Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Respirateur Osiris

 

Un marché juteux que va aspirer le big business

 Il y a fort à craindre que le capital soit effectivement plus sensible à ce que disent Sanofi et Samsung qu’à ce que réclament les soignants de l’hôpital public. Ce n’est d’ailleurs pas anodin de voir aujourd’hui toutes ces entreprises et ces start-ups qui démarchent les autorités et les médecins pour, par exemple, produire en urgence des respirateurs, à l’image de la start-up Diabeloop. Il y a aussi toutes les entreprises qui s’affairent pour produire des tests. Au Royaume-Uni, on a appris que des tests allaient peut-être faire l’objet d’une mise sur le marché et qu’ils seraient soit livrés par Amazon, soit mis en vente en pharmacie.

Ces entreprises mettent le pied dans la porte, pour devenir ensuite incontournables. La crise sanitaire est pour elles l’occasion d’occuper une place encore plus grande dans le système de santé public.

Il n’y a qu’à voir la façon dont Emmanuel Macron, le 25 mars, soulignait encore l’alliance fructueuse entre le secteur privé et le secteur public dans la gestion de la crise "

 

Ça n'empêche pas Nicolas                                      Ça n'empêche pas Nicolas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Alors ? Jamais content ce blog  ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Enfin, c'est une bonne nouvelle : le capital se soucie de la santé des Français. Certes, depuis des semaines, on attendait cet engagement des entreprises industrielles. Et on aurait pu penser que le gouvernement aurait alors réquisitionné celles-ci, et beaucoup d'autres, pour la fabrication de ces "respirateurs" qui manquent cruellement dans les hôpitaux de notre pays.
 
Donc aujourd'hui, ces appareils manquent. Macron et son clan ont taillé jusqu'à l'os le budget de la santé, réduisant la nécessaire acquisition du matériel pour faire face aux besoins.
 
Bon, d'accord, il y a eu retard à l'allumage de la part de ceux qui nous gouvernent, et dont la santé de nos concitoyens n'était pas une priorité. Mais aujourd'hui, grâce à l'industrie, tout change.
 
En fait, ces respirateurs, il aurait fallu hier les acheter au meilleur prix dans le cadre du marché européen. La loi de Bruxelles n'autorisait pas (remarquez ce verbe conjugué au passé...) un pays de l'Union européenne à donner priorité à son propre marché. Oukase qui n'a plus prise aujourd'hui où c'est le "sauve-qui-peut" national qui devient la règle.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Donc, c'est de France, que vont sortir les "respirateurs" tant recherchés.
 
Vous en êtes bien sûr ?
Air liquide, PSA, Valéo, Schneider Electric n'auraient-ils pas exilé, pour partie,  leur production dans des pays à profits plus intense ?
Mais aujourd'hui s'ouvrent à eux un juteux marché sur notre sol
Tant mieux pour les malades.
Faudra-t-il contrôler ce business et le fric qu'il rapportera aux actionnaires de ces sociétés.
Et bien sûr, les conditions de travail et de sécurité de leurs salariés.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Levy
 
Tag(s) : #Coronavirus Business
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :