Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Champigny-sur-Marne, ce samedi matin. Ceux qui ont poussé la porte du tout nouveau musée de la Résistance nationale ont eu droit à la première visite guidée. Champigny-sur-Marne, samedi 27 juin. Ceux qui ont poussé la porte du tout nouveau musée de la Résistance nationale ont eu droit à la première visite guidée. LP/Lucile Métout

Au musée de la Résistance à Champigny, l’Histoire se touche et s’écoute

Rien à voir avec les livres en classe. Ici, l'Histoire se touche, s'examine, s'écoute. Elle se vit, presque, au travers d'yeux qui ont vu la guerre. De femmes et d'hommes qui l'ont subie, faite. Mais qui ont surtout combattu pour une France libre.

Projeter chaque visiteur dans d'extraordinaires « tranches de vie », c'est bien toute l'ambition du nouveau Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne. Cet « MRN », inestimable écrin de mémoire inauguré quai Victor-Hugo fin février puis confiné, a enfin rouvert ce samedi matin.

Immersion en 39-45

Ceux qui ont eu la chance d'en franchir le seuil ont gagné le droit d'assister gratuitement à la toute première visite guidée. Comme Ophélie qui a redécouvert la Seconde Guerre mondiale. « On l'étudie en cours, mais là, ce n'est pas pareil, ne peut qu'admettre la collégienne venue en voisine. Je trouve ça super intéressant de voir toutes ces preuves… »

 

Une étonnante scénographie sert la collection du musée. LP/L.M.
Une étonnante scénographie sert la collection du musée. LP/L.M.  

Des preuves ? Il s'agit en fait de 900 pièces composant l'exposition permanente sur plus de 1 000 m2 à l'espace Aimé-Césaire. L'original du poème « Liberté », des billets secrets, des armes cachées ou le vélo d'un compagnon de la Libération. Mais aussi bien d'autres trésors à débusquer dans l'ancien centre de documentation pédagogique. Mieux vaut ouvrir l'œil !

 

Parmi les trésors à découvrir, cette arme clandestine et l’anecdote qui l’accompagne. LP/L.M.
Parmi les trésors à découvrir, cette arme clandestine et l’anecdote qui l’accompagne. LP/L.M.  

C'est donc une immense malle à souvenirs que déballe le musée du bord de Marne. Comme autant de vestiges d'une époque pas si lointaine, valorisés par une scénographie étonnante. « Je suis frappée par cette boîte d'aquarelle, souffle la jeune Ophélie, elle-même amatrice de peinture. Il est écrit qu'elle a servi dans un camp de concentration. Mais comment se la procurer à l'époque ? »

« Bien sûr que je découvre des choses, sourit Perrine derrière de vieilles portes de la prison de Fresnes. Historiquement, d'abord. Je ne savais pas, par exemple, qu'il y avait eu un tel anticommunisme au début de la guerre. »

Tag(s) : #Histoire