Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bolivie: Evo Morales officiellement candidat au Sénat

Evo Morales et Luis Arce

Par: Ernesto Reyes

 

La présidente de fait de la Bolivie, Jeanine Áñez, tombe de plus en plus le masque obligatoire de démocratie qu'elle a dû mettre, avec la complicité des Etats-Unis et de l'Union Européenne, pour justifier le renversement violent d'Evo Morales en novembre de l'année dernière. Maintenant, dans une démonstration flagrante que dans ce pays, il n’existe pas de garanties constitutionnelles et que le règle est la persécution, une attaque se prépare contre le candidat à la présidence pour le Mouvement Vers le Socialisme (MAS), Luis Arce.

La forme juridique donnée à cette décision politique antidémocratique est la plainte déposée mardi contre Luis Arce devant le Ministère Public pour les soi-disant dégâts qu'aurait causé à l'Etat la mise en marche de l'Agence Publique pour l’administration des apports sociaux aux travailleurs.

 

Ce n'est pas la première fois que le candidat du MAS est attaqué depuis qu'il est rentré en Bolivie après avoir séjourné quelques temps au Mexique. Le jour-même de son arrivée à La Paz, le 28 janvier, à l'aéroport d'El Alto, on lui a remis une citation à comparaître devant la justice dans l'affaire Fonds Indigène. L'action engagée ce mardi est plus perverse au moment où l'ex-ministre de l'Economie de Morales est en tête des intentions de vote aux élections du 6 septembre prochain.

 

Mais ce n'est pas une surprise. Le Gouvernement de fait fait tout ce qui est en son pouvoir pour rester au pouvoir qu'il a pris illégalement le 12 novembre 2019 après une réunion que les ambassadeurs de l'Union Européenne, León del Torre, et du Brésil, Octávio Henrique Dias García Côrtes,ainsi que d'autres organisations politiques et civiques ont organisée dans les locaux de l'Université Catholique Bolivienne (UCB) pour donner une certaine légitimité au coup d'Etat, selon María Galindo, une féministe radicale et une opposante invétérée au président Evo Morales. C'est pourquoi la reconnaissance de la présidente de fait par les Gouvernements des Etats-Unis et du Brésil quelques heures plus tard n'a pas été une surprise.

 

La meilleure arme d'Áñez et de ses collaborateurs pour essayer de rester au pouvoir est l'épidémie de coronavirus dont l'expansion n'a pas pu être contrôlée jusqu'à présent à cause de l'absence de plan cohérent du Gouvernement et de l’énorme pénurie de respirateurs et de matériel de biosécurité au milieu de dénonciations de corruption lors de l'achat du matériel.

 

On ne connaît pas encore la réaction du candidat de gauche ni les mesures qu'il va prendre dans le domaine juridique mais les organisations sociales ont déjà déclaré qu'elles résisteraient aux tentatives du Gouvernement de fait destinées à interdire au MAS de participer aux élections.

 

La politique répressive du Gouvernement de fait n'a pas changé d'un iota depuis le coup d'Etat et il est probable que le montage de « faux positifs » continue à augmenter pour justifier une nouvelle vague de violence. Ce qui a varié, par contre, c'est la disposition de la société, en particulier des organisations sociales, qui se trouvent dans une étape de recomposition et de plus en plus unies, à exiger des élections générales.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.cubadebate.cu/noticias/2020/06/30/dictadura-boliviana-se-dispone-a-detener-a-candidato-del-mas-que-lidera-intencion-de-voto/#.Xvw3KSFR2-4

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2020/07/bolivie-la-dictature-s-apprete-a-arreter-le-candidat-du-mas.html

Tag(s) : #Bolivie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :