Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jeudi 29 septembre

Une attaque à l'arme blanche a eu lieu à Nice dans le secteur de l'église Notre-Dame. L'auteur de l'attentat, qui a fait trois morts et plusieurs blessés, a été interpellé. Au moins une personne aurait été décapitée.

Ce 29 octobre également, un individu a été abattu à Avignon après avoir tenté d'attaquer des passants avec une arme de poing de type pistolet, selon l'AFP. Aucun blessé n'est à déplorer.

Un Afghan armé d'un couteau et considéré comme menaçant, a été interpellé jeudi 29 octobre à Lyon, selon une source proche du dossier citée par l'AFP.  L'homme allait passer à l'acte.

Ces actes meurtriers accomplis au nom de la religion confirment notre article reproduit ci-dessous. 

La solution n'est donc pas une nouvelle guerre de religion. 

Il s'agit de prendre des mesures politiques : appliquer nos lois, en commençant par expulser les prédicateurs étrangers, les prêches en arabe d'interdire  les subventions directes ou indirectes, et mettre un terme à l'activité des Frères musulmans sur notre territoire comme à celle du groupe terroriste turc, les "Loups gris".

Jean LEVY



 

La séparation des Églises et de l'État | Histoire et analyse d'images et  oeuvres

La République libérée des interventions étrangères, en l'occurance de l'Etat du Vatican

Relations entre Etat et cultes

Depuis ces dernières semaines, un débat d'une ampleur inquiétante  submerge le pays. Il est question d'islamisme, qualifié parfois de "radical", de djihadistes, de salafistes, de terrorisme, de séparatisme, de fanatisme, mots qui tombent, comme des grélons sur nos concitoyens.

Le phénomène a pris une dimension inédite après l'horrible assassinat de Samuel Paty, le prof d'histoire de Conflans-Sainte-Honorine. Un sentiment de crainte, d'angoisse même, grandit dans l'opinion et divise celle-ci. Est-on, comme le prédisent certains, à la veille d'une guerre civile...? 

Mais entre qui et qui ?

Certes, des attentats au nom de Allah ont ensanglanté la France, et la crainte d'une nouvelle vague inquiète beaucoup de nos concitoyens. Une demande de sécurité se fait, de leur part, plus pressante en direction du pouvoir. 

Celui-ci se répand en déclarations guerrières, sans que celles-ci soient suivies d'effets.

Mais contre qui sommes-nous "en guerre" ? 

Il serait erroné et dangereux de viser la religion musulmane en tant que telle. Nombre de Français s'y réfugient, comme le lien à leur communauté d'origine, alors que dans notre pays, le catholicisme, naguère conquérant et dominateur, s'efface de la sphère publique.

Pourtant la France s'est dotée d'une doctrine inscrite dans ses constitutions depuis 1905 : la laÎcité, qui fait de la religion, de toutes les religions, une affaire privée. Chacun est libre de croire ou de ne pas croire.

Dans les premières années du XXème siècle, cette liberté devint loi. Des textes précédents visaient déjà l'empiètement du privé sur le public : les congrégations catholiques,* sont alors interdites.  La troupe est même engagée pour faire respecter la loi.

Et si, tout simplement,  on appliquait celle-ci à la religion musulmane ? Avec l'entière liberté de l'épouser et de suivre ses préceptes. A condition, que ceux-ci et la manière de les appliquer, soient conformes aux lois de la République. 

C'est là que le bât blesse. Et que l'affaire prend sa couleur politique. Car la religion musulmane, qui ne posait aucun probléme dans les années 50 ou 60, alors que l'immigration maghrébine était massive - plus d'un million  - , a été prise en otage en France par des forces politiques issues du Proche-Orient. Des organisations liées aux gouvernements de l'Arabie saoudite, des Emirats, telle celles des Frères musulmans, ont eu l'ambition de faire de leur religion le véhicule idéologique de la domination politique de territoires nouveaux.

Un documentaire passé à la télé, il y plusieurs mois, en a fait la démonstration**.

Et que fait le Président de la République pour mettre un terme à cette intrusion étrangère sur notre territoire ? Rien !

Cette passivité ne date pas d'aujourd'hui. Chirac, comme Sarkozy et Hollande avant Macron,  ont laissé, année après année, le cancer se développer dans nos banlieues. Ils ont délibérément laissé, sous couvert de religion, se développer des structures islamistes prêchant la bonne parole. L'objectif était, pour le pouvoir, d'écarter de ces quartiers - territoires les plus socialement déshérités -  toute vélléités d'organisations ouvrières de lutte. 

Ces politiciens ont ainsi, préférant les imams aux militants, livré ces territoires de la République aux Frères musulmans. Et aujourd'hui Macron et son gouvernement, liés financièrement avec les états du Golfe de de l'Arabie saoudite, par des contrats d'armement, ferment les yeux sur les commanditaires des crimes pour s'en prendre le cas chéant... aux enfants qui, dans leur classe,  ne respecteraient pas la minute de silence ordonnée pour honorer ma mémoire de Samuel Paty...

Ce n'est pas pour nous étonner du comportement des gouvernements qui, depuis trente ans, ont soutenu partout les pires terroristes musulmans qui égorgeaient, d'abord en Afghanistan, puis plus tard en Syrie. C'était alors portés aux nues par les médias de l'époque, les "glorieux mouhadjédines", combattants contre les Soviétiques, puis salués comme défenseur des libertés contre Assad et son gouvernement, les groupes islamistes sunnites ou salafistes, comme Ahrar al-Cham, ou encore par des groupes salafistes djihadistes, comme le Front al-Nostra, reconnu en 2013, comme la branche syrienne d'al-Qaïda, et reconnue par Fabius comme "faisant du bon boulot".

Aujourd'hui, on apprend que l'assassin du professeur avait des contacts avec des jihadistes occupant la province syrienne d'Idlib, sous contrôle de l'armée turque...

La solution n'est donc pas une guerre de religion qu'il faut mener. Mais d'appliquer nos lois, en commençant par expulser les prédicateurs étrangers, les prêches en arabe et les subventions à toute religion.

La loi de 1905 de nouveau appliquée  dans toute sa rigueur, en somme.

 

NOTES :

* À la fin du xixe siècle, on utilise le terme de congrégations pour désigner les établissements d'enseignement privés tenus par un personnel religieux.

Durant l'été 1902, 3 000 écoles ouvertes avant la loi de 1901 de congrégations non autorisées sont fermées sur le territoire national, par ordre d’Émile Combes et le mouvement s’accélère en 1903 par l'effet de la loi du 4 décembre 1902 qui dispose qu'est frappé d'amende ou de prison :

  • quiconque ouvrirait sans autorisation un établissement scolaire congréganiste ;
  • toute personne qui après ordonnance de fermeture continuerait les activités de l'établissement ou en favoriserait l'organisation ou le fonctionnement.

Les expulsions rencontrent des oppositions nombreuses et violentes de la part de la population, notamment en Bretagne, à Nantes.

 

** :France3 

La Confrérie, enquête sur les Frères musulmans

https://www.france.tv/france-3/la-confrerie-enquete-sur-les-freres-musulmans/

 

https://www.france.tv/france-3/la-confrerie-enquete-sur-les-freres-musulmans/toutes-les-videos/

 

 

 

Tag(s) : #Laîcité

Partager cet article

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :