Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pérou : Trois morts lors de manifestations contre le nouveau président,  selon l'archevêque de Lima

Servindi, 15 novembre 2020 - Jack Bryan Pintado Sánchez (22 ans) et Inti Sotelo Camargo (24 ans) sont les deux jeunes martyrs de la démocratie qui ont été assassinés dans la nuit du samedi 4 novembre par la répression policière.

La mort de ces jeunes a accru la vague d'indignation des citoyens contre le gouvernement fallacieux de Manuel Merino de Lama, qui a mené un complot législatif pour faire sortir le président Martin Vizcarra pour "incapacité morale permanente".

La crise politique s'est aggravée après que le cabinet ministériel dirigé par Antero Flores-Araoz s'est fait connaître, une voie politique conservatrice et de droite, caractérisée par le fait de servir des positions pro-business.

La crise de gouvernance a entraîné la révocation d'au moins une douzaine de ministres et la convocation urgente du Bureau des porte-parole du Congrès de la République qui se réunira le dimanche 15 novembre à 8 heures.

A l'ordre du jour, le départ de Manuel Merino de Lama et l'élection d'un nouveau conseil d'administration du Congrès. La plénière du Congrès devrait élire un président de transition parmi les membres du Congrès qui n'ont pas voté pour la vacance du poste présidentiel.

Des protestations sans précédent au Pérou

Le Pérou connaît un réveil citoyen qui s'exprime par une succession de manifestations d'indignation et de protestation sociale qui parcourent le pays pour rejeter le coup d'État.

Plus que la défense du déchu Martin Vizcarra, la protestation citoyenne qui s'exprime par des marches et des cacerolazos rejette la fausse présidence de Manuel Merino de Lama et son cabinet ministériel.

Dans une attitude très éloignée du sentiment populaire, le gouvernement a minimisé la situation, a procédé à la déformation de la protestation et a déclenché la répression avec une violence particulière le samedi 4 novembre.   

Le ministère de la santé a enregistré 63 blessés jusqu'à 23h30. Parmi les causes, 19 personnes ont été blessées par l'inhalation de gaz toxiques, 14 par des blessures multiples et 9 par des projectiles.

La première victime est arrivée à 20h20 le samedi 14 novembre dans un état de détresse à l'hôpital national de Guillermo Almenara. Le dossier médical fait état de onze blessures provoquées par des impacts de balles.

Deux trous sont situés dans l'os pariétal droit, deux dans la pommette droite, un trou dans la région sous-mandibulaire droite, deux au niveau de l'omoplate, deux dans l'épaule droite et deux dans la partie supérieure de la face antérieure au thorax. 

La vice-procureure provinciale Victoria Córdova Crisóstomo, du quatrième parquet pénal provincial transitoire de La Victoria-San Luis, se trouve à l'hôpital d'Almenara pour la levée du corps d'un homme mort lors des manifestations sociales.

Le coordinateur national des droits de l'homme a déploré la perte des jeunes que pleurent le pays et blâme le président Manuel Merino, le premier ministre et le commandement qui était en charge des opérations pour cette tragédie.

Le mouvement des droits de l'homme demande que justice soit faite, que des sanctions soient prises et que cesse la violence contre les jeunes qui exercent leur droit de manifester pacifiquement.

Il demande au ministère public de préserver les preuves de ces graves violations des droits de l'homme et exige que cesse l'usage excessif de la force par la police nationale contre les manifestants.

Pour sa part, le ministère public a annoncé le début des enquêtes avec le soutien des législateurs médicaux de l'Institut de médecine légale et des sciences médico-légales et du bureau des experts du ministère public.

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 15/11/2020

Tag(s) : #Pérou
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :