Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Laisserons-nous faire ?

La criminalisation de l’action syndicale continue dans le Var. Mardi, c’était au tour d’Olivier Clément de répondre de l’accusation de diffamation portée par son employeur devant le tribunal de Toulon. Son seul tort : avoir osé publier un tract en pleine période de confinement pour dénoncer l’attitude de l’ascensoriste Thyssenkrupp et appeler les salariés à utiliser leur droit de retrait. Pour soutenir leur collègue et camarade et s’opposer au musellement de l’action syndicale, beaucoup avaient fait le déplacement malgré la pluie et se sont rassemblés dès 13h30 devant le Palais Leclerc.

« C’est un tract qui a été fait par la CGT pendant la pandémie. On s’attaquait à un système et non à des individus », explique Olivier Clément avant d’entrer dans le tribunal. « On ne peut pas admettre qu’un responsable syndical qui fait son boulot de responsable syndical en informant ses collègues se retrouve devant un tribunal pénal », lance son avocat Me Dudeffant. « Le tribunal appréciera. Pour ma part, j’estime que le syndicat est resté dans la limite de ce qui était son rôle. »

« Depuis 2 ou 3 ans, il y a une chasse aux sorcières qui est organisée par les patrons de Thyssenkrupp », déclare le délégué syndical central CGT de la boîte Ludovic Le Maire, qui explique que « les tracts de la CGT ne sortent jamais sans un regard et une validation collective ». Pour le responsable syndical, il est clair par conséquent qu’« un peu de courage aurait dû les conduire à attaquer l’organisation syndicale et non pas Olivier Clément ».

Alain Aparis pour l’UD CGT rappelle, lui, que « de nombreux militants subissent harcèlement et sanction dans leurs entreprises ». « Nous sommes dans un état de guerre sociale », martèle-t-il, en précisant que « la procédure de licenciement contre Olivier Clément ainsi que son assignation reposent sur des fondements antidémocratiques ».

La CGT a d’ores et déjà décidé de répliquer en lançant des poursuites contre Thyssenkrupp pour harcèlement moral et discrimination syndicale.

En attendant, le rendu du tribunal est prévu au 5 janvier.

Tag(s) : #Répression

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :