Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Revue Éléments - Biopolitique du coronavirus (6). Docteur Molière et Mister  Diafoirus

Le Dr Macron  ( avec son Veran), au chevet de la France malade

Le Dr Macron a délivré hier soir l'ordonnance qui doit prémunir les Français contre la pandémie. Il a entrebaillé la porte du confinement. Et d'allonger la promenade de santé, moins pour le grand air que pour les commerçants. Ceux-ci devenaient enragés derrière leurs grilles baissées, et s'ils sortaient de leurs boutiques, c'était pour manifester. Alors, mieux vaut les occuper avec les clients. Ceux-ci vont enfin pouvoir dénicher le petit Noël de leurs proches et des cadeaux de fin d'année.  Mais, quand on loge en banlieue,  il faudra que les acheteurs fassent vite : trois heures de permission, métro et bus compris, les transports mangentle temps pour gagner la capitale. Les bourges eux vivent dans les quartiers rupins, au milieu des belles vitrines et seulement quelques pas à faire pour se gorger de luxe. 

Trois heures donc quotidiennes de semi-liberté pour les citadins. Mais quand on n'habite pas une ville, que l'on gîte en pleine campagne, l'auto devra avaler des kilomètres et  le précieux temps qui vous est compté, à l'heure près, pour lécher les vitrines du magasin de jouets ou du chemisier. Il y a bien la grande surface, mais c'est déjà, confinement ou pas, le seul lieu – avec celui du boulot - de rencontre tolérée avec son smartphone ou la télé.

Mais les courses faites, les cheveux taillés, rien n'est prévu pour satisfaire l'amitié et retrouver enfin les copains perdus dans le temps de la grande pénitence. Car enfin où nous retrouver avec les trois heures octroyées : pas un seul café à mi-chemin pour abriter, ne serait-ce qu'un court moment,  les amis depuis longtemps séparés. Là encore le compte n'y est pas...

Et le Dr Macron nous a annoncé une longue convalescence et des visites de contrôle le 15décembre et le 20 janvier avec allègement des ordonnances.   A cette dernière date, on pourra enfin se restaurer et dévorer dès le lendemain de la tête de veau, en l'honneur du roi découronné. 

Puis il fut question du vaccin. Pas le russe évidemment. L'américain négocié au prix fort pour améliorer la rentabilité des laboratoires d'outre atlantique. Rassurons-nous : il ne sera pas obligatoire, nous sommes dans un pays de liberté. 

Mais d'un sujet, notre bon praticien ne nous a pas parlé : celui de la grippe, cette méchante compagne des temps rigoureux, avec ses 10.000 victimes l'an. Mais pour le coup, de son vaccin, l'accès est grippé. On a - quand on a l'âge - reçu le bon de la sécu pour se le procurer.

Mais  les pharmaciens en sont privés. 

Pourquoi ? Nous n'en saurons rien.

Le Dr Macron a d'autres chats à fouetter

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :