Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AGEN : suicide du délégué CGT d'UPSA

Avant de se suicider à la mi-octobre, un délégué CGT d’Upsa a laissé une lettre "mettant en cause la direction", selon son syndicat. Philippe Martinez est attendu jeudi à Agen.

Comme tous les suicides, le geste définitif du secrétaire CGT du CSE (ex-comité d’entreprise) d’Upsa à Agen conserve à ce jour sa part de questions sans réponses. Des explications, ce délégué syndical en a toutefois fourni. Le 19 octobre dernier, chez lui, à une quinzaine de kilomètres d’Agen, Frédéric a mis fin à ses jours en laissant une lettre où il explique, selon la CGT, ce qu’il dit avoir vécu.

Dans ces lignes laissées comme lecture de son passage à l’acte, il met "en cause directement sa direction" a affirmé hier dans un communiqué l’union départementale CGT. Philippe Martinez son numéro 1 est annoncé ce jeudi à Agen. Il doit s’exprimer sur ce décès qui a plongé les salariés de l’entreprise dans la consternation depuis un mois.

La compagne du défunt a été entendue par les services de police. Une plainte pour mise en danger de la vie d’autrui a été déposée. La CGT entend suivre le même chemin judiciaire, avec constitution de partie civile. "Avant tout, explique Laurent Jacquelin, le secrétaire général de l’UD CGT 47, nous voulons prendre le temps de la réflexion et ne pas aller trop vite."

La CGT dit également être en possession de procès-verbaux de réunions de représentants du personnel. Salarié depuis 16 ans, Frédéric a été élu dans ses fonctions en mars 2019, devenant ainsi la tête de pont dans les relations entre partenaires sociaux au sein de cette société passée du pavillon américain au drapeau japonais le 1er juillet 2019. L’UNSA, la CFDT, Force Ouvrière et Solidaires siègent également dans les instances représentatives du personnel.

Dans cette entreprise de 1 400 salariés, les relations entre direction et représentants des salariés ont été marquées par des moments de tension qui ont contraint les seconds à voter en novembre 2018 le dépôt auprès du tribunal de grande instance de Nanterre d’une plainte pour délit d’entrave contre les dirigeants français de l’industriel.

En octobre 2019, à Agen, trois syndicats, dont la CGT, avaient saisi le juge des référés pour obtenir que des questions posées par les délégués du personnel ne soient plus écartées de l’ordre du jour par la direction. En marge de ces face-à-face, la question demeure : le suicide du délégué CGT est-il directement et uniquement lié à l’exercice de son mandat syndical ?

"Investigations en cours"

Pour l’UD CGT 47 encore, Laurent Jacquelin veut laisser à la justice le temps de l’enquête. Plus globalement, il estime que "la leçon de France Telecom n’a pas été retenue." L’entreprise publique avait connu une vague de suicides avant 2010.

Interrogée par La Dépêche du Midi, Upsa s’est exprimée dans un communiqué. "À ce stade, l’entreprise ne dispose pas d’informations sur ce décès survenu en dehors du lieu et des horaires de travail, et ne dispose d’aucun élément permettant de le relier au travail. UPSA laisse les autorités mener les enquêtes et se tient naturellement à leur disposition pour répondre à leurs questions. Nous regrettons toutefois qu’un syndicat, de manière isolée, tente de faire une exploitation politique de ce drame et véhicule des insinuations infondées alors que des investigations sont en cours."

    
Stéphane Bersauter

Tag(s) : #Lutte de classes, #Capitalisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :