Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 « Il n’y a pas tellement de raison que ce soit l’Etat qui continue à payer l’intégralité des salaires » du chômage partiel, a prévenu Muriel Pénicaud.

Mutiel Pénicaud va jouer à nouveau la DRH de Macron et d'Edouard Philippe

Chômage partiel : les pistes du gouvernement pour resserrer la vis

C'est le quotidien de Bernard Arnault qui l'annonce et il doit être au parfum ...

L’Etat et l’assurance chômage prennent actuellement en charge 84 % du salaire net des salariés en « activité partielle ».

Au 1er juin, le dispositif doit être revu à la baisse. De combien et comment ?

Ce n’est pas tranché.

C'est un arbitrage délicat qui se trouve entre les mains du Premier ministre Edouard Philippe et de la ministre du Travail Muriel Pénicaud. « Aujourd'hui, il n'y a pas tellement de raison que ce soit l'Etat qui continue à payer l'intégralité des salaires de 12 millions de salariés en France » en chômage partiel, a prévenu cette dernière.

Avec la sortie du confinement lié au coronavirus, l'exécutif doit décider de la bonne équation pour réduire la voilure du très coûteux dispositif de chômage partiel (25 milliards d'euros en moins de trois mois), le « plus généreux d'Europe », sans retirer trop rapidement cette perfusion qui a permis aux entreprises d'éviter une vague de licenciements massifs. Autrement dit, inciter à la reprise d'activité pour faire baisser la facture budgétaire, sans provoquer une hémorragie sociale.

Ça n'empêche pas Nicolas                                                Ça n'empêche pas Nicolas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ainsi, ça continue : le pouvoir macronien,  qui avait trouvé les dizaines de milliards pour éviter que les patrons supportent le poids financier que représente sur leur trésorerie le chômage partiel, estiment que le temps est venu de reprendre les bonnes habitudes : faire payer les salariés, soit disant "les mieux traités d'Europe"... Ce qui est faux : Poutine a payé deux mois chômés  aux siens.
Aujourd'hui, en France, ils perdent 16% de leur petit salaire. Ce n'est pas suffisant estime Edouard Philippe. Il envisage d'aller plus loin encore et de réduire drastiquement leur feuille de paye !  
Tant pis pour leur fin de mois déjà difficile en temps ordinaire.
Mais la corde se tend, et pourrait bientôt se rompre.
Car il vient aussi, le déconfinement des luttes. 
Tag(s) : #Macron, #Medef
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :