Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RECENSEMENT

II : Comment Vichy met-il en place la Révolution nationale et la  collaboration d'Etat ? - La classe d'histoire-geographie de madame Verdiere

3 octobre 1940 - Statut des juifs en zone libre - Aujourd'hui, l'éphéméride  d'Archimède​​​​​​​​​​​​​​

Documents | www.yadvashem.org

Face au recensement annoncé des Français, qui devront faire connaître  leurs opinions politiques, syndicales, religieuses, leur état de santé, leur préférences sexuelles.., la riposte n'est pas à la hauteur de la menace que ce fichier fait peser sur nos libertés 

LIRE EN CLIQUANT SUR

https://www.huffingtonpost.fr/entry/la-police-va-pouvoir-ficher-les-convictions-politiques-religieuses-et-syndicales_fr_5ff3647cc5b6fd33111018e9

Certes, le Conseil d'Etat a été saisi. Démarche vaine. Cette vénérable assemblée, de la même classe sociale que les gens au pouvoir,  n'y voit aucune menace pour nos libertés.

En 1940, aussi, le recensement des "Juifs" ne devait être qu'un instrument statistique sans répercussion sur les libertés des hommes, des femmes et des enfants ainsi répertoriés dans les commissariats de police. De même que l'obligation de porter une étoile n'étaient pas, pour certains, "un déshonneur"...

On sait ce qu'il advint.  Ces pauvres gens furent pris au piège des rafles, menées sur la base des fichiers, et conduits au Vel d'Hiv, le 16 juillet 1942, pour être acheminés en masse vers les camps de la mort.

Certes, nous ne sommes plus en 1940, et notre pays n'est pas occupé.

Mais, sachons le : deux ans avant la guerre - et donc encore sous la Troisième République - le gouvernement de l'époque ouvrait les premiers camps de concentration à l'ntention des "étrangers indésirables"*, en fait les réfugiés politiques ayant fui l'Allemagne hitlérienne, l'Italie de Mussolini, et autres dictatures fascistes.

Publications épuisées gratuites - Archives départementales de la Lozère

Le premier camp de concentration français s'est ouvert pour les femmes à Rieucros (Lozère) en mars 1939.

Puis ce fut le tour des Espagnols républicains en retraite franchissant la frontière pour se soustraire à la sanglante dictature de Franco. Ils ont peuplé les camps de Gurs, d'Argelès et autres lieux, détenus par les gardes mobiles français, qui serviront Daladier, puis Pétain. D'autres, antinazis allemands, seront livrés par les autorités de Vichy à la hache des bourreaux hitlériens

Pour ma part, n'ayant obéi à aucun recensement, et donc non répertorié, j'ai vécu sous mon nom à Paris, puis en zone sud, et de retour à Paris en janvier 44, sous une autre identité, rajeuni  d'un an pour échapper au STO. je me félicite d'avoir enfreint la loi...

Mais les menaces d'aujourd'hui, certes dans d'autres conditions historiques, me laissent un goût amer face au manque de réaction de " l'opposition" vis-à-vis du pouvoir macronien et de ses lois scélérates...

Jusqu'où subira-t-on les restrictions de liberté qui s'insèrent dans la "loi de sécurité globale", en simplement maugréant ?
 

* Décrets Daladier de novembre 1938

Jean LEVY

Tag(s) : #Histoire Libertés
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :