Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Equateur : Washington applaudit le recomptage des voix, la gauche internationale s'en inquiète

Les candidats à l'élection présidentielle équatorienne Yaku Pérez et Guillermo Lasso assistent à une réunion au Conseil national électoral (CNE) à Quito (Equateur), le 12 février 2021

 

 

RT France

Sur demande du candidat indigène Yaku Pérez, le Conseil national électoral d'Equateur a accepté de recompter 45% des votes exprimés au premier tour de la présidentielle du 7 février. Une décision saluée par Washington, mais qui inquiète la gauche.

Alors qu'une vague d'inquiétude envahit la gauche internationale suite à la décision de recomptage des voix du premier tour de la présidentielle en Equateur, après un accord entre le Conseil national électoral (CNE) et les candidats à la présidentielle Yaku Pérez et Guillermo Lasso, les Etats-Unis sont venus renforcer cette anxiété en applaudissant l'accord.

Dans un tweet, Julie Chung, la secrétaire adjointe par intérim du Bureau des affaires de l'hémisphère occidental du Département d'Etat américain, a déclaré : «Le gouvernement américain applaudit l'annonce du CNE […] Cela permet au processus électoral d'avancer avec des garanties renforcées tant pour les candidats que pour les citoyens.»
 

«Une telle transparence – avec des règles claires et en présence de représentants des partis, ainsi que d'observateurs nationaux et internationaux – garantit la confiance du public dans les résultats», a ajouté Julie Chung.

Une décision «sans base juridique»

Quelque six millions de bulletins, soit 45% des votes exprimés lors du premier tour de l'élection présidentielle en Equateur, seront recomptés sur demande du candidat Yaku Pérez, qui dit avoir été victime de «fraude», selon une annonce de l'autorité électorale, le 12 février. Yaku Pérez, candidat du Pachakutik, bras politique du mouvement indigène équatorien, est donné troisième du premier tour de l'élection avec 19,38% des voix, juste derrière le candidat de droite Guillermo Lasso (19,74%) qui appuie la demande de recomptage.

Les actions du CNE sont inédites, aléatoires et sans justification légale. Nous n'autoriserons pas un coup d'Etat

 

Cependant, certains observateurs internationaux, notamment marqués à gauche, mettent en garde contre le manque de base juridique de cet accord pour un recomptage et craignent une tentative de déstabilisation envers Andrés Arauz, arrivé largement en tête du premier tour avec 32,71% des voix.

«Ceux qui ont co-gouverné avec [le président sortant Lenin] Moreno se savent perdants et mettent de la pression pour me persécuter avec des mensonges grossiers. Ils ne pourront pas y arriver, la vérité prévaut toujours», a tweeté Andrés Arauz, cible d'un certain nombre d'attaques depuis qu'il est le favori de l'élection. «Ils ne pourront pas continuer à faire du chantage ou à tromper la justice. Le peuple équatorien ne permettra pas un nouveau coup contre la démocratie», a ajouté le dauphin de l'ex-président Rafael Correa (2007-2017).

 

 

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

Tag(s) : #Equateur Elections présidentielles
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :