Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

em>La Liberté guidant le peuple</em> d'Eugène Delacroix | Histoire et  analyse d'images et oeuvres

Quelques amis lecteurs s'inquiètent du fait que certains textes relatifs à l'Union européenne, paraissant sur notre blog, sans se référer expressément au Frexit.

Un débat serein pourrait s'engager  entre souverainistes.

Quant à nous, nous préférons dénoncer le contenu du flacon au flacon lui-même.

Expliquez les raisons de la nécessité du divorce entre la France et l'Union européenne et les moyens simples d'y parvenir,  nous semble la meilleure façon de convaincre.

Rappelons rapidement le sens et le pourquoi de l'Union européenne.

Il s'agit pour l'oligarchie financière qui règne sur une partie de notre continent - la vraie Europe s'étend, selon la formule de De Gaulle, "De l'Atlantique à l'Oural" - d'imposer aux peuples des règles communes qui explicitent la " libre circulation des hommes, des capitaux et des marchandises".

En application de cette vision capitaliste, les frontières (donc les douanes et les taxes) ont été abolies entre les états membres pour établir un marché unique, facilitant au moindre coût, le commerce des marchandises et la libre circulation de la main d'oeuvre, selon les besoins et les avantages du patronat.

L'objectif n'était donc pas de permettre aux touristes de l'Union de se ballader sans passeport...

La "libre circulation" des hommes, des capitaux et des marchandises, c'est la liberté donnée au renard de pénétrer librement dans les poulaillers européens sans clôture.  

Les entreprises délocalisent là où le bas coût du travail permet aux patrons d'accumuler des super-profits et aux actionnaires des dividendes plus juteux. L'Allemagne s'est attribué l'industrie comme base de son activité économique, ce qui rend son rôle dominant en Europe.

Le tourisme a été attribué à la France. 

On mesure aujourd'hui la pertinence de ce partage du gâteau, accepté par les différents pouvoirs politiques parisiens depuis le traité de Maastricht, en 1992 jusqu'à nos jours.

Pour atteindre ses objectifs, la Commission européenne, qui siège à Bruxelles - le gouvernement de l'UE - impose ses lois aux états membres.  Ces directives correspondent donc aux intérêts des financiers qui tirent les ficelles. Les "économies" budgétaires se font au détriment du niveau de vie des populations. La remise en cause des systèmes de retraites et des secteurs sociaux, des politiques de santé, d'éducation, des transports comme du logement, sont les fruits vénéneux de l'Union européenne.

Tant que durera ce système, la dépendance de la France à des intérêts privés étrangers, aucune politique alternative n'est envisageable. Les politiciens, qui pour une partie se prétendent "de gauche", mentent au peuple français quand ils tentent de vendre leurs programme aux électeurs. 

Pour se libérer de l'emprise mortelle des maîtres de Berlin et de Bruxelles, le Frexit est un moyen prévu par les traités européens.

C'est celui qu'a emprunté la Grande-Bretagne.

Faudrait-il qu'un referendum ait lieu et qu'une majorité d'électeurs ratifie la sortie de l'UE

Cela suppose ultérieurement des négociations entre Paris et Bruxelles. Et que celles-ci aboutissent à un accord.

Mais un autre chemin est possible. 

En reprenant la définition de la "souveraineté" donnée par le Larousse :

  • Pouvoir suprême reconnu à l'État, qui implique l'exclusivité de sa compétence sur le territoire national (souveraineté interne) et son indépendance absolue dans l'ordre international où il n'est limité que par ses propres engagements (souveraineté externe). (L'article 3 de la Constitution française de 1958 dispose que « la souveraineté nationale appartient au peuple, qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum ».)

Un gouvernement véritablement national pourrait décider unilatéralement de légiférer sans demander la permission à Bruxelles en décidant des réformes fondamentales correspondant aux voeux de la majorité des électeurs. Les objectifs de ce nouveau pouvoir seraient de redonner pleine et entière souveraineté au peuple français en matière politique, économique, sociale et militaire. 

Ce programme, à une année des élections présidentielles, ne pourrait-il pas devenir la charte commune des "Français des deux rives" en se limitant à l'essentiel :

Reconstruire la souveraineté populaire et l'indépendance nationale ?


Jean LEVY

Tag(s) : #Souveraineté populaire
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :