Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Emeutes, présidence barricadée et médias suspendus : le Sénégal sous très haute tension

Des manifestants soutenant Ousmane Sonko lancent des projectiles sur les forces de l'ordre, à Dakar (Sénégal), le 4 mars 2021.

 

 

RT France

Après deux jours de violences faisant suite à l'arrestation d'Ousmane Sonko, les autorités sénégalaises se préparent à de nouvelles tensions. Accusé de viol, Sonko crie au complot et assure que le président Macky Sall veut lui barrer la route.

Ce 5 mars, la présidence sénégalaise et les bâtiments officiels du centre de Dakar sont placés sous haute protection après deux jours de troubles et à l'aube d'une journée de protestation contre l'arrestation d'Ousmane Sonko, le principal opposant au pouvoir.

Plusieurs quartiers de la capitale et des villes d'un pays réputé le plus stable d'Afrique de l'Ouest ont été le théâtre de saccages et de pillages de magasins et d'affrontements entre jeunes et forces de police, depuis le 3 mars.

Les incidents se sont poursuivis dans la banlieue de Dakar et un appel à manifester a été lancé pour le 5 mars, jour où Ousmane Sonko est censé être présenté à un juge. Son arrestation, le 3 mars sur le chemin du tribunal où il se rendait pour être interrogé sur des accusations de viols qu'il réfute, a provoqué la colère de ses partisans.

De nombreuses violences et un mort parmi les manifestants pro-Sonko

Le lieu où Ousmane Sonko se trouvait dans la matinée du 5 mars était incertain. Un de ses plus proches collaborateurs, Djibril Guèye Ndiaye, affirmant à la radio qu'il n'était plus à la gendarmerie quand on lui a fait porter un petit déjeuner.

 

 

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

Tag(s) : #Sénégal
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :