Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Conseil municipal à Vitry-sur-Seine: l’ambiance OK Corral continue

PCF contre PCF : au Conseil municipal à Vitry-sur-Seine, l’ambiance OK Corral continue

A Vitry-sur-Seine, l’élection à la hussarde de Pierre Bell-Lloch début juillet, contre sa tête de liste, continue de susciter la polémique dans l’enceinte du Conseil municipal. La controverse s’est à nouveau invitée longuement dans les débats ce mercredi soir.

Désignation des membres de la commission d’appel d’offre, des représentants dans les conseils des établissements scolaires,.. le conseil municipal de Vitry-sur-Seine de ce mercredi devait poursuivre l’installation des nouveaux élus dans les différentes instances de décisions et concertations de la ville. Avant les 44 points à l’ordre du jour, la séance a toutefois commencé par un nouveau règlement de comptes oral.

«Je ne sais pas trop comment vous nommer. Usurpateur, imposteur, putschiste. Quel autre terme utiliser quand on trahit d’abord ses camarades du parti communiste qui ont voté et choisi de reconduire leur maire à 80%. Quel autre terme trouver quand le suffrage universel est bafoué et comment faire confiance ? (…) Si vous voulez être le maire des Vitriots, c’est simple, présentez vous devant eux, s’ils vous choisissent, vous serez maire de Vitry, mais en aurez-vous le courage ?», a entamé Jean-Claude Kennedy. «M.Bell-lloch, vous avez voulu asseoir votre légitimité sur le suffrage de dimanche soir et le verdict fut sans appel, vous avez échoué.

Depuis plusieurs mois, l’atmosphère est lourde à Vitry, vous accentuez le dégoût pour la politique, l’inquiétude des habitants grandit. En avez-vous bien conscience ou êtes vous replié sur vous-même ? (…) Notre ville ne mérite pas le sinistre démocratique que vous lui infligez. Démissionnez», a poursuivi Frédéric Bourdon. «Notre groupe Vitry à Venir déplore que ce débat embolise les travaux du conseil municipal. Je crois que le service à la population, c’est de travailler sur des dossiers, pas ce débat, fratricide houleux et malséant», a enchaîné Jérôme Aubertin.

 

«Je pense qu’il va falloir qu’on arrive à avoir un conseil qui n’importe pas des débats qui doivent avoir lieu ailleurs. Que vous ayez des remarques sur la politique que l’on conduit est légitime, mais attaquer les personnes ne permet pas d’apaiser le débat. (…) J’attends les milliers de pétition qui nous demandent de démissionner. Lorsque vous les aurez, apportez les moi. Nous regarderons cela, Chiche!», a renvoyé Pierre Bell-Lloch.

Composé essentiellement de désignations d’élus au sein de commissions et de conseils d’administration, la majorité a classiquement pris position partout. Sur les cinq sièges de la commission d’appel d’offre, trois ont été attribués aux élus de la majorité Ludovic Lecomte, Éric Chantry et Meher Bouazza, et deux aux élus de l’opposition Hocine Tmimi et Frédéric Bourdon.

Le groupe Vitry rassemblée, composé des élus restés fidèles à Jean-Claude Kennedy, s’est plaint que le groupe d’Alain Afflatet, Vitry à Venir, ne puisse pas y siéger. «L’une de vos listes pouvait très bien leur proposer une suppléance !», a répondu Pierre Bell-Lloch. «Je suis très surpris du fait qu’il n’y ait pas de diversité politique dans la commission d’appel d’offre et je m’interroge sur sa légalité. Les suppléants ne siègent que si le titulaire ne sont pas présents», a insisté Michel Leprêtre.

Même discussions lors des nominations au sein des conseil d’administration des établissements scolaires de Vitry-sur-Seine. Cette fois, seuls des élus de la majorité ont été nommés, comme de coutume dans les villes. «C’est dommage de refuser à des personnes de bonne volonté, quelque soit leur bord, de représenter le conseil municipal. Ce n’est pas le lieu pour faire de la politique. Nous sommes là pour écouter la communauté éducative, cela fait 15 ans que je le fais et je trouve cela dommage qu’on refuse de nous accorder cela», s’est exprimée Karen Degouve (Vitry en mieux). «C’est la première fois que je suis élue. J’ai longtemps siégé en face avec les parents d’élèves. Ceux qui ont été élus sont en capacité de représenter la mairie. Laissez nous la place. Si vous voulez y siéger, rejoignez les associations et militez», lui a répondu Rachida Kabbouri.

Quand finalement au bout de deux heures trente de séance, Pierre Bell-Lloch annonce que la majorité municipale offre une des quatre places de représentant au sein de l’office municipal des sports à un élu d’opposition, l’ancien athlète paralympique Ryadh Sallem, son groupe, Vitry en mieux, exprime sa colère. « Depuis le début de la séance vous refusez nos proposition et maintenant, vous nous imposez notre candidat ? », s’interroge Frédéric Bourdon. Après vingt minutes de débat, la désignation de l’ancien sportif de haut niveau a été validée.

Tag(s) : #PCF

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :