Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

© Véronique Arnould, France 3 Normandie

 

 

Une prime et une revalorisation des salaires. Une cinquantaine de personnes manifestaient ce mardi 2 juin dans la cour d'honneur du CHU de Rouen pour demander la prime de 1500 euros. Les "invisibles" ne veulent pas être les oubliés de la crise du Covid.


Une manifestation étant difficilement compatible avec le déconfinement en vigueur, une petite partie du personnel du CHU soutenu par une intersyndicale, a débrayé une heure ce matin, pour réclamer encore et toujours une véritable revalorisation des salaires, mais surtout la prime exceptionnelle de 1500 euros pour tous.

1500 euros pour tous

Pour leur prouver sa reconnaissance, le gouvernement a octroyé par décret une prime exceptionnelle de 500 à 1500 euros à tous les soignants de France, en fonction de leur lieu d'excercice.
A Rouen, l'ensemble du personnel du CHU recevra la somme de 500 euros sur son salaire de juin, le département de Seine-Maritime ne figurant pas dans les 40 départements les plus impactés par le Covid-19.

Ce mardi matin pourtant, un Comité Technique d'Etablissement -CTE- réunissant les représentants du personnel et la direction, planchait pour déterminer lesquels des personnels recevront une prime plus importante.
Certains salariés et services du CHU de Rouen ont effectivement été mis à disposition d'autres départements et établissements plus touchés, comme l'Ile de France et le Grand Est, et sont donc éligibles à la prime de 1500 euros. Les services du CHU de Rouen ont ainsi été réorganisés pour répondre à la demande.

Et c'est là que le bât blesse... Selon l'intersyndicale -Cfdt, Cgt, Sud- si l'effort de ces soignants est reconnu par tous, c'est l'ensemble des personnels qui s'est mobilisé, y compris les "invisibles" qui oeuvrent dans des secteurs moins gratifiants mais pas moins exposés : ménages et gestion des déchets, blanchisserie...

Les invisibles de l'hôpital

"On était pas au lit des malades, mais on est venu. On avait peur de venir, mais on est venu jusqu'au bout, donc on pense avoir autant droit à la prime que les soignants. On est les invisibles de l'hôpital. Laurence Ojeda Sigrist, sécrétaire médicale en neurophysiologie"

 

© V. Arnould, France3 Normandie
© V. Arnould, France3 Normandie


Des invisibles qui sont souvent les oubliés, et qui demandent une revalorisation de leur petits salaires.
A l'issue de la réunion, Guillaume Laurent le directeur général adjoint du CHU de Rouen, a annoncé que 20 à 40 % du personnel de l'hôpital toucherait la prime de 1500 euros, et cela dans tous les services, imagerie, logistique etc...
Les cadres sont ainsi chargés de recenser les personnels les plus présents et impactés sur la période de crise.

Tag(s) : #Services publics, #Santé, #Actions

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :