Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La nouvelle

"Collectivité Européenne d'Alsace"

Pour en découvrir la carte

Cliquez ci-dessous

http://sigeo.bas-rhin.fr/metadonnees/document/CARTE_FR-226-700-011-201906181035.pdf

"Le Monde", daté du 31 décembre, nous apprend la création d'une "Collectivté européenne" en Alsace . Il s'agirait, selon le quotidien, du regroupement des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, dans une nouvelle structure administrative. "Le Monde" nous explique que "si les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin subsistent en tant que circonscription administrative de l'Etat comme le précise l'ordonnance du 28 octobre 2020 relative à la création de la CEA, celle-ci s'aquittera désormais des compétences précédemment exercées par les conseils des deux départements alsaciens, auxquelles s'ajoutent quelques attributions juridiques"

Autant dire que la décision du pouvoir, prise dans le secret des dieux, vise à invalider la décision de la population alsacienne prise par referendum, le 7 avril 2013, de rejeter la fusion des deux départements dans une région Alsace.

7 Avril 2013

7 Avril 2013

Echec du référendum alsacien : "Un signe fort pour la classe politique en place"

La fusion du conseil régional d'Alsace avec les deux conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin n'aura pas lieu. Le FN et le Parti de gauche se sont félicités de ce rejet.

Affiches de campagne du Front national et d'Europe Ecologie-Les Verts, pour et contre le Conseil unique d'Alsace dont la création était soumise au référendum dimanche 7 avril.

Affiches de campagne du Front national et d'Europe Ecologie-Les Verts, pour et contre le Conseil unique d'Alsace dont la création était soumise au référendum dimanche 7 avril. AFP/FREDERICK FLORIN

 

La fusion du conseil régional d'Alsace avec les deux conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin n'aura pas lieu. Des résultats partiels du référendum de dimanche créditent le "non" d'une victoire par 56,44 % des voix dans le Haut-Rhin, dans un contexte de très faible mobilisation des électeurs. Les électeurs Bas-Rhinois y seraient en revanche favorables à près de 67 %, mais l'abstention a également été très forte.

 Il fallait, pour faire passer le projet, que les votes positifs représentent plus de la moitié des suffrages et au moins 25 % des électeurs inscrits dans chacun des départements. Or la participation aurait été de 36 % dans le Bas-Rhin, et de 37 % dans le Haut-Rhin.

La question se pose donc : pourquoi le pouvoir macronien a-t-il décidé, en catimini, de créer une nouvelle entité territoriale, non prévue par la Constitution, dont l'esprit avait été rejeté par le suffage populaire, et aujourd'hui baptisée "d'Européenne"?

Et la précision apportée que cette nouvelle entité se trouve pourvue de " quelques attributions juridiques" nouvelles,  permet de s'inquiéter !...

Y aurait-il de la part du pouvoir l'idée d'innover en matière d'intégration européenne, en créant des territoires à vocation ultérieure de nationalité mixte, française et allemande en Alsace, et pourquoi pas dans d'autres territoires frontières, de telles "Collectivités Européennes" en Savoie, en Cerdagne ou en Flandres ? 

La création de cette "Collectivité Européenne d'Alsace", dont l'importance a paru fort importante au "Monde" pour que celui-ci lui consacre toute une page dans son édition du 31 décembre 2021, n'a trouvé aucun écho dans les médias audiovisuels, porte-paroles de la pensée macronienne ...

Pourquoi ? Et l'interrogation du journal "Le Figaro" n'est pas pour nous rassurer.

A vous de juger.

JEAN LEVY

A propos de la céation des "Collectivités europénnes" que Macron et son clan inventent en Alsace,  par Jean LEVY
Alsace: l’entité nouvelle pourrait bien devenir un laboratoire

La collectivité européenne d’Alsace pourrait servir de modèle à d’autres départements en France.

 

L’Alsace ouvrira-t-elle la voie à d’autres départements? Ses élus ont dû affronter un long parcours semé d’embûches. «Il y a trois ans, personne ne pensait que nous y arriverions. Il y a eu, depuis, les accords de Matignon en octobre 2018 et le vote de la loi Alsace du 2 août 2019. C’est une révolution institutionnelle, avec une prise en compte de nos spécificités», rappelle l’ancienne présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, Brigitte Klinkert.

«La Collectivité européenne d’Alsace (CEA) préfigure ainsi la loi 4D sur la différenciation portée par Jacqueline Gourault», se félicite la ministre déléguée à l’Insertion. Pour Brigitte Klinkert, «la Collectivité européenne d’Alsace, voulue par le président de la République, va devenir un laboratoire de la décentralisation et un laboratoire européen pour la France».

Tag(s) : #Union européenne
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :