Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Manifestation en soutien à l’ancien président bolivien Evo Morales, le 28 juillet à El Alto (Bolivie). Manifestation en soutien à l’ancien président bolivien Evo Morales, le 28 juillet à El Alto (Bolivie). AIZAR RALDES / AFP

Grève confirmée en Bolivie pour le 3 août prochain pour le maintien en septembre des élections présidentielles

Le gouvernement aura vainement tenté d’empêcher les rassemblements, multipliant les déclarations offensives contre les appels à manifester. Jamais avare de formules chocs, le ministre de l’intérieur, Arturo Murillo, n’a pas hésité à vilipender les dirigeants qui « envoient à la mort » les manifestants. D’autres membres du gouvernement avaient, eux, prévenu que ces marches allaient être des « foyers de contagion massifs », pointant notamment la présence de marcheurs convergeant de plusieurs régions du pays vers la ville d’El Alto, près de La Paz, et transportant selon eux une « forte charge virale ».

Mais à l’appel de la Centrale ouvrière bolivienne (COB) et d’autres formations syndicales proches du Mouvement vers le socialisme (MAS) de l’ancien président Evo Morales, des milliers de manifestants se sont néanmoins réunis mardi 28 juillet, pour exiger le maintien des élections générales au 6 septembre, au lieu du 18 octobre.

 

 Analyse communiste

 internationale

La Paz, 30 juillet (Prensa Latina) Le 3 août, il y aura des blocages nationaux et départementaux en Bolivie pour rejeter la décision du Tribunal Suprême Electoral (TSE) de reporter les élections du 6 septembre au 18 octobre, ont rapporté aujourd’hui les médias nationaux.

Il s’agira du début de la lutte et la mobilisation nationale contre le gouvernement de facto et le TSE pour violation des droits constitutionnels du peuple et atteinte à la démocratie, comme l’a publiquement confirmé le secrétaire exécutif de la Centrale ouvrière bolivienne (COB), Juan Carlos Huarachi.

Huarachi a précisé que la 'grève générale indéfinie' aura lieu jusqu’à ce que le TSE revienne sur sa décision et garantisse que les élections se dérouleront le 6 septembre, comme prévu.

Les dirigeants des six fédérations des tropiques de Cochabamba ont qualifié de réussies les marches et les rassemblements pour la 'défense de la démocratie' organisés le mardi dernier et ont confirmé qu’ils suivront les dispositions de la COB, a rapporté le quotidien Opinion.

La Bolivie approche de la semaine des célébrations pour le 195ème anniversaire de son indépendance et se trouve au milieu de la phase la plus dure de la pandémie de coronavirus, avec des hôpitaux totalement dépassés et des annonces de protestations et de blocages contre le report des élections, a rappelé le quotidien Los Tiempos.

Selon le réseau d’information Erbol, Huarachi a assuré aujourd’hui qu’il ne s’échapperait pas et affronterait la situation, alors qu´il été accusé pénalement par le gouvernement de facto en raison de la mobilisation de mardi dernier à El Alto.

Le dirigeant a affirmé que la lutte pour que les élections aient lieu le 6 septembre se poursuivrait et a exhorté les citoyens à s’approvisionner en produits de base à cause des blocages, bien qu’il ait avancé une coordination pour éviter les ruptures de stock.

Il a également déclaré que, s’il y a une convocation, la COB est prête à dialoguer et à écouter les autorités électorales.

Sur son compte Twitter, l’ancien président bolivien Evo Morales a pour sa part déclaré que « le dialogue entre la COB et d’autres organisations sociales et le TSE est très important pour assurer le rétablissement de la démocratie, car le peuple a besoin de certitudes pour sortir de la crise ».

peo/ga/dla

 

source :

http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=884626:greve-confirmee-en-bolivie-pour-le-3-aout-prochain&opcion=pl-ver-noticia&catid=39&Itemid=101

Tag(s) : #Bolivie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :