Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des salariés et syndicalistes de Renault manifestent devant l'usine de Maubeuge, le 30 mai 2020 (AFP - FRANCOIS LO PRESTI) Des milliers et des milliers de salariés, soutenus par la population, crient leur colère

Manifestation monstre pour dénoncer la fermeture de l'usine Renault de Maubeuge

L'usine Renault de Maubeuge doit être fermée  :

12.000 emplois indirects seraient en jeu.

Chez Renault, restructuration annoncée : 15.000 emplois vont être supprimés dans le monde dont 4.600 en France. 

Le site de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) sera fermé,

celui de Flins (Yvelines) doit être arrêté en 2024.

À Maubeuge (Nord) l'inquiétude est forte puisque le constructeur envisage de transférer la production de sa Kangoo électrique à Douai, à 60 kilomètres.

Une manifestation monstre a eu lieu ce samedi 30 mai pour dénoncer cette fermeture.

Quelques milliers de personnes ont manifesté samedi matin devant l'usine Renault de Maubeuge, dans le nord de la France, contre la décision du constructeur automobile en difficulté de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France.

 

Les manifestants ont entamé peu après 10H00 locales, à l'appel de l'intersyndicale de l'usine, une marche partant du site pour rejoindre l'hôtel de ville de Maubeuge, à environ 6 km de là.

 

Le site, qui emploie environ 2.100 personnes tous statuts, est à l'arrêt depuis vendredi.

La direction du constructeur envisage le transfert de production des utilitaires électriques Kangoo dans la ville de Douai - environ 2.900 employés - , à 70 km de là, qui hériterait d'une nouvelle plateforme.

 

"C'est un séisme qui est entrain de se passer. Nous voulons garder notre entreprise ici. Aujourd'hui, cette manifestation est très importante, même si ce n'est qu’une première étape, pour montrer au gouvernement et à Renault que les salariés et les habitants de cet arrondissement sont attachés à cette entreprise et qu'on est soutenus. On a besoin de ces emplois, sinon c'est un territoire complet qui va mourir!", a déclaré à l'AFP Jérôme Delvaux, un syndicaliste.

De nombreux élus avec écharpe tricolore défilaient également dans le cortège.

Des salariés et syndicalistes de Renault manifestent devant l'usine de Maubeuge, le 30 mai 2020 (AFP - FRANCOIS LO PRESTI)

Des salariés et syndicalistes de Renault manifestent devant l'usine de Maubeuge, le 30 mai 2020 (AFP - FRANCOIS LO PRESTI)

Mardi, quelque 250 personnes -élus, syndicalistes et salariés de l'usine de Maubeuge - s'étaient déjà mobilisés.

Déjà en difficulté avant la crise du coronavirus, le constructeur automobile français a annoncé vendredi la suppression d'environ 15.000 emplois dans le monde dans le cadre d'un plan d'économies de plus de 2 milliards d'euros sur trois ans visant à remédier à ses surcapacités.

 


notification icon

Renault Maubeuge : «La première avant un long combat, plus rien ne sortira de MCA»

Ce qu’il faut savoir :

– À l’initiative des syndicats de MCA et élus de Sambre-Avesnois un appel à manifester était prévu ce samedi matin.

– Une mobilisation inédite, après une première manifestation inédite mardi, suite aux rumeurs de délocalisation d’une partie de l’usine sambrienne vers le site de Douai, faisant craindre le pire aux salariés de MCA, mais plus largement à tout le bassin de la Sambre, durement touché par les catastrophes économiques ces dernières années.

– Partie à 10 h du site de Renault MCA, le cortège a défilé dans les rues de Maubeuge avant une prise de paroles vers 12h30 à l’hôtel de ville.

Le direct.

12h58. Fin du direct.

Notre direct est désormais terminé, merci de nous avoir suivi. Retrouvez le reste de l’actualité de Sambre-Avesnois et de MCA tout au long de la journée ici.

12h57. Fin de la manifestation

Finalement, seul Jérôme Delvaux ce sera exprimé. C’est la fin de la manifestation. Le cortège se disperse déjà.

12h51. « La Marseillaise » chantée par 8 000 personnes.

 

 

 

 

12h45. Une rencontre avec le PDG de Renault.

Jérôme Delvaux de la CGT annonce une rencontre avec le patron de Renault mardi à Bercy pour évoquer le futur du site.

12h43. « Plus rien ne sortira de MCA »

Jérôme Delvaux (représentant CGT) : « C’était la première avant un long combat. Plus rien ne sortira de MCA. »

12h34. « Nous avons besoin de tout le monde pour sauver le territoire ».

Le représentant de la CGT chez MCA, Jérôme Delvaux harangue la foule.

 

 

« Aujourd’hui, je ne veux entendre aucun sifflet, aujourd’hui, nous salariés de MCA, nous avons besoin de tout le monde pour sauver le terriroire. »

 

 

12h30. 8 000 manifestants.

Les élus annoncent qu’il y a 8 000 manifestants dans le cortège.

12h25. Élus et représentants syndicaux sur le balcon de la mairie

Les représentants de l’intersyndicale de MCA et les élus (Bernard Baudoux, Arnaud Decagny, Patrick Leduc, maires d’Aulnoye-Aymeries, Maubeuge et Feignies), Benjamin Saint-Huile (président de l’Agglomération Maubeuge val de Sambre), Jean-René Lecerf (président du Département) viennent de rejoindre le balcon de l’hôtel de ville afin de prendre la parole.

 

 

12h25. Arrivée à l’hôtel de ville.

Avec plus d’une heure de retard sur l’horaire prévu initialement, le cortège vient d’arriver devant l’hôtel de ville de Maubeuge.

12h15. Le clapping.

Un grand clapping a lieu devant l’hôpital.

 

 

12h03. Les soignants applaudis.

Les manifestants se sont de nouveau arrêtés cette fois devant l’hôpital de Maubeuge pour montrer leur soutien aux soignants qu’ils ont applaudis. Les soignants les saluent en retour des fenêtres du centre hospitalier.

 

 

 

 

11h53. Des clients confinés  !

Les clients de Brico Dépôt ont dû se confiner plusieurs dizaines de minutes dans le magasin situé sur le parcours de la manifestation, le temps de laisser passer la foule...

 

 

11h50. Soutenir l’hôpital.

Arrivée devant la salle de spectacle La Luna, le cortège bifurque en direction de l’hôpital.

11h47. Marée humaine.

Au fur et à mesure, des personnes rejoignent le cortège lors de son passage dans les rues de Maubeuge. Environ 4 000 personnes, peut-être plus ? Une marée humaine défile actuellement à Maubeuge en direction de l’hôtel de ville. C’est historique.

Tag(s) : #Lutte de classes, #Renault

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :