Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le spectacle continue dans la rue  le 9 mars

CGT SPECTACLE on Twitter: "LA MANIFESTATION PARISIENNE RÉPUBLIQUE - LA  MADELEINE, PASSAGE DEVANT L'OPERA OCCUPATION EN COURS DU THÉÂTRE DE L'ODÉON  EST COURS CULTURE EN DANGER - PROFESSIONNELS EN COLERE…  https://t.co/Hq4plcBl6q"

Festivals annulés : une note salée

Les semaines se succèdent et nous ne voyons rien venir. Alors que la ministre de la Culture a annoncé dans la presse la mise-en-place de deux « concerts tests » en mars-avril à Paris et Marseille, les perspectives d’une réouverture et d’une reprise de l’activité pour nos secteurs demeurent encore très incertaines.


Nos professions sont à l’arrêt pour une longue durée encore et la reprise de nos activités interviendra dans tous les cas de manière très dégradée. Les dernières annonces sur les festivals le démontrent (formes réduites, programmation réduite). La question que toutes les travailleuses et tous les travailleurs de nos secteurs se posent est de savoir comment tenir jusqu’au retour à la « normale » de nos activités.


Partout et depuis plusieurs semaines, les professionnels du spectacle, qu’elles et ils soient artistes, autrices/auteurs, techniciens ou personnels techniques et administratifs ou d’accueil, les enseignants artistiques se mobilisent et multiplient les rassemblements et les actions sur le territoire pour faire entendre leur voix. Le gouvernement, lui, refuse d'entendre nos revendications et ne daigne même pas examiner nos propositions.
Les professionnel-le-s doivent prendre la mesure de ce qui se joue en ce moment.

 

NOUS VOULONS VIVRE DE NOS MÉTIERS !


La profession a besoin en urgence de travailler pour permettre à chacun d’avoir des conditions dignes d’existence et de garantir les droits sociaux. Là encore, le ministère de la Culture nous place dans une impasse en refusant qu’un plan massif pour l’emploi soit mis en œuvre dès aujourd’hui pour financer des répétitions, des résidences de création et tout autre forme de travail encore possible dans la période.

 

LA PROLONGATION DE L’« ANNÉE BLANCHE » EST LOIN D’ÊTRE ACQUISE !


Madame Roselyne Bachelot s’est engagée devant les médias à la prolongation d’une nouvelle « année blanche » pour les intermittents du spectacle. Pourtant, en coulisse ce scénario n’est pas privilégié.

La ministre de la Culture et la ministre du Travail ont récemment missionné André Gauron, afin d’évaluer la situation des intermittents du spectacle après le 31 août 2021, en différenciant selon les secteurs, les métiers et les dates anniversaire de chacun.

Parmi les pistes évoquées, la mission devra donner des « réponses ciblées » et explorer des solutions comme la clause de rattrapage (qui n’assure qu’une prolongation de 6 mois à l’assurance chômage). Une nouvelle année blanche pour tous les intermittents n’est pas du tout garantie par le gouvernement ! La menace qui pèse sur les annexes 8 et 10 est réelle !

 

 

NOUS NOUS BATTONS POUR NOS DROITS SOCIAUX !


Une année déjà que nous ne travaillons plus. Une année que nous ne cotisons plus avec des conséquences catastrophiques pour nos retraites, pour l’accès à la sécurité sociale (maternité, maladie) et pour nos institutions sociales (CMB, Audiens, Afdas). Le gouvernement doit réagir ! Pour nous, il n’est pas question de résilience ni de « printemps inexorable » !

 

LE PLAN DE RELANCE DOIT BÉNÉFICIER A TOUTES ET TOUS LES ARTISTES AUTEURS


Nombreuses et nombreux sont encore les artistes auteurs qui n’ont pu bénéficier des aides du plan de relance. Les critères d’éligibilité du fonds de solidarité doivent évoluer pour permettre l’accès à tous les artistes auteurs qui n’ont pu générer de revenus suffisants en 2019 et 2020. De la même façon, les aides sectorielles doivent être recalibrées et déployer pour permettre de couvrir tous les artistes auteurs.

 

REPRISE DE L’ENSEIGNEMENT ARTISTISQUE POUR TOUTES ET TOUS


Depuis le début de cette crise, l’enseignement artistique intervient dans des conditions dégradées. Il est urgent que l’enseignement de la danse reprenne en présentiel. Pour autant, la poursuite des enseignements nécessite la mise en place de conditions sanitaires optimum avec un protocole adapté, protocole qui est attendu par la profession depuis maintenant le mois de décembre ! Les conditions actuelles d’exercice de nos métiers ne sont plus acceptables. L’alternance télétravail/ présentiel depuis un an est épuisant et les enseignant-e-s artistiques n’ont pas eu de prime d'équipement informatique comme dans l’Éducation nationale alors que l’investissement de leur matériel à leur charge est lourd pour assurer cette continuité pédagogique. Cela doit changer !

Les professionnels du spectacle, artistes, autrices et auteurs, les artistes et technicien-ne-s du spectacle, les personnels administratifs et d’accueil du spectacle vivant, les enseignants artistiques vont se lever et ensemble, grâce à notre mobilisation, nous gagnerons !

Les semaines se succèdent et nous ne voyons rien venir. Alors que la ministre de la Culture a annoncé dans la presse la mise-en-place de deux « concerts tests » en mars-avril à Paris et Marseille, les perspectives d’une réouverture et d’une reprise de l’activité pour nos secteurs demeurent encore très incertaines.


Nos professions sont à l’arrêt pour une longue durée encore et la reprise de nos activités interviendra dans tous les cas de manière très dégradée. Les dernières annonces sur les festivals le démontrent (formes réduites, programmation réduite). La question que toutes les travailleuses et tous les travailleurs de nos secteurs se posent est de savoir comment tenir jusqu’au retour à la « normale » de nos activités.


Partout et depuis plusieurs semaines, les professionnels du spectacle, qu’elles et ils soient artistes, autrices/auteurs, techniciens ou personnels techniques et administratifs ou d’accueil, les enseignants artistiques se mobilisent et multiplient les rassemblements et les actions sur le territoire pour faire entendre leur voix. Le gouvernement, lui, refuse d'entendre nos revendications et ne daigne même pas examiner nos propositions.
Les professionnel-le-s doivent prendre la mesure de ce qui se joue en ce moment.

 

NOUS VOULONS VIVRE DE NOS MÉTIERS !


La profession a besoin en urgence de travailler pour permettre à chacun d’avoir des conditions dignes d’existence et de garantir les droits sociaux. Là encore, le ministère de la Culture nous place dans une impasse en refusant qu’un plan massif pour l’emploi soit mis en œuvre dès aujourd’hui pour financer des répétitions, des résidences de création et tout autre forme de travail encore possible dans la période.

 

LA PROLONGATION DE L’« ANNÉE BLANCHE » EST LOIN D’ÊTRE ACQUISE !


Madame Roselyne Bachelot s’est engagée devant les médias à la prolongation d’une nouvelle « année blanche » pour les intermittents du spectacle. Pourtant, en coulisse ce scénario n’est pas privilégié.

La ministre de la Culture et la ministre du Travail ont récemment missionné André Gauron, afin d’évaluer la situation des intermittents du spectacle après le 31 août 2021, en différenciant selon les secteurs, les métiers et les dates anniversaire de chacun.

Parmi les pistes évoquées, la mission devra donner des « réponses ciblées » et explorer des solutions comme la clause de rattrapage (qui n’assure qu’une prolongation de 6 mois à l’assurance chômage). Une nouvelle année blanche pour tous les intermittents n’est pas du tout garantie par le gouvernement ! La menace qui pèse sur les annexes 8 et 10 est réelle !

 

 

NOUS NOUS BATTONS POUR NOS DROITS SOCIAUX !


Une année déjà que nous ne travaillons plus. Une année que nous ne cotisons plus avec des conséquences catastrophiques pour nos retraites, pour l’accès à la sécurité sociale (maternité, maladie) et pour nos institutions sociales (CMB, Audiens, Afdas). Le gouvernement doit réagir ! Pour nous, il n’est pas question de résilience ni de « printemps inexorable » !

 

LE PLAN DE RELANCE DOIT BÉNÉFICIER A TOUTES ET TOUS LES ARTISTES AUTEURS


Nombreuses et nombreux sont encore les artistes auteurs qui n’ont pu bénéficier des aides du plan de relance. Les critères d’éligibilité du fonds de solidarité doivent évoluer pour permettre l’accès à tous les artistes auteurs qui n’ont pu générer de revenus suffisants en 2019 et 2020. De la même façon, les aides sectorielles doivent être recalibrées et déployer pour permettre de couvrir tous les artistes auteurs.

 

REPRISE DE L’ENSEIGNEMENT ARTISTISQUE POUR TOUTES ET TOUS


Depuis le début de cette crise, l’enseignement artistique intervient dans des conditions dégradées. Il est urgent que l’enseignement de la danse reprenne en présentiel. Pour autant, la poursuite des enseignements nécessite la mise en place de conditions sanitaires optimum avec un protocole adapté, protocole qui est attendu par la profession depuis maintenant le mois de décembre ! Les conditions actuelles d’exercice de nos métiers ne sont plus acceptables. L’alternance télétravail/ présentiel depuis un an est épuisant et les enseignant-e-s artistiques n’ont pas eu de prime d'équipement informatique comme dans l’Éducation nationale alors que l’investissement de leur matériel à leur charge est lourd pour assurer cette continuité pédagogique. Cela doit changer !

Les professionnels du spectacle, artistes, autrices et auteurs, les artistes et technicien-ne-s du spectacle, les personnels administratifs et d’accueil du spectacle vivant, les enseignants artistiques vont se lever et ensemble, grâce à notre mobilisation, nous gagnerons !

Tag(s) : #Culture Résistance
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :