Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ça n'empêche pas Nicolas                     Ça n'empêche pas Nicolas

a reçu le texte ci-dessous provenant d'un ami. 

Nous le publions pour susciter un débat auquel vous êtes incités à participer...

Bonjour,

À la suite de mon envoi "Mensonges & Manipulation" (Ingénierie sociale – Le monde est sous hypnose ; et Le débat sur l’origine du virus reste plus que jamais ouvert), un lecteur m'a fait parvenir le texte ci-après.

"Bonjour Jean-François.

"En ce qui concerne la première vidéo, je ne connais pas cette personne. Néanmoins, en faisant quelques recherches sur le Net et même en suivant cette vidéo, je ressens un sacré malaise quant à cette pédagogie qui me fait penser à celle de types comme Dieudonné, Faurisson...

"Pour ce qui est de la 2ème, elle, j'ai déjà eu plusieurs fois l'occasion de la voir, de la lire ou de l'entendre, et toujours dans des “lieux” d'extrême droite, négationistes, catholicistes radicaux...

"Lire par exemple ça, au sujet du site “Nexus” qui édite cette vidéo. https://fr.wikipedia.org/wiki/Nexus_(revue)

"Alors, Jean-François, je t'en prie : vérifie tes sources, ou affiche la couleur, car ce n'est pas la première fois que tu nous envoie des “infos” pour le moins... douteuses.

“Fraternellement.”

J'ai fait la réponse suivante :

Cher C.,

Je te remercie de ton interpellation : elle prouve que mes envois ne sont pas inutiles puisqu'ils provoquent la controverse.

Tu t'émeus de l'origine de certaines des informations que je diffuse, sans te demander —d'abord— si elles sont vraies ou fausses. Cette inversion, que tu n'es malheureusement pas seul à faire, montre que les temps troublés que nous vivons nous troublent aussi. Sans doute faut-il que nous prenions un peu de recul, mais un recul de classe parce que nous sommes toujours dans une société de classes, dont l'une vit aux dépens de l'autre.

Je crois nécessaire de commencer par un rappel : un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ; auquel j'ajouterai 4 vers d'Aragon :
"Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au cœur du commun combat".

Fin 2018, les ronds-points connaissaient une animation inconnue jusque là : des gens du peuple, en Gilets jaunes, manifestaient. Si le déclencheur était une augmentation de la taxe sur les carburants, très vite ce fut la vie chère, et tout simplement le droit de vivre dignement. C'est alors que monta une petite musique : l'extrême-droite est derrière les manifestants ! Oubliant le contenu de classe, aveuglés par "l'extrême-droite", des camarades firent ce qu'il fallait pour isoler les Gilets jaunes autant qu'ils le pouvaient, efficacement, au point que la jonction des luttes n'était toujours pas réalisée en décembre 2019.
Ces camarades avaient oublié Mitterand : avec l'extrême-droite, nous sommes imbattables ! Et, appelons un chat un chat, ces camarades, à leur corps défendant, étaient devenus supplétifs du capital... Dorénavant, avant de me battre à leurs côtés, faudra-t-il que je leur demande d'abjurer ce qu'ils ont fait ?
Enfant de paysans, j'ai grandi dans une société rurale craignant les incendies, et qui enseignait : pour éteindre le feu, on ne regarde pas quelle est la main qui passe le seau, mais on regarde ce qui est dans le seau.

Nous vivons une époque où la raison a cédé. Revenir aux fondamentaux de classe est la SEULE voie salutaire.
La première question à se poser est simple : chiffres INSEE en mains, oui ou non, le nombre total de décès est-il nettement supérieur à ce qu'il était les autres années ?
Après, on comparera la France avec les autres pays, et on se demandera pourquoi les pays pauvres ne connaissent pas d'hécatombe.

Certes, il n'est pas agréable de se rendre compte que l'on s'est fait berner. Mais le réel existe, indépendamment de ce que nous pouvons en penser... Et ce réel, c'est que le mouvement de classe a perdu ses repères de classe, et qu'il ne se détermine que rarement après une analyse de classe prenant le temps du détour théorique.

Utilisant la covid-19 pour cacher la crise financière derrière une crise économique, le gouvernement du capital présidé par Macron prépare la ponction financière des couches moyennes, la "prolétarisation" d'une partie d'entre elles, afin que les banques puissent remplacer le plus possible leur monnaie de singe par de vraies valeurs, issues du travail et de l'épargne. Si une partie de ces couches moyennes va continuer à chercher à s'en sortir comme elle en a l'habitude, une autre va vouloir se battre : va-t-elle nous trouver à ses côtés ? Ou va-t-elle nous trouver en face d'elle, avec notre ennemi, le capital ?
Car il serait temps de se rappeler qu'une barricade n'a que 2 côtés... Que les militaires se recrutent dans le civil... Qu'on ne naît pas révolutionnaire, mais qu'on peut le devenir...

Alors que la corruption fait des morts sous la houlette de la bande à Macron, où sont les défenseurs de l'être humain ? Alors que le grand capital est de plus en plus largement contesté, où sont ses fossoyeurs ?
L'actuel état de désorganisation des forces de classe va permettre au capital s'en tirer.
Par ses médias interposés, le capital agite-t-il le spectre de l'extrême-droite ? Une partie de la "classe ouvrière" reprend en cœur "c'est l'extrême-droite !"
Il serait temps de se ressaisir, ne crois-tu pas ?

Déjà, habitué à avoir “deux fers au feu”, le capital fourbit sa solution de rechange au cas où le peuple, versatile, viendrait à renvoyer Macron. Il a sorti de sa réserve le général atlantiste De Villiers. Au grand dam d'autres militaires français qui ont soigné à l'hexachloroquine quand c'était interdit, ou de ceux qui veulent que la France prenne ses distances vis-à-vis de l'OTAN.
Évidemment, sachant que la révolution ne pourra se faire que si l'Armée laisse faire, tous les révolutionnaires sont attentifs à ce qui se passe chez la grande muette.

Avant de conclure, encore un rappel historique :
"Et maintenant, nous travaillons à l’union de la nation française contre les 200 familles et leurs mercenaires. Nous travaillons à la véritable réconciliation du peuple de France. Nous te tendons la main, catholique, ouvrier, employé, artisan, paysan, nous qui sommes des laïques, parce que tu es notre frère et que tu es comme nous, accablé par les mêmes soucis. Nous te tendons la main, volontaire national, ancien combattant devenu Croix-de-Feu,
parce que tu es un fils de notre peuple que tu souffres comme nous du désordre et de la corruption, parce que tu veux comme nous éviter que le pays ne glisse à la ruine et à la catastrophe."
Tu as reconnu Maurice Thorez, le 17 avril 1936, le discours de la “main tendue”, et tu n'as pas oublié ce qu'étaient les “Croix-de-Feu”...

Mon cher C., si ce que je diffuse t'est insupportable, respectueux d'autrui, je suis prêt à ne plus te l'adresser : il suffit que tu l'exprimes.
Parce que tu n'es peut-être pas le seul que je dérange, je diffuserai cette lettre afin de permettre à chacun de m'indiquer de ne plus l'importuner.

Cher C., quelles que puissent être nos divergences, je te prie de croire à mes fraternelles salutations.


"Un rebelle est un rebelle
Nos sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel

Celui qui n'y croyait pas"

Jean-François Autier

Post scriptum. Ceux qui le souhaitent peuvent trouver les dernières informations chiffrées sur l'évolution de la "pandémie" à l'adresse suivante :

https://reseauinternational.net/covid-19-point-de-situation-du-samedi-7-novembre-0h00-gmt/

Attention : l'auteur est un général. Il va de soi que je suis preneur des informations d'une autre source, si vous en avez une à me proposer.

Tag(s) : #Infos
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :