Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TLAXCALA: Cuba : l'École Latino-Américaine de Médecine (ELAM)</a>https://la1ere.francetvinfo.fr/image/WYUY2odd7rl--R3VblEc_wTZfPs/600x400/outremer/2020/03/26/5e7d050ea22bd_medecins_cuba-1323382.jpg

Coronavirus : 348 médecins et infirmiers cubains à l'œuvre en ... Coronavirus | COVID-19 | Interféron alfa 2B: comment fonctionne la ...

Appelé immunopotentiateur CIGB 2020, ce produit est administré par voie nasale et sublinguale et s’est révélé efficace chez les personnes atteintes de la maladie

 

Auteur : Ángel Freddy Pérez Cabrera | freddy@granma.cu

Face à la menace de la COVID-19, il est réconfortant de savoir que Cuba travaille à la mise au point d’un vaccin – actuellement en phase d’essai –destiné à renforcer l’immunité innée des personnes, ce qui contribuera à réduire les risques d’entrée d’agents infectieux dans l’organisme humain.

Appelé immunopotentiateur CIGB 2020, ce vaccin est administré par voie nasale et sublinguale et s’est révélé efficace chez les personnes atteintes de la maladie, limitant sa progression à des stades plus complexes et plus graves, en particulier chez les personnes âgées.

Le produit a été mis au point par le Centre de génie génétique et de biotechnologie (CIGB) en collaboration avec d’autres institutions scientifiques, a expliqué le Dr Vicente Vérez Bencomo, directeur général de l’Institut Finlay des vaccins, lors de l’émission télévisée Table ronde, ajoutant que ce médicament est capable de stimuler l’immunité de la personne au niveau local, là où se trouve « la porte d’entrée » de virus dans le corps.

Selon le Dr Eduardo Martinez Diaz, président de BioCubaFarma, il s’agit d’un projet qui vise à influencer le spectre de la courbe de la maladie, car, comme chacun sait, les patients infectés par le virus peuvent être contagieux de manière asymptomatique ou présenter des complications, comme c’est le cas pour les 20% de malades qui atteignent des états graves ou qui décèdent.

Face à cette situation, le défi était de mettre au point un vaccin qui empêche le virus de venir à bout du système immunitaire de l’organisme et, en même temps, qui permette d’atteindre un équilibre dans l’immunité naturelle ou innée, ce qui pourrait contribuer, selon le chercheur, à sauver la vie de nombreuses personnes et offrir des avantages importants aux groupes les plus vulnérables.

Le vaccin, approuvé dans sa phase d’essai clinique, a montré, par des tests sanguins et des prélèvements sur les amygdales et sous la langue, comment sont stimulées les molécules de surface cellulaire qui marquent l’activation du système immunitaire inné lié aux virus, a expliqué le Dr Gerardo Guillén Nieto, directeur de la recherche biomédicale au CIGB.

« Nous sommes à deux niveaux : démontrer l’activation du système immunitaire inné, et comment celui-ci active l’immunité spécifique contre le virus », a précisé le scientifique, qui a ajouté que, jusqu’à présent, il n’existait pas de vaccins à cette fin, et que Cuba disposait déjà de certains produits qu’elle est en train de perfectionner.

Par ailleurs, les scientifiques cubains travaillent à la mise au point d’antiviraux tels que le CIGB 210, le CIGB 300 et le CIGB 258 (ce dernier pour les patients graves), ainsi qu’à quatre modèles de test qui permettront au pays de disposer de ses propres méthodes pour le diagnostic de la COVID-19.

 

Tag(s) : #Coronavirus Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :