Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand le PCF se positionnait

sur des positions de classe

dans l'intérêt de la Nation française

Quelle différence entre « un tract des années 70 » du PCF et Marine Le Pen ?

Les cartes de propagande – Carnet (neo)cartographique

Le discours communiste des années 1970 en six affiches

Mars 2021

 

APPEL DE MILITANTS D’ENTREPRISE

POUR UNE CANDIDATURE COMMUNISTE

À L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

 

 

Dans notre activité professionnelle et notre militantisme syndical, nous sommes confronté·e·s quotidiennement à la violence du système capitaliste : précarisation de l’emploi, sous-traitance en cascade pour diviser les salarié·e·s, pression pour un accroissement permanent de la productivité, réduction salariale, voire même plans de licenciements ou liquidation de nos entreprises, tout ça pour garantir la rémunération des propriétaires.
 

Nous nous impliquons contre la régression sociale et le chômage, pour défendre les familles et les territoires, pour faire valoir d’autres valeurs et d’autres choix économiques. Nous savons que l’ampleur de la crise actuelle appelle à des changements profonds, qui nécessitent de s’attaquer à la répartition des richesses mais aussi au pouvoir du capital, en premier lieu au sein des entreprises.
 

Grâce à nos luttes, nous limitons ou mettons en échec les projets régressifs. Parfois même nous arrachons des progrès.
 

Mais nous sommes confronté·e·s à un patronat d’autant plus agressif qu’il est soutenu par le système politique. Les lois et réformes de ces dernières années n’ont visé qu’à réduire la protection des salarié·e·s dans tous les domaines. Des budgets colossaux sont consacrés aux intérêts des riches et des grands groupes capitalistes sans aucun effet positif pour la population. Le Gouvernement répond à chaque demande du MEDEF en légiférant pour défendre ses intérêts, contre ceux des salarié·e·s, en dénaturant et en cassant la fonction publique, en privatisant. Cela affaiblit considérablement le poids de nos luttes.
 

Pour maintenir cette situation, le patronat n’hésite pas à soutenir ses candidat·e·s dans toutes les élections politiques par le biais de ses médias et de son influence.
 

Alors que les moyens existent pour améliorer les vies de tout le monde, l’action politique du Gouvernement combinée à la pression permanente du patronat, nous place dans une spirale du déclin social qui ne semble jamais devoir se terminer.
 

Nous mesurons qu’il s’agit d’un affrontement de classe.
 

Pour que la société s’améliore, pour trouver des solutions aux problèmes de NOTRE classe, pour défendre nos droits et nos emplois, il faut développer les luttes sociales, et aussi agir pour un changement radical de politique, un changement de société.
 

Pour que les progrès sociaux et écologiques si nécessaires ne soient pas voués à rester des promesses de campagne, il faut mettre l’argent et la puissance de la loi au service des êtres humains et de la planète. Comme nous le faisons dans nos entreprises, il faut des propositions précises, à la fois radicales et réalistes, pour le pays.

À travers de cet appel, nous demandons au Parti Communiste Français de proposer une candidature à la prochaine élection présidentielle dont nous puissions nous saisir afin que la défense et la promotion des droits du monde du travail soient au cœur du débat de la campagne électorale.
 

Il ne s’agit pas de délégation de pouvoir ou de lutte par procuration, mais d’un moyen de mobiliser l’ensemble de la population, de fédérer nos combats dans un projet cohérent. Il nous faut un·e candidat·e qui porte nos questions, nos arguments, nos propositions, de manière à représenter un prolongement de nos luttes et à dévoiler les positions réelles de chaque candidat·e sur les questions économiques et sociales.
 

Nous voulons aussi pouvoir voter pour quelqu’un qui nous représentera réellement parce qu’il ou elle est au quotidien présent·e sur le terrain, à nos côtés dans l’action.

POUR CONNAÎTRE

LA LISTE DES PREMIERS SIGNATAIRES DE CET APPEL

CLIQUEZ CI-DESSOUS

https://6tizn.fr/appel/

A cette prise de position de militants communistes, qui eux refusent des alliances larges, nouvelle tentative de réssuciter "l'Union de la Gauche" de triste mémoire, nous ne pouvons que reproduire la position de notre blog, exposée le 29 mars sur notre blog.
 
 
Ça n'empêche pas Nicolas                         Ça n'empêche pas Nicolas

 

Les communistes  débattent : c'est normal que les uns et les autres fassent connaître la stratégie qui leur parait la plus adaptée à la situation politique présente.

Cet échange intéresse tous les Français qui souhaitent un changement de société et la rupture brutale avec le système social et économique, qui mène notre pays, son peuple et la nation toute entière au désastre.

Membre du PCF de 1956 à l'an 2000, j'ai quitté le Parti lors du Congrès de Martigues, dont les thèses proposées - la priorité donnée à  la "conquête des lieux de pouvoir" -  c'est-à-dire à la présence prioritaire d'élus communistes au Parlement et dans les municipalités - la méthode pour y parvenir étant la présence du PCF dans des coalitions sans principe avec la social-démocratie. 

Chacun a pu mesurer la nocivité de telles alliances, illustrées avec le gouvernement Jospin ( 1997 - 2002 ), qui a privatisé à tour de bras les entreprises nationales et, d'autre part, soutenu la guerre impérialiste menée par l'Otan contre le peuple serbe. Sans oublier le consentement du PCF à la subordination de la France aux intérêts financiers européens dans le cadre de l'UE, condition exigée pour la participation communiste au gouvernement !

Cette stratégie a fait ses preuves avec des scores accordées aux candidats du PCF aux élections présidentielles suivantes à moins de 2%...

Aujourd'hui, l'appel de militants communistes publié ci-dessus persévère dans l'erreur. Ils nous proposent - sans doute pour simplement conserver les élus PCF - de nouveaux de telles alliances sans principe avec le Parti socialiste de François Hollande, dont la politique ouvrit la voie à celle menée par Emmanuel Macron,  propulsé par le capital financier mondialisé, pour qui le PCF a appelé à voter au second tour...

Mais la nouvelle alliance proposée par l'Appel s'élargit aux écologistes , dont le projet de société vise à poursuivre et accentuer la désindustrialisation de la France.  C'est-à-dire à abaisser notre pays au rang de puissance totalement asservie au capital allemand.

Telle est l'alliance que nous propose en définitive les signataires de l'Appel.

Face à ceux-ci, se dressent les partisans d'une candidature communiste aux prochaines présidentielles. Ce choix semblerait plus conforme au désir d'affirmer les choix propres au PCF comme alternative aux combinaisons sans principe prônées par leurs camarades.

Encore faudrait-il préciser la nature et l'étendue de la rupture préconisée par les camarades soutenant, avec Fabien Roussel, la stratégie d'une candidature autonome.

Et c'est là que le bât blesse...

Car le secrétaire général du PCF illustre sa stratégie d'une curieuse manière. C'est lui qui revendiquait la tête de liste pour les régionales en Hauts-de-France avec... les Ecologistes et le PS, et aussi avec le parti de Mélenchon. Et c'est Fabien Roussel qui a finalement cédé la première place à une Verte !

Nous sommes bien loin de l'affirmation de la nécessaire autonomie communiste...

Sans nous ingérer dans les orientations du PCF, qui sont du seul ressort de ses adhérents, nous avons voulu préciser les remarques de militants toujours communistes, mais qui ne se retrouvent toujours pas dans le Parti communiste.

Jean LEVY

Tag(s) : #PCF
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :