loi ne signifient rien. Une fois qu’un tel précédent juridique aura été établi, toute publication qui diffuserait des documents classifiés, du New York Times à un site web alternatif, sera poursuivie et réduite au silence.

Les exemples de mépris flagrant de la loi et des protocoles internationaux dans la persécution d’Assange sont légion. En avril 2019, le président équatorien Lenín Moreno a capricieusement mis fin au droit d’asile d’Assange à l’ambassade de Londres, où il a passé sept ans, malgré le statut de réfugié politique d’Assange. Moreno a autorisé la police britannique à entrer dans l’ambassade – territoire souverain sanctionné diplomatiquement – pour arrêter un citoyen équatorien naturalisé. (Assange conserve sa citoyenneté australienne.) La police britannique s’est emparé d’Assange, qui n’a jamais commis de crime, et le gouvernement britannique le maintient en prison, soi-disant pour violation de la liberté sous caution

Assange est détenu dans la fameuse prison de haute sécurité de Belmarsh. Il a passé la plus grande partie de son temps en isolement, est souvent lourdement sédaté et s’est vu refuser tout traitement médical pour diverses affections physiques. Ses avocats disent qu’ils se voient régulièrement refuser l’accès à leur client. Nils Melzer, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture qui a examiné Assange avec deux médecins, a déclaré qu’Assange avait subi des tortures psychologiques. Melzer a critiqué ce qu’il appelle la « persécution judiciaire » d’Assange par la Grande-Bretagne, les États-Unis, l’Équateur et la Suède, qui a prolongé une enquête sur une affaire d’agression sexuelle dans le but d’extrader Assange vers la Suède. Assange a déclaré que l’affaire était un prétexte pour l’extrader vers les États-Unis. Une fois Assange arrêté par la police britannique, l’affaire d’agression sexuelle a été abandonnée.

Melzer affirme qu’Assange serait soumis à un procès-spectacle politisé aux États-Unis s’il était extradé pour répondre de 17 chefs d’accusation en vertu de la loi sur l’espionnage pour son rôle dans la publication de câbles, documents et vidéos militaires et diplomatiques classifiés qui révélaient les crimes de guerre américains en Irak et en Afghanistan. Chacun de ces chefs d’accusation est passible d’une peine de 10 ans, et un chef d’accusation supplémentaire, à savoir qu’Assange a conspiré pour pirater un ordinateur du gouvernement, est passible d’une peine maximale de cinq ans. Une audience visant à déterminer s’il sera extradé vers les États-Unis débutera le 24 février au tribunal de la Couronne de Woolwich à Londres. Elle devrait durer environ une semaine, puis reprendre le 18 mai, pour trois semaines supplémentaires.

WikiLeaks a publié les journaux de guerre de l’armée américaine en Afghanistan et en Irak, une collection de 250 000 câbles diplomatiques et 800 notes d’évaluation des détenus de Guantanamo Bay, ainsi que la vidéo « Collateral Murder » de 2007, dans laquelle des pilotes d’hélicoptères américains plaisantent tout en abattant des civils, dont des enfants et deux journalistes de Reuters, dans une rue de Bagdad. Le matériel a été remis à WikiLeaks en 2010 par Chelsea Manning, à l’époque Bradley Manning, un spécialiste du renseignement de rang inférieur de l’armée américaine. Assange a été accusé par une communauté de renseignement américaine furieuse d’avoir causé « l’un des plus grands scandales en matière d’informations classifiées de l’histoire des États-Unis ». Manning a été reconnue coupable d’espionnage en août 2013 et condamnée à 35 ans de prison militaire. Elle a bénéficié de la clémence du président Barack Obama en janvier 2017. Manning a été renvoyée en prison l’année dernière après avoir refusé de témoigner devant un grand jury dans l’affaire WikiLeaks, et elle reste derrière les barreaux. Personne n’a jamais été inculpé pour les crimes de guerre documentés par WikiLeaks.

Assange a provoqué l’inimitié de l’establishment du Parti démocrate en publiant 70 000 courriels piratés appartenant au Comité national démocrate et à des hauts fonctionnaires démocrates. Les courriels ont été copiés des comptes de John Podesta, le président de campagne d’Hillary Clinton. Les courriels de Podesta révélaient le don de millions de dollars à la Fondation Clinton par l’Arabie Saoudite et le Qatar, deux des principaux bailleurs de fonds de l’État islamique. Ils ont révélé les 657 000 dollars que Goldman Sachs a versés à Hillary Clinton pour donner des conférences, une somme si importante qu’elle ne peut être considérée que comme un pot-de-vin. Elle a mis en évidence les mensonges répétés de Clinton. Elle a été prise en flagrant délit dans les courriers électroniques, par exemple, en disant aux élites financières qu’elle voulait « un commerce ouvert et des frontières ouvertes » et qu’elle pensait que les cadres de Wall Street étaient les mieux placés pour gérer l’économie, une déclaration qui contredisait ses propos de campagne. Ils ont dévoilé les manœuvres de la campagne Clinton visant à influencer les primaires républicaines pour que Donald Trump soit le candidat républicain. Ils ont mis en évidence la connaissance avancée de Clinton sur les questions d’un débat primaire. Ils ont révélé que Clinton était la principale architecte de la guerre en Libye, une guerre qui, selon elle, allait redorer ses références en tant que candidate à la présidence.

Les journalistes peuvent faire valoir que ces informations, comme les journaux de guerre, auraient dû rester secrètes, mais ils ne peuvent pas alors s’appeler journalistes.

Les dirigeants démocrates et républicains sont unis dans leur croisade pour extrader et condamner Assange. Le Parti démocrate, qui a tenté d’accuser la Russie pour sa défaite électorale face à Trump, accuse les pirates informatiques du gouvernement russe d’avoir obtenu les courriels de Podesta. Cependant, James Comey, l’ancien directeur du FBI, a concédé que les courriels avaient probablement été transmis à WikiLeaks par un intermédiaire, et Assange a déclaré que les courriels n’avaient pas été fournis par des « acteurs étatiques ».

WikiLeaks a fait plus que toute autre organisation de presse pour exposer les abus de pouvoir et les crimes de l’empire américain. En plus des journaux de guerre et des courriels de Podesta, il a divulgué les outils de piratage utilisés par la CIA et l’Agence de sécurité nationale et leur ingérence dans les élections étrangères, y compris les élections françaises. Il a révélé la conspiration interne des députés travaillistes contre le leader du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn. Il est intervenu pour sauver Edward Snowden, qui a rendu publique la surveillance massive du public américain par nos services de renseignement, de l’extradition vers les États-Unis, en l’aidant à fuir de Hong Kong vers Moscou. (Les fuites de Snowden ont également révélé qu’Assange figurait sur une « liste de cibles de chasse à l’homme » aux États-Unis).

L’enquête du tribunal espagnol fait suite à une plainte pénale déposée par Assange, qui accuse Morales et UC Global d’avoir violé sa vie privée et le droit à la confidentialité des échanges avec ses avocats. Le fondateur de WikiLeaks affirme également que l’entreprise est coupable de détournement, de corruption et de blanchiment d’argent.

Morales, selon El País, « a déclaré verbalement et par écrit à plusieurs de ses employés que, bien qu’il ait été engagé par le gouvernement du président équatorien de l’époque Rafael Correa, il travaillait également « pour les Américains », auxquels il aurait envoyé des documents, des vidéos et des audios des réunions que l’activiste australien a tenues à l’ambassade. »

« En dépit du fait que la firme espagnole – qui a son siège dans la ville méridionale de Jerez de la Frontera – ait été engagée par Senain, les services de renseignements équatoriens, Morales a fait appel à ses employés à plusieurs reprises pour garder secrète sa relation avec les services de renseignements américains », indique le journal.

« Le propriétaire de UC Global S. L. a ordonné qu’une rencontre entre le chef des services secrets équatoriens, Rommy Vallejo, et Assange soit espionnée, alors qu’ils planifiaient la sortie d’Assange de l’ambassade équatorienne en utilisant un passeport diplomatique afin de l’emmener dans un autre pays », selon El País. « Cette initiative a finalement été rejetée par Assange au motif qu’il la considérait comme une « défaite », qui alimenterait les théories du complot, selon des sources proches de l’entreprise consultées par ce journal. Morales a demandé à ses employés de garder secrètes ses relations avec les services de renseignements américains. »

La réunion Vallejo – Assange, à laquelle participaient les avocats d’Assange, a eu lieu le 21 décembre 2017. L’entreprise de sécurité a effectué des enregistrements audio et vidéo grâce à des microphones et des caméras installés dans l’ambassade. La CIA a été immédiatement informée du projet, peut-être grâce à un « point d’accès de streaming vers l’extérieur » installé dans l’ambassade, selon El País. Le lendemain, les États-Unis ont émis un mandat d’arrêt international contre Assange.

Des microphones ont été implantés dans des extincteurs et dans des toilettes pour femmes où les avocats d’Assange se cloîtrent avec leur client pour éviter d’être enregistrés. Les fenêtres de l’ambassade ont reçu un traitement qui a permis d’améliorer la qualité audio des microphones laser que la CIA utilisait depuis l’extérieur, rapporte le journal.

Lorsque Moreno a été élu à la présidence en Équateur, en remplacement de Rafael Correa, qui avait accordé l’asile à Assange à l’ambassade, une campagne intense a été lancée pour contraindre l’éditeur à quitter l’ambassade. Elle comprenait un harcèlement quotidien, la coupure de l’accès à Internet et la suppression de presque toutes les visites.

UC Global, qui assure la sécurité personnelle du magnat des casinos Sheldon Adelson et la protection de sa société Las Vegas Sands, a apparemment utilisé Adelson, un ami du président Trump et l’un des principaux donateurs du parti républicain, pour faire pression sur l’administration Trump et sur le directeur de la CIA de l’époque, Mike Pompeo, afin de faire d’Assange une cible prioritaire.

La Repubblica, comme El País, a obtenu des fichiers, des enregistrements et d’autres informations importantes provenant de la surveillance d’UC Global à l’ambassade. Ils comprennent des photos d’Assange à l’ambassade et des enregistrements de conversations qu’il a eues avec des médecins, des journalistes, des politiciens, des célébrités et des membres de son équipe juridique.

« Les vidéos et les enregistrements audio auxquels la Repubblica a eu accès révèlent les violations extrêmes de la vie privée que Julian Assange, les journalistes, avocats, médecins et reporters de WikiLeaks ont subies à l’intérieur de l’ambassade, et constituent une étude de cas choquante de l’impossibilité de protéger les sources et les documents journalistiques dans un environnement aussi hostile », a écrit le journal italien. « Cette opération d’espionnage est particulièrement choquante si l’on considère qu’Assange était protégé par son droit d’asile, et si l’on considère que les informations recueillies serviront aux États-Unis pour favoriser son extradition et le mettre en prison pour les crimes dont il est actuellement accusé et pour lesquels il risque 175 ans de prison : la publication de documents secrets du gouvernement américain révélant des crimes de guerre et des tortures, de l’Afghanistan à l’Irak en passant par Guantanamo. »

Source : Truthdig, Chris Hedges, 10-02-2020

Tag(s) : #CIA Etat de droit

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :