Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Inde: les paysans en colère prennent le Fort rouge

Inde : les paysans indiens prennent le fort Rouge à Delhi

par Jacques Chastaing.

 

Après 60 jours de siège de la capitale par près de 300 000 paysans en soulèvement contre les lois agricoles du gouvernement d’extrême-droite qui liquideraient la petite propriété paysanne, près de 200 000 tracteurs et probablement plus de 1 million de paysans et leurs soutiens ouvriers et citoyens sont entrés dans la capitale le jour de la fête nationale indienne sous les applaudissements de la foule des habitants de Delhi massés dans les rues pour les accueillir.

L’ensemble de la manifestation des paysans s’est passée de manière pacifique mais devant l’immense succès et la démonstration de force des paysans, alors que la police avait autorisé la manifestation, ici et là des policiers ont provoqué, tentant de bloquer les manifestants, cognant, tirant des lacrymos et même tirant à balle et tuant un paysan.

Les paysans ont alors enfoncé ces barrages policiers à Delhi lorsqu’il y en avait ou dans les autres capitales d’État où avaient lieu également des manifestations semblables. Dans ces circonstances, des manifestants ont également pris le Fort Rouge à Delhi, un fort historique et symbolique des empereurs moghols, aussi symbolique que la Bastille en France, où chaque année pour la fête de l’indépendance, le chef de l’État fait un discours à la nation et hisse le drapeau national indien comme symbole de leur libération.

Or, lors de la prise du fort par les paysans, en enfonçant les barrages policiers, un certain nombre de policiers bousculés sont tombés dans les fossés du fort, 83 seraient blessés (vidéo ci-dessous). Par ailleurs, les paysans ont hissé symboliquement sur le fort les drapeaux des organisations paysannes en révolte.

La presse bourgeoise et réactionnaire totalement apeurée s’est emparée de l’événement en montrant un drapeau sikh hissé à la place du drapeau national pour accréditer les calomnies qu’elle déverse en permanence avec le gouvernement contre le soulèvement paysan depuis le début, l’accusant d’être l’otage des séparatistes sikhs du Pendjab. Le gouvernement en pleine panique n’arrive pas à arrêter la vague paysanne qui entraîne peu à peu le monde ouvrier et citoyen et essaie une nouvelle fois d’accentuer les tensions entre sikhs et hindous en rappelant à travers les affrontements du Fort Rouge les affrontements sanglants entre sikhs qualifiés de terroristes et d’anarchistes et les hindous dans les années 1980 autour du massacre du Temple d’or et l’assassinat d’Indira Ghandi par des sikhs.

Pour le moment toutes les tentatives du gouvernement pour diviser le camp paysan en attisant les haines religieuses ont échoué. Ici, il s’agit pour lui de tenter de dissimuler le succès de la journée pour les paysans en focalisant l’attention sur les violences et ce qu’il appelle le scandale du Fort Rouge. Il veut par là diminuer la capacité d’attraction du soulèvement sur des millions et des millions de citoyens indiens qui regardent le soulèvement paysan avec sympathie. Il essaie de les empêcher d’entrer à leur tour dans la lutte et d’en faire une lutte générale pour renverser le gouvernement. D’autant que des syndicats ouvriers sont en train d’entrer dans la danse, les principales confédérations ayant signé un communiqué commun avec les paysans annonçant qu’elles prendraient des initiatives ensemble dans les jours qui viennent, et certaines fédérations appellent à la grève des banques et des fonctionnaires le 1er février. Par ailleurs, le soulèvement paysan pour sa part appelle tous ceux qui sont venus le 26 janvier à rester sur place jusqu’au 1er février pour, ce jour-là, marcher sur le Parlement.

Le gouvernement joue donc sa survie.

Il y a de grandes chances que sa tentative de division et d’occultation de l’immense succès de cette journée pour le soulèvement paysan avec ses répercussions nationales et internationales, autour de l’affaire du Fort Rouge échoue encore et peut-être même se retournera-t-elle contre lui en devenant comme en France le symbole de la prise de la Bastille et l’ouverture ouverte de la marche vers la révolution.

 

Tag(s) : #Inde Mobilisation paysanne
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :