Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'ancien Premier ministre et maire du Havre Edouard Philippe, le 9 février 2021 à Paris.

Prié d'accélérer par certains de ses amis, l'ancien Premier ministre avance à sa façon : lente. Tout en prenant bien soin de ne fermer aucune porte.

 

L'EXPRESS

 

Soudain, Edouard Philippe fit un pas en avant. Voilà le doux rêve que font ceux qui le soutiennent. Que l'ancien Premier ministre se révèle un peu moins juppéien, un peu plus macronien. Qu'il cesse d'attendre que l'horizon se dégage et ose "provoquer son destin", comme le dit son copain socialiste Jérôme Guedj en riant tant il sent que rien de tout cela n'appartient au tempérament philippien. Non, jamais "Edouard" ne varie. "Il est sur sa ligne, il assure la promotion de son livre, il participe au débat d'idées et ne se mêle pas des questions électorales", fait-il déclarer par son entourage autorisé.  

Pourtant, certains de ses alliés aimeraient le voir profiter des élections régionales pour prendre cette fois davantage position dans le débat politique. "Si une ou plusieurs régions passent au RN, il pourrait faire une déclaration le lendemain du second tour, dire qu'il prend ses responsabilités, présenter ses pistes pour le pays", envisage, naïf, un maire francilien. "Je ne veux pas tomber dans le commentaire", rétorque, placide, l'intéressé.

L'appel du 28 juin et la prise de risque ne seront probablement pas pour 2021.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :