Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

panneau "Un train peut en cacher un autre" Photo Stock | Adobe Stock

 

Depuis quatre ans, les colères s'accumulent en France. La politique du clan Macron conduit de plus en plus de Français à souhaiter sa défaite lors des  prochaines élections présidentielles.

Nous comprenons et partageons ce rejet.

Tant sur le plan social que sur celui des libertés publiques, le "président des (très) riches, exécute point par point la feuille de route que les financiers du CAC 40 lui ont dictée.

D'où le ressentiment de la population.

Et depuis le printemps 2020, la politique sanitaire conduite par l'Elysée et Matignon fait déborder le vase.

Beaucoup d'électeurs ayant voté Macron, pris au filet de la manipulation, jurent qu'on ne les reprendra plus.  Saine réaction.

Mais faut-il attendre encore douze mois pour lui signifier son congé ? Et supporter tout au long d'une année, les méfaits de l'hôte de l'Elysée ? 

Aujourd'hui, le bouillonnement du pays, en sourde colère, est plus profond qu'en 2018, lors du mouvement des gilets jaunes. Et donc il est possible de rééditer en mieux le soulèvement pacifique des ronds-points occupés, sans attendre la date fatidique de 2022...

Peut-être le monde de la culture, occupant les théâtres, nous montre le chemin.

Déjà, les professionnels de la politique, qu'ils soient de droite ou qu'ils se revendiquent de "gauche",  font la queue aux guichets de l'Elysée. Ils reniflent la place vacante et piaffent d'impatience. Et chacun d'eux dénonce Macron, mais seulement sa personne. Pas le fondamental de sa politique. Ils remettent au goût du jour le slogan : "Tout nouveau, tout beau !", qui a réussi au locataire actuel de l'Elysée.

C'est pourquoi le slogan de la SNCF " Attention, un train peut en cacher un autre !" s'adapte parfaitement à la situation politique. Car les prétendants d'aujourd'hui au trône élyséen partagent, sur le fond, la politique de Macron. Pour s'en persuader, il suffit d'un peu de mémoire quant à ces gens-là, pour se rappeler de ce qu'ils ont fait, lorsqu'ils étaient aux affaires, qui les soutient aujourd'hui, quelles  forces en assurent la promotion. 

Prenons quelques exemples. Deux, en particulier, 

Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France se présente comme un agneau de l'année, doux et "près des gens". Il critique vivement le personnage Macron. Mais pas ses lois, ni le sens de sa politique .  On le comprend : Bertrand, ministre de la Santé de Sarkozy, a oeuvré à la destruction de l'hôpital public.  Il a réduit le nombre de lits disponibles, budgétisé nombre d'établissements de soins afin d'en assurer la rentabilité et confié la gestion à des comptables à la place des médecins...

Ministre du Travail, il a mené une politique totalement contraire aux revendications des salariés. Et, aujourd'hui, il ose se présenter comme un homme neuf, épris de justice sociale !

Second exemple : Edouard Philippe sort du bois, publie un livre qui obtient la promotion immédiate de l'auteur. L'hebdomadaire Le Point en fait presque l'homme de l'année. Pourtant, qui plus que lui,  a mis en musique la politique de Macron, y compris sanitaire, durant le premier printemps du Covid 19 ? Et conduit au massacre du Code du travail, se préparant joyeusement, à celui des retraites...Puis, il a disparu des radars lorsque le Prince a vu en lui le calife visant la place du calife, et l'a limogé.

Et aujourd'hui, comme s'il n'avait pas de passé, Philippe se tient prêt a en recevoir l'onction populaire si jamais l'hôte de l'Elysée se déclarait forfait...

Nous pourrions évoquer d'autres prétendants, déclarés ou à venir, mais la liste est trop longue. Limitons-nous à redire qu'une politique favorable aux intérêts de notre peuple n'est possible que sous conditions : s'affranchir du joug étranger, celui de Bruxelles en premier, qui tient dans ses griffes le pouvoir de dicter ses lois favorables aux intérêts des  financiers européens.

La France doit ainsi retrouver sa pleine souveraineté politique, économique, militaire et sociale.

Charbonnier est maître chez lui, selon le dicton populaire.

Appliquons-le à nos affaires ! Que les candidats le proclament sans ambiguïté pour obtenir le suffrage des Français.


Jean LEVY

VOIR MON APPEL CI-DESSOUS

Amis lecteurs,


Cet article correspond-il à à vos propres idées ?

Si c'est OUI, faites le nous savoir...

Si vous avez des objections à opposer au texte, cela nous intéresse pareillement.

Nous croyons au débat pour faire avancer les idées.

Le rassemblement des Français qui souhaitent une rupture avec ce que nous appelons " la dictature du capital" nécessite la mise en commun d'objectifs que nous pensons nécessaires à l'action commune.  Il faut tisser avec les Français, d'où qu'ils viennent, les liens qui nous permettent de nous retrouver et d'agir ensemble.

Déjà, nous collaborons étroitement avec deux blogs : "Commun Commune" El Diablo" et le Réveil communiste, reprenant ensemble des textes qui reflètent nos idées communes.

Pourquoi ne pas élargir nos liens avec d'autres blogs, dont nous reprenons déjà et souvent des textes dont nous partageons la teneur ? Et constituer un pôle de regroupement, chacun gardant sa spécificité et son indépendance, pour peser davantage sur l'opinion publique ?

Nous vous posons ces questions afin que nous enrichissions le débat pour contribuer plus efficacement à l'action commune nécessaire.

Et sans attendre, pour rendre plus directs les liens qui nous unissent avec nos lecteurs, pour ceux qui ne le sont pas encore, abonnez-vous à "Ca n'empêche pas Nicolas", chaque abonnement nouveau nous fait chaud au coeur...

Jean LEVY

 

Tag(s) : #Politique française
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :