Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Histoire et société

Voici d’un site burkinabé cet article qui illustre le proverbe que l’ambassadeur dit chinois mais qui est universel : si un homme a faim, plutôt que de lui donner un poisson, apprends lui à pêcher. Le Burkinabé, la patrie de Sankara est aussi appelé le pays des hommes intègres.

Développer la recherche sur les problèmes basiques du développement, la nourriture, la santé, c’est aussi ce que font les Cubains dans le domaine de la santé, ils expédient des brigades pour soigner mais reçoivent aussi des jeunes qui apprennent la médecine.

Ce rappel sur la santé nous permet de signaler que ce pays connaît une recrudescence de l’épidémie de coronavirus

(note de Danielle Bleitrach).

 


En marge des activités de formation initiées au profit des producteurs burkinabé par le Projet Mil, s’est tenue dans la commune de Loumbila, le mardi 8 septembre 2020 une cérémonie d’inauguration d’un centre de recherche sur le Mil Burkina Faso/ République populaire de Chine. Il a coûté plus de 140 millions de FCFA et possède une cinquantaine d’équipements capables d’analyser plusieurs indices techniques relatifs à la qualité des différentes semences.


La cérémonie d’inauguration co-présidée par S.E.M. LI Jian, Ambassadeur de la République populaire de Chine au Burkina Faso et Monsieur Salifou OUEDRAOGO, Ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydroagricoles, a connu la présence effective de Paul Taryam Ilboudo, maire de Loumbila, du Larlé Naba Tigré, des techniciens burkinabè et chinois et de plusieurs autres personnalités.

Le maire s’est réjoui du choix de sa commune pour abriter ce centre de recherche sur le mil offert par la République populaire de Chine au peuple burkinabé. Selon lui, les activités qui seront menées dans ce centre par les experts chinois sont en droite ligne avec les objectifs du conseil municipal.

Le projet Mil, faut-il le rappeler, est mis en œuvre depuis un an au Burkina Faso. Il s’est engagé à favoriser l’amélioration de la production du mil, à accroître le rendement du mil des agriculteurs burkinabè et partant, de leur revenu et de jouer un rôle de formateur pour le développement rapide et durable du secteur de mil. Avec les soutiens de toutes les parties prenantes et plus particulièrement du ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydroagricoles et de l’Ambassade de Chine au Burkina Faso, les experts chinois ont engrangé des résultats prometteurs, avec les bonnes performances pour les mils perlés et les mils chinois introduits au Burkina.

La démonstration et la vulgarisation prennent de l’ampleur, sans oublier la poursuite des séminaires de formation au profit des agents agricoles et les producteurs dits pilotes.Dr. Zhao Hanqing, Directeur général adjoint de CGCOC Agriculture Developpement LTD et chef du Projet Mil a précisé que la particularité de ce projet ne se limite pas à la démonstration de culture, mais plutôt porte sur la démonstration de toute la chaîne de valeur, allant de la semence jusqu’à la transformation, en passant par la culture. « Nous souhaitons non seulement introduire les semences améliorées et partager nos savoir faire de culture, mais aussi renforcer les coopérations avec la partie burkinabè en ce qui concerne la garantie de qualité de semence, la recherche sur la culture, la transformation, et les petites machines agricoles qui s’adaptent bien à la production de mil au Burkina’‘ a-t-il renchéri.

A en croire, le chef du Projet Mil, Dr. Zhao Hanqing, la création du Centre de recherche sur le mil Burkina-Chine a été facilitée par le ministère chinois de l’Agriculture et des Milieux Ruraux. Il est doté d’un laboratoire avec des équipements techniques dont le but est d’aider à renforcer la capacité d’expertise des semences au Burkina Faso et  faciliter les recherches, les expérimentations et les échanges dans le domaine de semences de mil. Dans un esprit d’engagement total avec toute son équipe Dr. Zhao Hanquing a rassuré que les experts burkinabè et chinois ne verseront pas les sueurs pour rien tant la coopération agricole sino-burkinabè présage de bonnes perspectives.Cette coopération agricole entre la Chine et le Burkina Faso a été beaucoup saluée par Son Excellence  Li Jiàn pour qui, au cours de plus de deux années écoulées depuis le rétablissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Burkina, plusieurs coopérations dans le domaine agricole ont été entamées, notamment en ce qui concerne la culture du riz et le mil. Pour le diplomate chinois, des progrès tangibles ont été enregistrés et ce, grâce à la coopération étroite entre experts chinois et burkinabé et au soutien ferme des services gouvernementaux concernés. Il a  aussi salué la mise en place d’un système de garantie des variétés améliorées, l’amélioration des techniques de culture et la démonstration de transformation poussée sur l’ensemble du cycle. 

Précisant le rôle du Centre de Recherche sur le Mil qu’il inaugure en présence du ministre de l’agriculture, Li Jian a relevé  qu’au-delà d’être une garantie pour la qualité des variétés améliorées,il est surtout un cadre dans lequel la coopération agricole entre la Chine et le Burkina Faso pourra s’exprimer pleinement et s’approfondir. La création de ce centre illustre bien l’adage chinois selon lequel au lieu de donner du poisson à une personne qui a faim, il vaut mieux lui apprendre à pêcher, a conclu l’ambassadeur de Chine.

Quant au ministre Salifou OUEDRAOGO, il a remercié vivement la République populaire de Chine pour les actions multiples et multiformes qu’elle déploie chaque jour pour le développement du secteur agricole au Burkina Faso et pour la création  d’un centre de recherche sur le mil équipé de moyens techniques et technologiques de dernière génération.

Il s’est réjoui de voir les Chinois s’investir pour le développement de la production du mil car il est l’une des céréales  les plus importantes du Burkina. Il a reconnu que les activités du Projet mil  et des experts agricoles chinois ont leur place stratégique dans la sécurité alimentaire et contribuent à l’atteinte des objectifs  du plan national de développent économique et social. 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et costume

Une remise de matériels agricoles et de laboratoire et une visite du champ d’expérimentation  par l’ambassadeur Li Jiam et le ministre Salifou Ouédraogo ont mis fin à la cérémonie.

L’image contient peut-être : 1 personne, debout, fleur, plante et plein air

Jérôme KABORE

Tag(s) : #Burkina Faso - Chine

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :