Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Entre 2018 et 2020, les États-Unis ont mené des opérations antiterroristes dans 85 pays

Les États-Unis continuent de s’en prendre agressivement au terrorisme, comme le montrent les données sur le coût de la guerre – peut-être dans des régions plus éloignées du globe que ne le pensent de nombreux Américains.

Près de 20 mois après les attentats du 11 Septembre, le président George W. Bush était à bord d’un porte-avions sous une gigantesque bannière « Mission accomplie » et a déclaré que « les grandes opérations de combat en Irak sont terminées ». Près de 18 ans plus tard, les États-Unis sont toujours empêtrés dans une action militaire au Moyen-Orient et au-delà.

Après les guerres en Afghanistan et en Irak au lendemain du 11 Septembre, une grande partie de l’activité militaire américaine a été axée sur la lutte contre le terrorisme, soit en combat direct, soit par des attaques de drones, des patrouilles frontalières, la collecte de renseignements ou la formation des forces de sécurité d’autres pays.

Ces opérations d’envergure mondiale ont coûté aux États-Unis du sang et de l’argent et ont eu un impact massif sur les populations du monde entier. Les nouvelles menaces non militaires, du changement climatique aux cyber-attaques, soulèvent des questions sur l’utilité de conserver des centaines de bases étrangères et de déployer des dizaines de milliers de soldats à l’étranger.

Les États-Unis ont mené des opérations antiterroristes dans 85 pays entre 2018 et 2020

Si l’Irak, l’Afghanistan et la Syrie étaient autrefois des priorités pour le public américain, l’empreinte a été beaucoup plus importante – et plus récente – pour l’armée américaine. Les nouvelles données de la chercheuse Stephanie Savell pour le projet « Costs of War » de l’Institut Watson de l’Université Brown montrent qu’au cours des trois dernières années, les États-Unis ont été actifs dans au moins 85 pays.

 

SOURCE: Research by Stephanie Savell for the Costs of War Project, Watson Institute, Brown University

Une armée américaine en expansion

Les données sur le coût de la guerre montrent l’ampleur des activités récentes à l’étranger, mais les États-Unis sont la puissance militaire dominante dans le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Vous pouvez voir ici quand et où les bases ont été ouvertes, y compris l’expansion après 2001.

 

Pendant ce temps, la Chine – considérée par beaucoup comme le plus grand concurrent et la plus grande menace pour les États-Unis – n’a qu’une seule base officielle à l’étranger, à Djibouti, un pays d’Afrique orientale. Le Pentagone affirme que la Chine construit des bases au Pakistan et dans le Pacifique occidental.

Au-delà du champ de bataille

Un examen plus approfondi du nombre de militaires et de civils américains déployés dans le monde montre de grandes concentrations de personnel militaire américain en Europe, reflétant en partie l’héritage de la Seconde Guerre mondiale, et en Asie depuis la guerre de Corée et le régime belligérant de la Corée du Nord.

 

Les données proviennent du ministère américain de la Défense.

Echos du 11 Septembre

La guerre américaine contre le terrorisme a coûté la vie à des centaines de milliers de civils et à des milliers de soldats américains, selon le projet Costs of War de l’université Brown.

Plus de 37 millions de personnes ont été déplacées ou sont devenues des réfugiés

 

SOURCE Costs of War Project, Watson Institute, Brown University

Elle a duré près de deux décennies et a coûté environ 6 400 milliards de dollars.

 

1 – Estimation des intérêts d’emprunt pour les dépenses du Département de la Défense et du Département d’État; 2 – Augmentation estimée du budget de base du Département de la Défense en raison des guerres après le 11 septembre; REMARQUE Comprend plus de 1 billion de dollars d’obligations futures estimées pour les vétérans médicaux et invalides, de l’exercice 202 à l’exercice 2059
SOURCE Costs of War Project, Watson Institute, Brown University

Alors que certains experts militaires affirment que les avantages pour la sécurité des États-Unis l’emportent sur les coûts, d’autres disent qu’il est temps de procéder à une réévaluation.

Les cyberattaques ne sont pas l’avenir de la guerre. Elles ont déjà lieu.

La Chine et la Russie sont en tête des attaques en ligne contre les réseaux informatiques américains privés et gouvernementaux. Le Pentagone a reconnu que la cybersécurité est un risque croissant avec un potentiel de perturbations massives.

 

Comprend les attaques contre le gouvernement, les réseaux publics et les entreprises privées et les attaques multinationales; les autres incluent la France, le Liban, le Pakistan, la Syrie, l’Espagne et le Vietnam
SOURCE Council on Foreign Relations, Cyber Operations Tracker

En attendant, ce sont les extrémistes nationaux américains, et non les terroristes étrangers, qui représentent la plus grave menace terroriste pour les États-Unis, selon un rapport du ministère de la Sécurité intérieure publié en octobre. Les pandémies, les conditions météorologiques extrêmes dues au changement climatique et les instabilités économiques ou infrastructurelles sont également des risques pour la sécurité nationale, selon les experts.

Les États-Unis arrivent en tête pour les dépenses militaires dans le monde

Les États-Unis ont dépensé plus de 731 milliards de dollars pour leur armée en 2019. Alors que les allocations pour la défense sont inférieures à celles de 2010, [dépenses d’approvisionnements répondant aux besoins militaires, énergétiques, de sécurité intérieure, de préparation aux situations d’urgence et d’infrastructures critiques, NdT], les dépenses militaires commencent à augmenter.

 

SOURCE Stockholm International Peace Research Institute, SIPRI Military Expenditure Database, April 2020

Le montant en dollars américains en 2019 est supérieur à celui des dix nations suivantes réunies, y compris la Chine et la Russie. Et…

 

SOURCE Stockholm International Peace Research Institute, SIPRI Military Expenditure Database, April 2020

…les partisans des bases à l’étranger affirment qu’elles permettent aux États-Unis de réagir rapidement aux événements dans les régions éloignées, y compris lors d’épidémies internationales. Mais l’augmentation des coûts et l’évolution des menaces pourraient obliger la nouvelle administration Biden à envisager des changements dans les déploiements à l’étranger.

Jusqu’à 800 bases militaires à l’étranger

La vaste zone d’influence de l’Amérique illustre pourquoi elle a été appelée le « gendarme du monde » – un pays, disent les critiques, qui cherche à obtenir l’hégémonie mondiale par le biais d’un empire militaire malgré des menaces non militaires émergentes. Il y a jusqu’à 800 bases militaires américaines à l’étranger, selon les données du Pentagone et de David Vine, un expert de l’American University.

Cette carte montre environ 350 bases dont USA Today a déterminé les dates et lieux d’ouverture.

 

Source : USA Today, George Petras, Karina Zaiets and Veronica Bravo, 25-02-2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Tag(s) : #Etats-Unis, #Terrorisme d'Etat
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :