Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des manifestants ont envahi le Conseil municipal et s'en prennent verbalement et physiquement à certains élus.

PCF Romainville

Le blog des communistes de Romainville

Marion d'Allard

Ils étaient des centaines à manifester, ce vendredi, sur le parvis de la mairie de Saint-Denis. Les salariés de la commune dénoncent les attaques du nouvel édile socialiste sur leurs acquis sociaux et taclent l’électoralisme de mesures iniques.

Ils ont bravé le mauvais temps et les couleurs des drapeaux syndicaux tranchaient le gris du ciel. Ce vendredi, en milieu de matinée, des centaines d’agents de la mairie de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) sont venus dire - à l’appel de la CGT, l’UNSA, la FSU et Solidaires - leur colère sur le perron de l’hôtel de ville, sous les fenêtres de Mathieu Hanotin, nouveau maire socialiste de la ville.

« Un mépris invraisemblable »

« Nous faire ça, du jour au lendemain, sans aucune concertation, c’est d’un mépris invraisemblable pour le personnel communal, pour nous », s’indigne cette salariée, qui préfère taire son nom et son métier. Et c’est ce mépris que dénoncent d’une même voix tous les manifestants. En cause, la décision unilatérale du nouvel édile de s’attaquer aux acquis sociaux des agents de la ville. « Il nous supprime trois jours de congé, la médaille du travail, même pour les gens qui, comme moi, travaillent ici depuis 42 ans, il nous supprime aussi deux primes annuelles de 700 euros chacune, versées en juin et en novembre », liste un agent de la ville. « Mathieu Hanotin nous considère comme des feignants, des privilégiés », résume, amère, Serges Ritmanic, secrétaire général de la CGT Territoriaux de Saint-Denis.

Icon Quote  : Non seulement le nouveau maire nous retire du pouvoir d’achat, mais quand il s’agit d’augmenter les effectifs ou de remplacer les collègues en arrêt pour des mois, là, il n’y a plus personne ! 

Toutes les trois blotties sous un parapluie et désirant elles aussi garder l’anonymat, ces employées des écoles de la ville n’en reviennent pas. « Non seulement le nouveau maire nous retire du pouvoir d’achat, mais quand il s’agit d’augmenter les effectifs ou de remplacer les collègues en arrêt pour des mois, là, il n’y a plus personne ! » 

Derrière la décision de Mathieu Hanotin, l’une d’entre elles y voit le moyen pour le nouveau maire de financer ses promesses électorales. « Il a fait campagne sur la gratuité des cantines scolaires, d’abord pour les maternelles, et dès l’année prochaine pour les élèves de primaire », explique-t-elle. « Cette mesure est faite pour plaire à son électorat, aux parents, mais il est clair que cet argent, il compte le récupérer sur nos acquis. » Pire, « le nouveau maire veut sous-traiter nos missions de nettoyage des établissements scolaires à des entreprises privées prestataires », renchérit sa collègue.

« Gestionnite aiguë »

Au micro, Daniel Nail (Unsa) regrette qu’« en trois mois de mandat, la nouvelle majorité ait réussi à bloquer le dialogue social à la mairie alors même que nos conditions de travail sont de plus en plus difficiles. Il fait de la "gestionnite" aiguë ».

Pascale est venue en soutien. Salariée de Plaine commune, elle comprend la colère de ses collègues à la ville et ne se fait guère d’illusion sur la suite. « Leur maire, c’est aussi le président de Plaine Commune et c’est clair que ce qui arrive aujourd’hui au personnel communal va nous arriver tôt ou tard ». Pourtant, poursuit Pascale, « les agents ont été sur le terrain durant tout le confinement, pour faire tourner la ville et c’est d’autant plus injuste de leur faire ça maintenant. C’est en réalité très violent ».

« Le maire s’est augmenté de 1 600 euros par mois »

Ce vendredi, les agents de la ville ont adressé à Mathieu Hanotin un premier avertissement. « Si le dialogue n’est pas rapidement rétabli, nous poursuivrons les actions », promet Amel Damani (Solidaires). « Nous ne nous laisserons pas faire, il veut faire croire aux gens que nous sommes des nantis alors qu’on est au plus bas de l’échelle des salaires de la fonction publique et que, je le rappelle, le maire s’est augmenté de 1 600 euros par mois dès son arrivée », poursuit la syndicaliste. 

Pour la suite, les agents communaux en colère sont bien décidés à associer la population à leur lutte. « Le maire tente de nous diviser, en nous faisant passer pour des privilégiés, il veut monter les habitants contre nous, mais nous ne sommes pas dupes et c’est ensemble, avec les Dyonisiens, que nous gagnerons », explique Patricia Scarpa, de la FSU. Car au fond, conclut la syndicaliste, « cette ville a une histoire, une spécificité et personne ne nous enlèvera ça »

Tag(s) : #Lutte de classes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :