Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EN IMAGES. Dans les rues de Paris, ville fantôme pendant le confinement

Paris confiné

Ces jours derniers encore, les médias laissaient entendre que la seule solution que pouvait prendre le pouvoir était de recourir à un troisième confinement. Et de s'appuyer sur de mauvais chiffres montrant, jour après jour, une épidémie en forte expansion. Et de citer les augures en la matière, les médecins qui répétaient "Confinement ! Confinement !" comme les fameux médecins de Molière répétaient : " C'est la rate ! c'est la rate !".

On assistait alors à une mise en condition de l'opinion publique par les médias aux ordres, les services-après-vente de l'Elysée, qui laissaient entendre que l'affaire était bouclée : la France allait être à nouveau confinée.

Et puis le vent a tourné. Ne disait-on pas que le gouvernement était divisé. Et que le président n'était plus pressé de s'exprimer après le Conseil de défense annoncé mercredi...

Que se pase-t-il donc derrière les tentures feutrées de Matignon et de l'Elysée ? 

Le Figaro de ce jour lève un coin du voile :

Confinement ? Non confinement ? Ce n'est pas au Medef de juger !   par Jean LEVY

La mise en garde du patronat

face au scénario d’un reconfinement

 Le Medef et les autres organisations patronales plaident pour que les commerces soient ouverts en cas de reconfinement. l Celui-ci ne fait pas l’unanimité au sein de l’exécutif. Bercy assure ne pas vouloir revivre les débats de novembre dernier autour de la fermeture des commerces dits « non essentiels ».

La mise en garde du patronat contre la fermeture des commerces. Le gouvernement doit se pencher mercredi en Conseil de défense sur l’hypothèse d’un nouveau confinement du pays, ce qui en ferait le troisième depuis le début de l’épidémie de Covid-19.

Le Medef et les autres organisations patronales plaident pour que les commerces restent ouverts, quand bien même ce reconfinement aurait lieu. Celui-ci ne fait pas l’unanimité au sein de l’exécutif, Emmanuel Macron entendant ne pas se laisser dicter son tempo par les scientifiques. Bercy assure ne pas vouloir revivre les débats de novembre autour de la fermeture des commerces dits "non essentiels"...

 

 

Ça n'empêche pas Nicolas                            Ça n'empêche pas Nicolas

On comprend mieux les incertitudes nouvelles des médias, obligés de rétropédaler.

Le Medef est contre un nouveau confinement brutal, comme on

 l'a connu de mars à mai 2020. Les affaires sont les affaires, et si les entreprises devaient à nouveau s'arrêter, les patrons - pas ceux du CAC 40, qui ont vu leurs fortunes prospérer duant l'an dernier - les patrons donc, qui font passer leurs intérêts avant la santé de leurs salariés, ne veulent pas que la machine s'arrête à nouveau. C'est tout de même la plus-value de leurs ouvriers qui leur assure les profits escomptés. 

Et Macron et son clan ne peuvent être sourds aux calculs des manufacturiers.

D'où le pas de deux du pouvoir élyséen...

Que va-t-il se passer ? Nul à cette heure n'est fixé. 

Nous ne sommes ni médecins, ni scientifique, et nous nous garderons bien de rédiger l'ordonnance des Français. Ce que l'on peut dire et déplorer, c'est que la politique, telle qu'elle est menée par l'Elysée est commandée par des intérêts particuliers, très éloignés des besoins de nos concitoyens. Et que le manque de masques au printemps dernier, les coupes sombres opérées dans les budgets des hôpitaux, adaptés aux seuls critères de la rentabilité, une recherche médicale abandonnée à la soif de profits des laboratoires privés font que la France devient, sur le plan de la santé (et sur beaucoup d'autres) une nation sur le chemin d'être tiersmondisée.

Et c'est cela qu'il faut rapidement changer.

 

 

Tag(s) : #Pandémie Confinement
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :